la Cryolipolyse 


La cryolipolyse est une technique médicale, non invasive pour notamment traiter les amas graisseux localisés.

Cette méthode est basée sur le fait que les cellules graisseuses, ou adipocytes, sont détruits quand ils sont exposés à une basse température jusqu’à 3°. Les cellules graisseuses qui se trouvent dans le tissu adipeux sont riches en acides gras saturés, ce qui les rendent particulièrement sensibles au froid. 
Ainsi, si on refroidit intensément une zone graisseuse et suffisamment longtemps, on provoque une mort programmée de la cellule dans les semaines qui suivent le choc cryogénique. On parle alors d’apoptose cellulaire ou de « suicide » de la cellule graisseuse. 

Les adipocytes morts sont progressivement éliminés par les voies naturelles, essentiellement les urines.
La Cryolipolyse est une technique médicale, non invasive, sans effraction de la peau, sans piqûre, sans aspiration à l’aiguille et surtout sans éviction sociale. 
La lipolyse se fait de manière progressive en quelques semaines avec un optimum de 2 mois.
La cryolipolyse est indiquée pour des personnes qui souffrent d’amas graisseux localisés résistant à une hygiène alimentaire saine et une activité physique régulière. 
Ces bourrelets disgracieux sont typiquement localisés sur l’abdomen, la taille, les poignées d’amour, la culotte de cheval ou sous le soutien-gorge, sous-menton, l’intérieur des genoux, l’intérieur des coudes, le Mont de vénus, gynécomastie, etc… 
Cependant, certaines zones sont plus délicates à traiter que d’autres et il est plus raisonnable de le faire dans un encadrement médical.

La cryolipolyse n’est absolument pas un traitement de l’obésité ou du surpoids.
Souvent le refroidissement est un peu difficile à supporter car on peut l’assimiler à une engelure mais récemment est heureusement apparu sur le marché une lipocryolyse sélective avec l’appareil LipoContrast.
C’est une nouvelle technique utilisant le triple choc thermique Chaud puis Froid puis Chaud pour réduire les amas graisseux localisés sans éviction sociale, c’est à dire que la peau n’est pas simplement refroidie mais aussi réchauffée en fin de séance ce qui n’induit aucune gêne.. 

Le traitement de chaque zone dure environ 60 minutes et se décompose en une phase de 10 minutes de chaleur, suivie d’une phase de 35 minutes de froid et enfin, d’une phase de 15 minutes de chaleur.

La perte moyenne que l’on peut attendre est entre 3 à 15 mm, ce qui correspond à environ 25% de tissu graisseux.
Selon l’importance des zones à traiter, il est conseillé de 1 à 3 séances, espacées de 4 à 6 semaines, temps nécessaire pour évaluer les résultats.

Parfois, une séance supplémentaire sera éventuellement proposée si c’est toutefois nécessaire
Le traitement n’est pas douloureux : on ressent juste un faible étirement au niveau de la zone en raison du vide appliqué par l’aspiration, puis une sensation de froid ou avec le lipocontrast, une sensation de chaleur, ensuite de froid localisé, mais très rapidement, le froid va anesthésier la zone, la dernière phase étant une sensation de chaleur et tout ceci sans aucune douleur ni brûlure.
Après la séance, lorsque l’on enlève la tête de traitement, il apparaît une rougeur et une légère insensibilisation de la zone traitée, qui peuvent durer quelques heures après la séance. Exceptionnellement un léger hématome peut apparaître et se résorber en quelques jours.
Il existe des contre-indications à la cryolipolyse assez rares et c’est la raison pour laquelle une consultation préalable avec le médecin est indispensable.
Docteur DENJEAN qui recommande la cryolipolyse et encore plus le Lipocontrast pour éliminer les petits amas graisseux mal placés.

 

 Le gouvernement lutte contre le bronzage artificiel


Le jeudi 28 mai s’est tenue la Journée nationale de prévention et de dépistage des cancers de la peau.

Marisol Touraine a redit ce jour là son désir de mieux encadrer les cabines de bronzage. 

« Avec 10.000 cas et près de 2.000 décès par an, le mélanome cutané est l’un des cancers qui a connu la plus forte augmentation ces dernières années en France ».

Comme facteur de risque on compte bien sur le soleil mais surtout la double peine de l’exposition aux UV artificiels. 

Dans le plan cancer 2014-2019, le projet de loi de santé prévoit plusieurs mesures pour renforcer l’encadrement du bronzage artificiel : 

– Utilisation interdite aux mineurs

– Information des dangers des cabines à UV 

– Publicité interdite 

– Pas de vente ou de cession de cabine de bronzage à des particuliers

– Formation obligatoire du personnel travaillant au niveau des cabines de bronzage.

Le Syndicat National des Dermatologues Vénérologues (SNDV) ne cesse d’alerter sur les risques des UV artificiels ou naturels.
En effet, le Syndicat et tous les Dermatologues veulent attirer l’attention des personnes les plus à risque, c’est à dire :

– Les personnes exerçant une profession vivant beaucoup en extérieur 

– Les personnes à peau claire, aux yeux clairs

– Les personnes avec de multiples grains de beauté 

– Les personnes ayant eu de nombreux coups de soleil pendant l’enfance et dont les cumuls sont les plus dangereux

– Enfin, les personnes ayant des antécédents familiaux de mélanomes.

Alors donc, encore une fois, je conclurai cet article en vous demandant de bien vous protéger du soleil avec une bonne crème solaire indice 50, renouvelée toutes les 2 heures.
Il faut aussi éviter de s’exposer aux rayons solaires entre 11 heures et 16 heures.

Enfin et clairement, il vaut mieux une peau claire, lumineuse et en bonne santé qu’une peau bronzée sèche, fripée et avec des risques accrus de cancers graves.

Docteur DENJEAN qui a une peau claire et qui veut la garder claire et transparente et surtout pas bronzée…

  

Les crèmes solaires ne favorisent pas le mélanome.


Devant l’augmentation très importante des mélanomes malins, tous les ans avec le retour du soleil, les conseils de prévention se multiplient.
Et je suis la première à le faire inlassablement.

Dans un premier temps, éviter de sortir aux heures les plus chaudes, soit entre 11 heures et 16 heures.
Il faut absolument se protéger avec un grand chapeau, se couvrir et mettre des crèmes solaires protectrices.

Les rayons du soleil qui sont de moins en moins bien filtrés par la couche d’ozone, exposent notre peau à bien des risques notamment « de cancers ».

Et ce d’autant plus que l’on a une peau claire, des yeux clairs et des facteurs de risques comme de très nombreux grains de beauté dont certains peuvent être dysplasiques, c’est à dire présentant des anomalies.

De même si on note des antécédents de mélanome dans la famille ou des antécédents personnels de cancer.

Enfin, évitez complètement le soleil en cas de prise de médicaments photo sensibilisants.

Ainsi donc, protégeons notre peau avec de bonnes crèmes solaires, d’un indice élevé, en en appliquant toutes les 2 heures (il existe depuis 3 ans une crème solaire protectrice reconnue pour une durée de 6 à 8 heures).
Cependant certains ont accusé l’utilisation de crèmes solaires d’être paradoxalement responsables de l’augmentation du risque de mélanome malin. 
Certains ont même hâtivement conclu que le soleil était «moins dangereux que les crèmes solaires».
Le sujet est grave car l’application de crèmes solaires est une recommandation importante dans les conseils de prévention. 
C’est pourquoi une méta-analyse réalisée par une équipe chinoise est très intéressante.
Les auteurs ont analysé 21 études (2 études prospectives et 19 études cas-témoins) au sujet du lien entre l’utilisation de crèmes solaires et le risque de mélanome malin. 
Au total près de 24000 participants étaient inclus, parmi lesquels on a pu compter 7150 cas de mélanomes malins.

La conclusion est qu’il n’est pas retrouvé de lien significatif entre l’application de crèmes solaires et le risque de mélanome malin dans aucune des 21 études.
La seule explication possible semblerait que certains utilisateurs de crèmes solaires pourraient être ceux qui s’exposent le plus, soit parce qu’ils se savent protégés, soit par «addiction» à l’exposition solaire avec ce besoin d’être toujours bronzé.

Alors donc, je conclurai cet article en vous demandant de bien vous protéger avec une bonne crème solaire indice 50, renouvelée toutes les 2 heures.
N’oubliez pas que si l’indice est plus faible, il faudra toujours renouveler l’application plus souvent.

Protégez vos yeux avec de bonnes lunettes solaires avec verres filtrants anti UV, toutes ne vous protègent pas efficacement.

Pensez à boire suffisamment d’eau pour ne pas vous déshydrater.

Et surtout évitez les heures chaudes …

Enfin, protégez les bébés et les enfants car nous avons tous un capital solaire limité et on l’entame dès la petite enfance.
Ainsi, prenez le soleil raisonnablement, juste ce qu’il faut pour notre synthèse de vitamine D, quelques minutes par jour sous un soleil modéré suffisent.
Alors, attention aux excès. 

Docteur DENJEAN qui n’a jamais aimé s’exposer au soleil …
  

Références

Fang Xie et coll. : Analysis of association between sunscreens use and risk of malignant melanoma. Int J Clin Exp Med. 2015; 8: 2378–2384.

Le sirop d’érable lutterait contre la résistance aux antibiotiques ?


Les Canadiens éprouvent beaucoup de fierté pour leur célèbre sirop érable et cette étude va leur donner raison.

En effet, le sirop d’érable s’avère efficace pour lutter contre les bactéries résistantes. 
L’équipe de chercheurs de Nathalie Tufenkji, Professeur au Département de génie chimique de l’Université McGill à Montréal, a préparé et utilisé un extrait concentré de sirops d’érables d’Amérique du Nord, le sirop d’érable étant riche en composés phénoliques.

L’équipe de chercheurs a testé en laboratoire l’action de cet extrait sur des souches de bactéries, dont E. coli et Proteus mirabilis, bactéries responsables des infections urinaires.
Utilisé en association avec des antibiotiques, cet extrait a permis de détruire les colonies de bactéries organisées en biofilm et donc très difficiles à traiter.

Les résultats, publiés dans la revue Applied and Environmental Microbiology, précisent que l’adjonction d’extrait de sirop d’érable aux antibiotiques courants pourrait augmenter la sensibilité des microbes aux antibiotiques et donc permettre une diminution de l’utilisation des antibiotiques. 
On sait que la consommation excessive d’antibiotiques favorise la survenue de bactéries résistantes.

Cette résistance aux antibiotiques est a l’heure actuelle une grande préoccupation mondiale de santé publique.

D’après les chercheurs de Montréal, le sirop d’érable serait donc capable de bloquer les gènes qui sont responsables de la résistance aux antibiotiques et présents dans le code génétique des bactéries. 
Cette action serait directement due à la concentration très importante en composés phénoliques dans le sirop d’érable. 

« Avant de pouvoir dire quel en serait l’effet sur l’humain, il nous faudra réaliser des tests in vivo et ultérieurement des essais cliniques, déclare Madame Tufenkji. 

Cependant, les résultats permettent de croire à une approche potentiellement simple et efficace pour diminuer l’utilisation d’antibiotiques. Ultimement, je pourrais envisager l’incorporation de l’extrait de sirop d’érable aux capsules d’antibiotiques »

Cette étude est vraiment prometteuse et en attendant pourquoi ne pas prendre un peu de sirop d’érable en même temps que son traitement (sauf diabète bien sûr).
Docteur DENJEAN qui aime beaucoup un filet de sirop d’érable sur une pomme cuite… 

  

LES FILS TENSEURS


Avec le vieillissement, certaines parties du visage et du corps s’affaissent, notamment au niveau du visage, car la graisse sous cutanée diminue voire disparaît en aggravant le relâchement.

Les fils tenseurs sont destinés à lutter contre ce phénomène physiologique.

Grâce à une aiguille très finele fil complètement résorbable est introduit sous la peau dans le derme.

Ce fil de même nature que les fils chirurgicaux est entièrement résorbé par hydrolyse en quelques mois mais a permis l’induction d’un processus de cicatrisation avec production d’un nouveau collagène au niveau des fils et autour de ceux-ci.

 

Ce remodelage et le soutien des tissus par fils est une technique peu invasive, avec une brève période de récupération. 

Il s’agit d’une nouvelle technique innovante de rajeunissement du visage, qui offre les immenses avantages d’une intervention non-chirurgicale.

 

Les fils sont effectivement biodégradables et sont donc utilisés depuis fort longtemps en chirurgie. Lors de la mise en place, les fils sont insérés sous la peau et s’attachent au tissu cutané pour créer une tension.

Cela crée un léger étirement du tissu sous-cutané et de la peau, qui est raffermi après quelques jours grâce à l’augmentation naturelle du tissu conjonctif qui se forme autour du fil de sorte que la peau est plus ferme et tendue.

Très souvent le support qu’apportent ces fils permet de retrouver un visage plus « lumineux ».

Puis les fils se résorbent progressivement en quelques mois.

Les résultats sont en partie visibles immédiatement après le traitement (30%), selon le type de fils mais l‘effet complet se voit généralement 3 à 4 semaines plus tard, et peut aller pour certains jusqu‘à 3 mois après le traitement.

Selon l’indication et la zone de traitement, différentes sortes de fils et de techniques de traitement peuvent être utilisées. 

Ces fils ont généralement une fonction de support, puis de resserrement de la peau. L’efficacité des fils tenseurs perdure entre 8 et 12 mois.

Ainsi grâce à cette technique et ce néo-collagène on obtient une diminution des rides, avec une atténuation des peaux fripées sur une peau de meilleure qualité et nettement plus éclatante.

Un léger œdème et une petite douleur temporaire peuvent se produire après le traitement car ceci est dû à la perception du fil sous la peau.

Une inflammation peut exister pendant quelques jours.

Il peut aussi se produire temporairement des hématomes liés à l’insertion des fils avec les aiguilles. 

Cette technique est applicable au niveau du visage mais aussi du cou, décolleté et même des genoux.

Au niveau des bras, de l’intérieur des cuisses et de l’abdomen on peut aussi améliorer un relâchement modéré…

Si nécessaire ce traitement peut s’associer à des injections de comblement mais cela sera discuté avec le médecin et de toute façon à distance de la pose des fils.

Docteur DENJEAN qui adore poser les fils tenseurs…..

  

Connaissez vous le foot lift ou Loub Job


Depuis toujours, les femmes ont voulu chercher à se mettre en valeur et à mettre en avant « leurs atouts ».

Ainsi le port de talons hauts permet une mise en valeur des jambes entraînant une accentuation de la cambrure du dos et une projection des fesses tout en soulignant la poitrine.

Beaucoup de femmes en portent et les talons sont de plus en plus hauts et atteignent même 16 centimètres !

Oui ces talons mettent en valeur la femme, MAIS les porter continuellement est douloureux.
En effet, le port continu ou prolongé des chaussures à talon très haut occasionne une diminution du coussinet graisseux localisé sous les os de l’avant pied. 

Ce coussinet graisseux est indispensable pour amortir l’avant pied lors de la position debout et sa disparition progressive provoque une douleur quasi permanente.

De plus au fil des années, ce coussinet graisseux diminue.

Selon les talons portés, le poids du corps sur le pied se repartie différemment:
– à plat : 70% du poids sur le talon et 30% sur l’avant du pied,

–avec 2 cm de talon : il y a équilibre de la répartition du poids avec 50% sur le talon et l’avant du pied,

–avec 5 cm de talon : il y a inversion de la répartition du poids avec 30% seulement sur le talon et 70% sur l’avant du pied.

– à plus de 10 cm : 90% du poids, voire plus, repose sur l’avant du pied… ce qui explique une terrible douleur !

Ainsi, selon cette constatation, certains ont eu l’idée de soulager cette douleur chronique par l’injection d’acide hyaluronique sous les zones de pressions de l’avant du pied. 
L’injection précoce permet de conserver un coussinet.

Le Foot lift ou Loub Job (en référence aux célèbres chaussures Louboutin) constitue le traitement de référence pour soulager les pieds des femmes qui portent continuellement des chaussures à talon haut.

La séance d’injection dure au maximum 30 minutes.
La marche est autorisée après l’injection, si possible sans talons trop hauts, dans les 24 à 48 heures qui suivent.
Parfois il y a une légère sensibilité juste après, au niveau des zones injectées.

La disparition des douleurs est rapide mais jamais à 100%. 

Tout dépend bien entendu de la hauteur des talons.

La durée des effets de l’acide hyaluronique qui est, rappelons le, résorbable, est de 4 à 9 mois selon la durée journalière du port des talons…..

Avant toute intervention le praticien qui réalisera l’acte demandera un examen de la statique du pied à un podologue. Rappelons que le pied est composé de 26 os, 16 articulations, 20 muscles et plus d’une centaine de ligaments. Si en situation normale le poids du corps est réparti à 75% sur le talon et 25% sur l’avant pied, dès que les talons sont supérieurs à 5 cm 75% du poids passe sur l’avant pied et seulement 25% sur le talon.
 L’acide hyaluronique utilisé est le même produit que celui utilisé au niveau du visage pour combler les rides.

C’est un produit résorbable en quelques mois.

Après une anesthésie locale, l’acide hyaluronique est injecté au niveau des zones à traiter, c’est à dire l’avant pied.

L’injection d’acide hyaluronique est la méthode la plus douce, rapide, efficace.
Par contre, certains chirurgiens proposent le transfert de graisse. 
L’avantage est le côté définitif de cette méthode contrairement à l’acide hyaluronique.

40cc de graisse est prélevé en petite quantité à l’endroit où elle est en excès, puis purifié et réinjectée au niveau des coussinets plantaires. 

L’appui est autorisé le jour même et les suites et les résultats sont identiques à l’injection d’acide hyaluronique. 

Un oedeme et une rougeur peuvent toutefois persister quelques jours.

Ainsi, ce nouvel usage de l’acide hyaluronique permet aux femmes de porter leurs chaussures préférées puisque cet acte ne semble présenter aucune contre indication.
Cependant, on peut se demander si ce port continu de talons ne va pas entraîner des retentissements plus graves au niveau du dos car ce n’est absolument pas physiologique.
Docteur DENJEAN qui se demande, avec une certaine inquiétude, jusqu’où va progresser la hauteur des talons.

  

Un brin de muguet pour le 1 er Mai


Chères patientes, Chers patients, amies et amis,

 Je vous envoie ce petit brin de muguet pour qu’il vous porte un grand bonheur. J’ai lu que la tradition de s’offrir du muguet remonte à la Renaissance, même s’il est vrai que le courrier postal ou virtuel qui nous permet de partager ce petit porte-bonheur est beaucoup plus récent !!!

Ce qui est sûr, c’est qu’un symbole de chance ne peut que faire du bien par ces temps difficiles.

« Le premier Mai c’est pas gai,
Je trime a dit le muguet,
Dix fois plus que d’habitude,
Regrettable servitude.
Muguet, sois pas chicaneur,
Car tu donnes du bonheur, 
Pas cher à tout un chacun.
Brin d’ muguet, tu es quelqu’un. »
Discours des fleurs
Paroles: Georges Brassens.

Docteur DENJEAN qui partage toujours le bonheur du 1er mai.

  

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 937 autres abonnés