Le sel est nocif pour la santé


Pendant longtemps on a cru que le sel devait être interdit dans le cadre d’une hypertension mais en fait même sans hypertension , le sel est nocif pour la santé.

Quatre chercheurs de l’université du Delaware (Etats-Unis) ont fait une étude sur ce sujet et ont publié les résultats dans la revue Journal of the American College of Cardiology en décrivant les dégâts de l’excès de sel.

 Le sel a une répercution sur le système cardiovasculaire.

En fait, dans la population on peut distinguer 2 catégories de personnes :

celles qui sont réactives au sel et dont la pression artérielle varie selon la consommation de sel.

celles qui sont «résistantes» au sel et dont la pression artérielle n’est pas influencée par ce dernier.

En fait ce paramètre n’est que la partie visible car pour tout le monde l’excès de sel altère les vaisseaux sanguins, plus exactement la partie interne des vaiseaux et ceci a un fort impact sur la coagulation et le système immunitaire.

Les artères ensuite deviennent moins souples et ce indépendamment d’une l’hypertension artérielle.

David Edwards, co-auteur de l’article déclare d’ailleurs :

«Un régime riche en sel peut aussi entraîner une hypertrophie du ventricule gauche. Comme les parois de cette chambre s’épaississent, elles deviennent moins réactives et finissent par être incapables de pomper avec autant de force qu’un cœur sain».

Or il faut savoir qu’une hypertrophie ventriculaire gauche conduit progressivement vers une insuffisance cardiaque.

De plus selon les chercheurs, le sel détériorerait aussi certains neurones notamment au niveau du système nerveux sympathique :

William Farquhar autre auteur de cette étude précise que «ceci entraîne une plus forte réaction à divers stimuli, comme la contraction des muscles squelettiques» et au bout de quelques années cette hypersensibilité endommage les organes trop souvent sollicités.

Cette atteinte a lieu de façon sournoise sans qu’il y ait une hypertension artérielle associée.

Enfin, à cause du sel, la fonction rénale et hépatique peuvent devenir défaillantes de par l’augmentation de la pression artérielle.

Des études ont de plus démontré certes un lien avec l’obésité mais surtout le sel serait impliqué dans le cancer de l’estomac et même il aggraverait l’asthme. 

En effet la réactivité bronchique semble bien dépendre de l’apport en sel puisqu’en diminuant l’apport de sel, il a été possible de diminuer la prise de bronchodilatateurs et d’améliorer ainsi les symptômes cliniques.

En conclusion l’apport quotidien en sel doit être impérativement être réduit.

Donc penser à peu saler en cuisinant et surtout recommander de ne pas mettre la salière sur la table. 

Et William Weintraub précise que «Environ 70% du sodium présent dans notre alimentation provient d’aliments préparés de manière industrielle.Ceci inclut des aliments dont on ne pense pas qu’ils sont salés – comme le pain et les céréales. Par ailleurs, les aliments consommés au restaurant contiennent plus de sel que les plats préparés à la maison».

Je rappelle que l’organisme n’a besoin que de 5 grammes de sel par jour (de préférence non raffiné afin qu’il apporte les oligo-éléments et les minéraux à l’organisme).

C’est d’ailleurs cette limite de 5 grammes qui est recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 

Malheureusement les apports quotidiens dépassent largement les 5 grammes.

En France, d’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), les hommes consomment environ 8,7 grammes de sel par jour et les femmes 6,7 grammes, ce qui est nettement trop élevé.

Docteur DENJEAN qui détecte et élimine à longueur d’année toute alimentation chargée en sel.



 


 

La cause de la fibromyalgie serait identifiée par des chercheurs américains.


Cette maladie concerne entre 2 et 5% de la population française soit environ 2 à 3 millions de personnes, avec une très grande majorité de femmes.

Elle est caractérisée par de nombreuses et importantes douleurs disséminées et a longtemps été étiquetée comme trouble psychosomatique.

Les douleurs s’accompagnent de fatigue chronique, de troubles du sommeil, de troubles de la mémoire, de troubles intestinaux (syndrome de l’intestin irritable), des céphalées de tension…

Très souvent les rapports entre ces patients qui souffrent et leur medecin est souvent conflictuel car systématiquement leurs symptômes sont catalogués comme psychosomatiques.

Le diagnostic est difficile à établir car il n’y a pas de tests biologiques spécifiques et c’est ce que l’on appelle un « diagnostic d’élimination » car avant tout il faut chercher les maladies provoquant des douleurs et la liste est hyper longue !

Il est à considérer que c’est une maladie mal prise en charge et souvent bien tardivement. 

La fibromyalgie est enfin reconnue comme une maladie à part entière, avec de plus une cause identifiée récemment grâce á des chercheurs américains.

Récemment, la revue de l’Académie américaine de la douleur a publié les travaux très intéressants d’une équipe de chercheurs dirigée par Frank Rice Phillip Albrecht, Professeur de neurosciences à l’Albany Medical College, dans l’Etat de New-York.

Cette équipe a trouvé des altérations corporelles qui semblent responsables de la fibromyalgie. 

Les douleurs intenses et quasi permanentes seraient dues à un dysfonctionnement du shunt artério-veineux.

Ceux-ci permettent notamment de maintenir un bon équilibre thermique dans notre corps. 

Les shunts artério-veineux sont présents dans la microcirculation surtout au niveau de la peau et permettent la régulation des débits et des pressions artérielles afin de conserver la chaleur.

Les artérioles nourrissent les tissus en apportant du sang riche en oxygène et les veinules récupèrent les déchets sanguins après nutrition des tissus.

Lorsque ce système fonctionne mal, les tissus sont mal nourris et les déchets mal éliminés.

Il en résulte une trop grande quantité d’acide lactique dans le système cutané et musculaire provoquant ainsi des douleurs disséminées dans le corps selon ces chercheurs.

Les auteurs de cette étude précisent que «ce dysfonctionnement du shunt envoie également des messages erronés au système nerveux central et les nerfs hypersensibilisés envoient à leur tour des signaux de douleur».

Cette découverte est importante car elle pourrait peut-être enfin permettre un traitement de la fibromyalgie et soulager ces patients en totale souffrance.

Docteur DENJEAN qui comprend aisément le désespoir de ces patients souvent traités pour une dépression et plus ou moins laissés pour compte….



Recommandations récentes sur la durée du sommeil


Il est très important de dormir suffisamment pour être en forme et surtout rester en bonne santé.
Le temps de sommeil idéal étant celui qui nous permet d’être reposé et d’assumer la journée sans fatigue.
Cependant, nous ne sommes pas égaux devant le nombre d’heures de sommeil qui nous est nécessaire : il y a des variations selon l’âge, et selon les individus.

L’horloge biologique est différente selon les individus et jusqu’à présent on recommandait une moyenne de 7 à 8 heures par nuit.

Certaines personnes ont la chance de n’avoir besoin que de 4 à 5 heures de sommeil alors que d’autres ne peuvent se sentir en forme que si elles ont dormi de 10 à 12 heures mais ces dernières ont des cycles de sommeil plus longs.

Un groupe de spécialistes appartenant à la Fondation Nationale du sommeil aux USA vient de publier des recommandations sur le nombre d’heures de sommeil à respecter du minimum au maximum.

Ces recommandations ont été publiées dans la revue The Official Journal of the National Sleep Fondation.

Par rapport aux anciennes recommandations les plages horaires de sommeil ont été élargies pour l’ensemble des groupes d’âge.

Ainsi, pour les nouveau-nés (de 0 à 3 mois), la durée de sommeil quotidienne doit être de 14 à 17 heures.

Pour les nourrissons (de 4 à 11 mois), il est préconisé de 12 à 15 heures.

Pour les tout-petits enfants (de 1 à 2 ans), de 11 à 14 heures.

Ensuite pour les enfants de 3 à 5 ans, les spécialistes préconisent 10 à 13 heures de sommeil.

Pour les enfants en âge scolaire, c’est-à-dire de 6 à 13 ans, de 9 à 11 heures sont nécessaires.

Pour les adolescents, la durée idéale de sommeil se situe entre 8 à 10 heures.

Pour les jeunes adultes de 18 à 25 ans et les adultes de 26 à 64 ans, de 7 à 9 heures.

Les adultes plus âgés, à partir du 3ème âge (plus de 65 ans), devraient dormir au moins 7 à 8 heures.

David Cloud, Directeur de la Fondation nationale du sommeil a déclaré : «Les recommandations de durée du sommeil formulées par la Fondation nationale du sommeil aideront chacun à définir des plages de sommeil qui se situent dans la zone santé. Elles font également office de point de départ utile pour discuter de son sommeil avec son médecin».

Docteur DENJEAN qui a la chance d’être une petite dormeuse…. suite aux nombreuses et longues gardes pendant l’internat.

IMG_0942

Rajeunissement intime féminin


Il y a actuellement une demande de plus en plus importante et significative, auprès des Dermatologues, de raffermissement des organes génitaux féminins.
Probablement suite aux épilations intégrales ou presque intégrales du maillot, les femmes examinent avec beaucoup plus d’attention l’anatomie de leurs organes génitaux externes.
En effet les organes génitaux féminins, comme toute autre partie du corps, répondent à des critères biens spécifiques.
Les critères retenus pour l’anatomie sont des petites lèvres ne dépassant pas les grandes et des petites et grandes lèvres fermes et «toniques».
Or souvent avec l’âge, les petites lèvres deviennent moins toniques, relâchées et dépassent des grandes lèvres.
Ces demandes émanent certes de femmes d’âge mûr mais aussi de femmes nettement plus jeunes.
Etant donné que je m’intéresse depuis fort longtemps aux diverses méthodes de raffermissement du visage et du corps, il me semble normal en tant que Dermatologue, d’accéder à cette nouvelle demande formulée par un nombre croissant de patientes.
Plusieurs méthodes existent pour obtenir un raffermissement des organes génitaux externes, certains sont « invasifs » et nécessitent une anesthésie, d’autres sont non invasifs et cela est devenu mon choix que je propose avec un appareil de radiofréquence qui permet un raffermissement des petites et grandes lèvres et de la zone périnéale, ainsi que de la partie vaginale qui jouxte les petites lèvres.
Le traitement dure au maximum 30 minutes et n’est pas douloureux puisque l’on ressent juste une sensation de chaleur intense. Il y a seulement une rougeur fugace en fin de séance.
On réduit significativement le volume des lèvres génitales en 3 à 4 séances, espacées de 15 jours, et ensuite pour maintenir les résultats 1 à 2 séances par an sont suffisantes.
Par expérience, la satisfaction des patientes est excellente tant sur le plan raffermissement et de son aspect visuel ainsi que de l’amélioration du plaisir sexuel, ce qui redonne une meilleure confiance en soi par une apparence ferme et nettement plus esthétique.

Docteur DENJEAN qui est toujours ravie d’améliorer la qualité de vie de ses patientes …

IMG_4518

Un régime pour maigrir est plus efficace si l’on mange plus le matin que le soir


Une étude conduite par des chercheurs israéliens sur des femmes obèses avec une IMC de 32 présentant aussi un syndrome métabolique, semble prouver qu’il est préférable de manger plus le matin que le soir quand on suit un régime basses calories.

L’étude a été publiée dans Obesity.

Les femmes ont participé pendant 12 semaines à une étude ayant pour but d’évaluer les effets d’un régime pauvre en calories (1400 kcal/jour), selon la répartition de ces calories.
C’est à dire selon qu’une partie importante de ces calories est consommée le matin ou le soir.
Donc, une partie des femmes a dont consommé 700 kcal au petit déjeuner, 500 kcal au déjeuner et 200 kcal au dîner, alors que l’autre partie a inversement consommé 200 kcal au petit déjeuner, 500 kcal au déjeuner et 700 kcal le soir.

Les résultats obtenus sont intéressants : le groupe avec la répartition « plus de calories le matin » a perdu plus de poids et de tour de taille que le groupe ayant la majeure partie des calories le soir.

Il est de plus important de noter que les triglycérides dans le groupe plus de calories le matin ont diminué de 33,6%, alors qu’ils augmentaient de 14,6% dans l’autre groupe.

De plus, la tolérance au glucose était également meilleure dans le premier groupe.
Après des repas tests, la glycémie, l’insulinémie et l’impression de faim étaient plus bas dans le groupe «matin», et l’impression de satiété était plus élevée.

La conclusion de cette étude semble démontrer qu’il est préférable pour les personnes obèses, avec un syndrome métabolique, de consommer la partie la plus importante des calories d’un régime amaigrissant dans la première partie de la journée.
En effet, les femmes du groupe «plus de calories le matin» ont donc maigri plus vite et plus facilement. Elles ont perdu plus de tour de taille que l’autre groupe.
Et elles ont en effet géré plus facilement leur faim au cours de la journée.

Docteur DENJEAN nettement favorable pour plus de calories le matin en respectant le régime pauvre en calories.

Source

Jakubowicz D, Barnea M, Wainstein J, Froy O. High caloric intake at breakfast vs. dinner differentially influences weight loss of overweight and obese women. Obesity (Silver Spring). 2013 Mar 20.

IMG_0941

Le cancer du colon va devenir détectable par l’analyse des selles.


Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent l’intérieur du côlon ou du rectum. Il se développe à partir d’une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique, à la suite d’une mutation.
La plupart du temps ce sont les polypes qui se transforment, mais bien sur pas systématiquement.
Or, le cancer du côlon deviendrait décelable par l’analyse des selles.
C’est le résultat de travaux de l’hôpital Henri Mondor de Créteil (Université Paris Est, Val de Marne).
Lors de ces travaux les chercheurs ont analysé des bactéries de la flore intestinale et les bactéries présentes dans les selles et selon eux cela permettrait de dépister le cancer du côlon.
Ils ont mené une étude comparative menée sur 500 Français et Allemands ayant déjà subi une coloscopie et cette étude a permis d’identifier 22 types de bactéries du microbiote.
Ces bactéries se sont révélées différentes selon que le sujet était malade ou non.
De plus, il semble que des gènes associés à ces bactéries entraînent au niveau du côlon des effets pro-cancéreux.

Les chercheurs ont en effet une explication :
« Ces bactéries sont sans doute sélectionnées par notre mode de vie, par exemple alimentaire ou par notre surconsommation en médicaments et enfin aux adjuvants diététiques en tous genres ».

Lors de leurs recherches ils tentent de simplifier le séquençage des bactéries afin de le rendre beaucoup moins coûteux.

Il faut rappeler que le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent en France et malheureusement le 2 ème cancer le plus mortel.
Certaines personnes peuvent contracter le cancer colorectal en raison d’une prédisposition héréditaire. Mais dans 75% des cas, l’hérédité n’est pas en cause.

Il atteint 42.000 personnes par an (23.200 hommes et 18.900 femmes) et est responsable de plus de 17.500 décès.
Sa fréquence augmente après 45 ans.

Le pic de fréquence est de 72 ans chez les hommes et 75 ans chez les femmes.
Et le nombre de cas augmente depuis maintenant une vingtaine d’années.

Les pays les plus touchés sont la France et les pays d’Europe de l’Ouest, les U.S.A, l’Australie et plus récemment le Japon.
Par contre, ce cancer est beaucoup plus rare en Amérique du Sud, en Asie et surtout en Afrique.

L’alimentation c’est certain, joue très certainement un rôle important dans le développement de ces cancers avec de plus un trop grand apport calorique riche en graisses animales.
L’obésité est aussi un facteur favorisant.
Par contre, la consommation régulière de fibres sous forme de légumes, fruits et céréales ainsi que l’exercice physique régulier ont un rôle protecteur certain.

Le tabac est aussi un facteur favorisant ainsi que l’alcool.

Docteur DENJEAN qui est très attentive à cette évolution surtout quand il s’agit de la régression des cancers.

2015/01/img_0938.jpg

Bonne et heureuse année 2015


Chers lecteurs et chères lectrices,

Je vous souhaite à tous et à toutes une très heureuse année 2015.
Que cette nouvelle année vous apporte le bonheur et la sérénité et bien sur la santé.
Et à cette occasion, je tiens à vous remercier pour votre soutien et votre fidélité …

Docteur DENJEAN qui vous souhaite chaque jour une parcelle d’étoiles dans les yeux…

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/3a4/42261855/files/2015/01/img_0936.jpg

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 772 autres abonnés