Archives du 9 mars 2013

Les divers acides de fruits et leurs dérivés : 2 ème partie

Acide glycolique :
Provient de la canne à sucre, le premier utilisé mais assez irritant.
C’est un des premiers acides de fruits utilisés.
Il est utilisé à des concentrations progressivement croissantes mais toutes les peaux ne le supportent pas.

Acide lactique :
Extrait du Lait, tomate.
Non-irritant, hydratant, non allergisant.
Il est bien connu que les femmes autrefois prenaient des bains de lait d’ânesse pour adoucir et hydrater leur peau.

Acide citrique :
Citron et autres agrumes.
Très fréquent dans les produits car il stabilise le PH.
Est utilisé dans certaines crèmes pour redonner de l’éclat.
Peut être irritant pour certaines peaux fines et fragiles.

Acide malique :
Pomme.
Antioxydant, hydratant, potentiellement irritant.

Acide mandélique :
Amande.
Peu fréquent dans les produits, non-irritant, anti-bactérien, agent de blanchiment mais bien utilisé favorise la dépigmentation des tâches pathologiques.

L’acide tartrique :
Raisin , dans l’antiquité les femmes raclaient les fonds des tonneaux de vins pour pratiquer une exfoliation de la peau….

Acide kojique :
Il s’agit d’une substance obtenue à partir de champignons et plus exactement d’une moisissure.
L’acide kojique est un produit naturel que l’on retrouve durant le processus de fermentation du vin de riz japonais.
Il est d’ailleurs utilisé en cuisine japonaise (miso et sauce soja).
L’acide kojique inhibe la pigmentation en agissant sur la synthèse de la mélanine.
L’acide kojique fonctionne comme un dépigmentant de la peau car il inhibe la tyrosinase (enzyme) qui déclenche la production de mélanine.
Sa concentration ne doit pas dépasser 1% dans les crèmes qui sont des produits non rincés, mais on le trouve dans bon nombre de peelings mais il peut être irritant.

Acide phytique :
Naturellement présent dans les graines de nombreuses céréales et légumineuses.
L’acide phytique provient essentiellement de l’avoine, du blé et de l’orge.
Il est utilisé pour son action anti-inflammatoire.

Acide pyruvique :
L’acide pyruvique, ou pyruvate, est dû à la dégradation du glucose. Lors de cette dégradation, l’acide pyruvique est transformé en acide acétique.
L’acide pyruvique retarde le vieillissement cutané dû au soleil, l’hyperpigmentation, il favorise le renouvellement cellulaire et accélère la synthèse du collagène et de l’élastine.

L’acide azélaïque :
L’ Acide azélaïque est synthétisé par un champignon le Malassezia Furfur. Ce champignon provoque une dépigmentation de longue durée lorsqu’il infecte la peau.
L’ acide azélaïque est un inhibiteur de l’enzyme tyrosinase, enzyme importante pour la synthèse de la mélanine par les mélanocytes.

On pourrait en énumérer encore d’autres mais ce sont là les principaux.
L’intérêt est de les associer dans un même peeling, pour avoir une efficacité maximum avec des effets secondaires minimum.

Certains peelings seront donc choisis en fonction du but recherché : rajeunissement, éclat du teint, traitement des taches ou enfin en fonction du type de peau grasse ou sèche.
Enfin, bien entendu, on choisira le peeling en fonction de la couleur de la peau : une peau noire ne se traitera pas comme une peau blanche…

Docteur DENJEAN qui préconise et qui aime beaucoup traiter avec les peelings…

20130309-225024.jpg

%d blogueurs aiment cette page :