Attention aux piqûres de vives


Comme tous les étés, des milliers de vacanciers affluent sur les bords de mer pour profiter du soleil et des bains de baignade en toute tranquillité.
Vous arrivez au bord de l’eau, heureux, avide de vous laisser masser par les vagues sans penser que vous allez troubler la tranquillité de certains poissons enfouis dans le sable les « vives ».
Ce poisson vit essentiellement dans le sable des côtes et son nom vient de « wivre » (vouivre ou serpent fabuleux).
On le surnomme aussi « épine de Judas » ou « dragon marin » en Belgique.

Il en existe 9 espèces mais en Europe on trouve surtout la petite vive (Echiichthys vipera) d’environ 15 cm de long. C’est la plus dangereuse et la plus fréquente sur nos côtes l’été, son venin étant particulièrement toxique.

La vive est un poisson qui passe beaucoup de temps enfoui dans le sable des eaux peu profondes dans les mers tempérées dans l’attente d’une proie et elles piquent grâce à leur épine dorsale lorsque l’on leur marche dessus.
Les vives se rencontrent sur tous les bords de mer, que ce soit en Méditerranée ou sur la côte Atlantique et la Manche,
Ce poisson est aussi dangereux vivant que mort car son venin peut pénétrer lors de la manipulation des poissons par les pêcheurs ou les cuisiniers car sa chair est fine et recherchée et dans le Sud elle est spécialement utilisée dans la bouillabaisse.

Je rappelle d’ailleurs que les piqûres de rascasse et de raie sont aussi dangereuses.

Suite à une piqûre la douleur est immédiate et intense, elle débute au point de piqûre puis irradie à tout le membre (jambe chez les baigneurs, bras chez les pêcheurs).
La piqûre s’accompagne de sueurs, nausées, vomissements et malaise.
Localement, on observe un érythème et un oedème voire même un hématome.
Dans certains cas, la zone de piqûre peut s’infecter.
Cette piqûre n’est pas grave en soi mais elle peut le devenir étant donné que l’incident survient dans l’eau, et une eventuelle syncope peut parfois provoquer une noyade.

La piqûre de vive est très douloureuse et insupportable mais il ne faut pas paniquer.

En réalité le venin de vive est thermolabile, c’est à dire qu’il est détruit par la chaleur.
Il faut donc réaliser un choc thermique au niveau de la plaie, c’est à dire qu’il faut effectuer un brutal réchauffage de la plaie puis un refroidissement aussi soudain.
Le traitement consiste à tremper le membre atteint dans l’eau chaude à 40° pendant 20 minutes ou vous pouvez utiliser les moyens du bord en approchant une cigarette incandescente près de la piqûre mais bien sur sans toucher la peau pendant 1 à 2 minutes puis aussitôt appliquer un glaçon directement sur la peau, ainsi la douleur disparaîtra presque instantanément. Attention tout de même à ne pas brûler la peau.

Enfin, ne pas oublier de désinfecter la plaie avec un antiseptique et de l’aspirine ou du paracétamol si la douleur est importante.

Quelques gestes à ne surtout pas faire :

Surtout pas de garrot sur le membre atteint.
Ne pas inciser la plaie et ni la faire saigner.
Ne pas sucer la blessure pour aspirer le venin.

Sans traitement la douleur peut durer plusieurs jours.

Alors l’idéal est de tout mettre en œuvre pour une prévention efficace et cela consiste à marcher dans l’eau en portant des sandales en plastique à semelles suffisamment épaisses.
De plus comme la vive est aussi dangereuse morte, il est recommandé pour les personnes qui la manipulent (les pêcheurs et les cuisiniers), de le faire en portant des gants très épais.

Lorsque vous marchez sur le sable dans l’eau, éviter les grandes foulées.
Avec des petites foulées, vous avez une chance d’effrayer les vives qui sont sur votre chemin, donc de les faire fuir avant que votre pied ne se pose sur leurs aiguillons.

Docteur DENJEAN qui a toujours eu très peur des vives et qui n’oublie jamais ses chaussures plastiques pour pénétrer dans l’eau.

20130719-002221.jpg

Tagué:, , , , , ,

2 réflexions sur “Attention aux piqûres de vives

  1. Alexandre, Royan 28 juin 2014 à 10 h 21 min Reply

    En cette nouvelle période estivale, il est très intéressant de rappeler que la toxicité de la piqûre est particulièrement douloureuse, surtout pour les enfants.
    Cela gâche forcément quelques jours et bouleverse la sérénité du séjour.
    Merci pour nous rappeler à la prévention et aux incidents fortuits.
    Dans mon hôtel, je le rappelle souvent à mes clientes et clients.
    Respectueusement

    J'aime

  2. Louison, La Baule 17 janvier 2014 à 1 h 10 min Reply

    Merci pour votre sensibilisation. On est toujours désemparé quand un accident nous arrive en période de vacances. Comme quoi, il est toujours possible d’être surpris par une défense hostile, surtout pour les enfants.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :