Archives du 8 novembre 2012

Pourquoi a t’on une peau blanche ou noire

 I

Mélanocyte: cellule qui fabrique la mélanine

La couleur de la peau est déterminée par une substance appelée mélanine présente dans les couches de la peau.

Plus la peau contient de mélanine, plus elle est foncée.
l’été sous le soleil la mélanine est fabriquée par les mélanocytes  pour nous protéger de ses rayons. Car plus la peau est foncée, mieux elle filtre les rayons ultraviolets. 
Plus la peau est noire plus elle contient de mélanine 
Les premiers êtres humains habitaient en Afrique et avaient une peau très foncée car le Soleil toujours présent favorisait la fabrication de mélanine.
Puis certains ont migré vers d’autres continents moins ensoleillés et leur peau a graduellement pâli.
La peau des Africains partis conquérir les nouveaux mondes a pâli progressivement sur des millions d’années.
Ainsi moins de mélanine a permis au soleil moins présent de favoriser la synthèse de la vitamine D 
 
Dans certains pays comme l’ Asie, les nouvelles concentrations  de mélanine ont créé des peaux tirant sur le jaune. 
 
Ainsi, nos différences de couleur de peau tiennent à bien peu de chose , quelques grains de mélanine en plus ou en moins !
Docteur Dominique DENJEAN

QUE FAIRE AVANT UN TATOUAGE?

La pratique du tatouage existe depuis longtemps et consiste en l’introduction de pigments dans la peau et est devenu un phénomène de mode.

Le but est de créer un dessin définitif inclus dans la peau

Vous devez choisir un vrai professionnel formé aux problèmes d’hygiène et de salubrité publique qui doit utiliser du matériel stérilisé ou mieux à usage unique.
La peau doit être rasée et désinfectée.

la réalisation d’un tatouage n’est pas sans risque :
En effet cela peut être assimilé à une effraction cutanée pour y introduire des pigments qui se comportent en corps étrangers.
Ceci entraine une réaction inflammatoire durable car la peau va tenter d’éliminer ces pigments.

Le risque infectieux n’est pas négligeable:
Les aiguilles en pénétrant dans la peau entraînent des plaies durant plusieurs semaines et favoriser des infections bactériennes, notamment à Staphylocoques.
Ces infections restent rares si les règles d’hygiène sont respectées tant par le tatoueur que par le tatoué.

Les risques infectieux viraux type HIV ou hépatite C Sont devenus exceptionnels car les tatoueurs « professionnels » utilisent, soit des aiguilles jetables à usage unique, soit du matériel qu’ils stérilisent.

Les réactions allergiques aux encres de tatouages représentent la complication la plus fréquente après tatouage.
Les réactions se caractérisent par un tatouage qui démange, qui presente un œdème
Le plus souvent une seule couleur est responsable surtout le rouge
Ces réactions sont imprévisibles et peuvent arriver dans des délais allant de quelques semaines à plusieurs années après le tatouage.
En conséquence il vaut mieux éviter la couleur
Le retrait du tatouage par laser ou chirurgie est parfois la seule solution

En cas de lésion de la peau sur une zone prévue pour un tatouage, il vaut mieux suspendre la séance et consulter un dermatologue pour prendre avis.
Certaines maladies dermatologiques chroniques comme le psoriasis contre indique le tatouage.
En cas d’acné, il faut attendre que le traitement soit efficace et la peau impeccable avant de faire un tatouage, car les lésions d’acné contiennent certains germes.

Les grains de beauté
Il vaut mieux éviter de tatouer sur les grains de beauté car ils peuvent se modifier, et changer d’aspect ensuite.

Un tatouage perturbe la surveillance des grains de beauté chez le dermatologue. On conseille donc d’éviter de tatouer sur une zone où il y a beaucoup de grains de beauté

En cas de doute avant de se faire tatouer ou de problèmes de cicatrisation sur un tatouage toujours consulter un dermatologue pour un avis.
Toujours respecter les règles élémentaires d’hygiène.

 

sources:
Kluger N. Le détatouage à l’aube du xx e siècle. Ann Dermatol Venereol 2010;137(8/9):582–4.
Les tatouages : histoire naturelle et histopathologie des réactions cutanées
N. Kluger a , F. Plantier b, P. Moguelet c, S. Fraitag

20121119-005608.jpg

%d blogueurs aiment cette page :