Archives du 16 février 2013

Comprendre les brûlures

La brûlure est une destruction partielle ou totale de la peau, voire les tissus mous, ou même les os.
Elle traduit une souffrance cellulaire et son évolution dépendra de la rapidité et de la qualité de sa prise en charge.
Si les brûlures légères sont courantes (accidents domestiques), les brûlures graves et étendues sont plus douloureuses et heureusement plus rares.

La gravité de la brûlure se juge sur plusieurs critères :

1- La localisation : visage, yeux, mains, torse …
Si c’est près d’un orifice naturel, par exemple risque d’inhalation près du nez ou risque fonctionnel si une articulation est touchée.

2- La profondeur (le degré de brûlure) :
On distingue 3 degrés de brûlures dont la gravité va crescendo :
• Brûlure du premier degré (type coup de soleil léger ou contact avec un liquide très chaud) : la peau est rouge, douloureuse avec un léger œdème.
• Brûlure du deuxième degré : la peau est rouge et très douloureuse, elle est détruite et se décolle et des cloques apparaissent sur la peau.
• Brûlure du troisième degré : la peau est détruite profondément, elle devient grisâtre voire noire avec un aspect cartonné.
Par contre la peau étant détruite en profondeur, elle véhicule beaucoup moins la douleur (enfin provisoirement !…).

3- La surface atteinte qui s’exprime en pourcentage de la surface corporelle totale :
L’étendue de la brûlure peut être évaluée rapidement grâce à la « règle des neuf » de Wallace.
Pour un adulte :
La tête et le cou représente 9 % de la surface corporelle, chacun des bras représente 9 %, chaque jambe 18 %, le dos et l’avant du torse 18 % chacun, la région génitale et la paume des mains environ 1 %.
Pour un enfant :
Les pourcentages sont différents (par exemple la tête et le cou représente 17%)
Cette règle ne tient pas compte des brûlures internes (poumons).

4- La topographie :
Si la brûlure est circulaire, par exemple si elle fait elle fait le tour d’un membre.
En effet, la peau va se rétracter au niveau de la brûlure et va comprimer les vaisseaux et les nerfs sous-jacents.

5- La cause :
Une brûlure peut être causée :
-par le contact avec une source chaude (solide, liquide, ou gazeuse et les brûlures par la vapeur sont plus intenses).
-par le contact avec une substance dite caustique.
-par frottement (un tissu qui frotte peut brûler).
-par une combustion (action d’une flamme ou des braises).
-par l’action d’un rayonnement (soleil; ultraviolet B; infrarouge).
-par un courant électrique : on voit fréquemment deux brûlures, une au point d’entrée du courant, l’autre au point de sortie. Dans ce cas-là, le plus inquiétant n’est pas la brûlure en elle-même, mais les risques de l’électrisation.
-par le froid (gelure).

4- L’âge du patient et son état général au moment de l’accident.
Les âges extrêmes de la vie sont toujours plus fragiles et les brûlures ont notamment plus de conséquences.

Le Dr DENJEAN se méfie des brûlures car c’est toujours une souffrance durable.

Suite dans le prochain article…

20130216-181923.jpg

%d blogueurs aiment cette page :