Alerte et danger sur les poissons gras chez la femme enceinte


Le corps médical conseille toujours de manger plus de poisson pour notre bonne santé et surtout des poissons gras riches en oméga 3.
C’est certain que notre système Cardio vasculaire en tirera des bénéfices.

Cependant, les autorités de santé norvégiennes ont émis, récemment, un conseil aux femmes enceintes en leur demandant de limiter leur consommation de poisson gras à deux apports par semaine.
Cette annonce a été reçue avec grande inquiétude dans ce pays qui est le plus gros producteur mondial de saumon.

On ne peut malheureusement ignorer que les poissons gras, comme le saumon, le thon ou le maquereau, les harengs, les sardines accumulent dans leur chair des contaminants (dioxines et polychlorobiphényles) entraînant des effets néfastes sur le développement mental et moteur du foetus ou sur le système endocrinien de l’adulte.
Ingvild Eide Graff, Directrice des recherches du Nifes, l’organisme norvégien de recherche en nutrition et produits de la mer rétorque , à cette annonce : « Les recommandations des autorités de santé sont basées sur des chiffres qui datent de 2006. Depuis, les concentrations en dioxine du saumon [élevé en Norvège] ont baissé d’un tiers »
En effet la nourriture des poissons d’élevage subit des contrôles stricts depuis plusieurs années et ont permis une amélioration : « Ils étaient historiquement nourris avec des ingrédients issus de la mer, donc qui apportaient des contaminants. Aujourd’hui, les poissons mangent une plus grande proportion d’huile végétale, qui ne contient pas de dioxines », précise Ingvild Eide Graff.

En France, L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), recommande la consommation du poisson au moins deux fois par semaine avec un poisson à forte teneur en oméga 3 et un poisson maigre, mais aussi en variant les espèces et les provenances.

Décidément, que nous reste t’ il pour garder une nourriture saine ?
Les fermes marines devraient être nettement plus contrôlées, surtout ces poissons importés provenant d’Asie, des Indes et d’Amérique du sud…. On nous parle de traçabilité, en continu, et là nous avons peu d’informations tangibles….

Docteur DENJEAN qui s’inquiète de cette pollution.

20130711-004732.jpg

Tagué:, , , , , , , ,

5 réflexions sur “Alerte et danger sur les poissons gras chez la femme enceinte

  1. Sara Lou, Olivet 3 novembre 2014 à 10 h 33 min Reply

    Docteur, étant enceinte depuis 5 mois je vous remercie vivement pour votre article. En effet je n’étais pas consciente des dangers de ces poissons gras. Et merci à Appoline pour son commentaire particulièrement détaillé.
    Ravie d’avoir découvert votre blog et de votre savoir.

    J'aime

  2. Élodie, Paris 5° 29 mars 2014 à 0 h 50 min Reply

    Étant tombée enceinte le mois dernier, je vous remercie vivement de tous vos articles concernant les avertissements pour les femmes enceintes.
    Merci beaucoup car je dois ne pas mettre mon enfant en danger.
    De plus c’est mon premier et j’apprends à éviter de nombreux inconvénients.

    J'aime

  3. Appoline, Saint Mandé 13 octobre 2013 à 14 h 46 min Reply

    Étant enceinte depuis 4 mois, il est vrai que je privilégie le poisson. Mais je suis toujours préoccupée d’acheter du poisson sauvage plutôt que du poisson d’élevage. Mais comment être certaine que l’affichage « poisson sauvage » ou « provenance Atlantique » soit réellement la vérité. Je me méfie même du prix abusif qui n’est pas synonyme de la certitude d’approvisionnement de poisson sauvage. L’Atlantique allant du Groenland au Cap Horn….
    Comment savoir, parmi tous ces poissons de l’Atlantique, quels sont ceux qui font partie de fermes d’élevage pratiquant les dérives de l’alimentation industrielle et des différents pays de provenance et de leurs normes de qualité et du respect de leur chaîne du froid….
    Alose, Anchois commun, Ange de mer, Anguille d’Europe, Arnoglosse lanterne, Athérine, Baliste cabri, Bar, Barbue, Bar moucheté, Baudroie, Blennie coiffée, Blennie gattorugine, Blennie palmicorne, Bogue, Bonite à dos rayé ou Pélamide, Bonite à ventre rayé, Capelan de France, Centrolabre, Cernier commun, Céteau, Chinchard, Chaboisseau à épines courtes, Chabot de mer, Congre, Corb, Coryphène dauphin, Crénilabre mélops, Cténolabre, Daurade royale, Dorade grise, Dragonnet lyre, Dragonnet réticulé, Dragonnet tacheté, Emissole lisse, Emissole tachetée, Entélure, Éperlan d’Europe, Flet, Flétan de l’Atlantique, Flétan du Groenland, Flétan nain, Gobie à grandes écailles, Gobie céphalote, Gobie léopard, Gobie nageur, Gobie noir, Gobie paganel, Gobie tacheté, Gonelle, Grand requin blanc, Grande roussette, Grande vive, Grenouille de mer, Grondin gris, Grondin lyre, Grondin perlon, Grondin rouge, Grondin strié, Grondin volant, Lançon, Lançon commun, Lançon équille,
    Lépadogastère de Candolle, Liche glauque, Lieu jaune, Lieu noir, Limande, Lingue, Loquette d’Europe, Maigre, Maquereau, Maquereau espagnol, Merlan, Merlu, Môle, Mordocet, Morue de l’Atlantique, Motelle à cinq barbillons, Motelle à trois barbillons, Motelle de Méditerranée, Mulet doré, Mulet cabot, Mulet lippu, Mulet porc, Nérophis lombriciforme, Nérophis ophidion, Ombrine bronze, Ombrine commune, Orphie, Pageot acarné, Pageot commun, Pageot rose, Pagre commun, Palomète, Petite roussette, Petite sole jaune, Petite vive, Plie, Pocheteau gris, Pocheteau noir, Poisson pilote, Raie blanche, Raie bouclée, Raie brunette, Raie lisse, Raie chardon, Raie douce, Raie fleurie, Raie mêlée, Raie pastenague, Raie ronde, Rascasse brune, Requin bleu, Requin du Groenland, Requin féroce, Requin griset, Requin mako, Requin-marteau lisse, Requin pèlerin, Requin renard commun, Requin renard à gros yeux, Requin taupe commun, Rouget de roche, Rouget de vase, Saint-pierre, Sar commun, Sar tambour, Sar à tête noire, Sardine, Siphonostome, Sole commune, Sole perdrix panachée, Sole pole, Souris de mer, Syngnathe aiguille, Tacaud, Targeur, Thon blanc, Thon rouge de l’Atlantique, Torpille marbrée, Torpille noire, Torpille ocellée, Turbot, Vieille commune, Vive araignée.

    J'aime

  4. Yveline, Saint Maur 14 juillet 2013 à 11 h 16 min Reply

    L’internalisation des approvisionnements et le faible contrôle de toutes les importations de poissons font que nous sommes face à une traçabilité de plus en plus fragile. En effet les certificats établis en langue du pays d’origine et non soumise à une traduction obligatoire font que de nombreux produits de qualité inférieure sont malheureusement admis sur notre territoire. La crise mondiale favorise aussi l’importation de produits à bas coûts favorisés par le faible pouvoir d’achat des consommateurs. Quand l’alimentation est guidée par le coût de celle ci, on ne peut que déplorer la dégradation constante de tous les produits de consommation. Et les femmes enceintes doivent être particulièrement vigilantes durant leur grossesse à surtout contrôler la qualité de leur alimentation. Et les poissons sont difficiles à évaluer visuellement surtout si la provenance est lointaine. Je suis nutritionniste et malheureusement les femmes enceintes ne sont pas assez sensibilisées à nos conseils de prudence.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :