Le ZONA


Le zona est une maladie dermatologique fréquente et assez mal connue :

Le zona se manifeste par des éruptions cutanées douloureuses au niveau du trajet d’un nerf.
Le zona est dû à la réactivation du virus varicelle zona (VZH) et c’est un virus qui fait aussi partie de la même famille que l’herpès.

Après avoir eu une varicelle, le virus disparaît sauf une infime partie de virus qui restent « dormants » pendant des années dans les ganglions nerveux situés le long de la colonne vertébrale puis ces virus peuvent se réveiller, souvent lors d’une baisse des défenses immunitaires de l’organisme ou lors d’un stress.

Le plus souvent il atteint les personnes adultes de 45 à 50 ans, mais il peut aussi toucher les enfants et les personnes âgées.

Environ 90 % des adultes ont eu la varicelle et sont donc porteurs du virus varicelle zona.
Sur ces 90%, environ 20 % d’entre eux auront un zona au cours de leur vie.

La plupart du temps, on ne développe qu’un seul zona dans sa vie, mais il arrive que le virus se réactive plus d’une fois dans environ 1% des cas.

Le zona se manifeste sous la forme d’une éruption cutanée vésiculeuse douloureuse sur un côté du corps, le long d’un trajet nerveux mais toujours en unilatéral.
Le zona peut se localiser n’importe où puisque tous les trajets nerveux peuvent être touchés, mais avec une prédilection pour le thorax ou le visage.

Lors de la sortie des vésicules, des démangeaisons sont parfois ressenties à l’endroit où le zona se manifeste.
De même, une diminution de la sensibilité ou au contraire une exacerbation de la sensibilité peuvent survenir.
Une fièvre modérée (38°C) et une fatigue peuvent souvent s’y associer.

L’éruption survient en «placards» au début du zona, avec rougeur de la peau, sur laquelle surviennent les vésicules contenant un liquide chargé en particules virales comme dans la varicelle.
Les premiers jours, l’éruption s’étend plus ou moins le long du trajet nerveux concerné.
Il se produit en général deux ou trois poussées réparties sur deux à trois semaines.

Les vésicules évoluent en croûtes qui tombent après une dizaine de jours, laissant parfois la place à une zone de peau dépigmentée ou hyperpigmentée.

Sans traitement, l’atteinte cutanée guérit et disparait en trois à quatre semaines environ et la plupart du temps sans séquelles.
Tout comme la varicelle, si la personne atteinte se gratte, il peut y avoir des séquelles cicatricielles.
De plus chez les personnes âgées, des douleurs peuvent persister des semaines voire des mois voire plus, ce sont les névralgies post zostériennes.
Elles peuvent être à type de brûlures ou d’élancements ou de décharges électriques.
La chaleur, le froid, un effleurement peuvent déclencher des douleurs assez insupportables.

Le risque de névralgie post zostérienne augmente avec l’âge.
Selon une étude menée en Islande auprès de 421 personnes, 9% des personnes âgées de 60 ans et plus souffraient de douleurs 3 mois après la déclaration du zona, contre 18 % des personnes âgées de 70 ans et plus.

D’autres complications existent mais elles sont rares : des complications oculaires en cas de zona ophtalmologique, une paralysie faciale.

Le zona ne se transmet pas d’une personne à l’autre. Mais il y a des particules virales à l’intérieur des vésicules.
La contagion est donc possible par contact direct, et provoquer même une varicelle si quelqu’un se frotte les yeux, la bouche ou le nez, par exemple, avec une main contaminée.

Une hygiène rigoureuse est donc vraiment indispensable, le lavage des mains prévient la transmission du virus.

La varicelle est toujours plus importante, profuse chez les personnes adultes et les conséquences peuvent être très graves chez les femmes enceintes de par l’atteinte du fœtus et chez les personnes dont le système immunitaire est perturbé ( greffés, VIH, cancers, chimiothérapie, traitement par la cortisone)

Il existe un traitement qu’il est conseillé de prendre le plus tôt possible, dans les 72 heures surtout à un âge avancé afin d’éviter les douleurs.
Plus le traitement est institué tôt, plus on limite le risque de névralgies post zostériennes.
En cas de névralgies intenses, il peut être nécessaire de prendre des anti douleurs.

Par contre des séances de LED peuvent aider efficacement à lutter, et sans douleurs, contre l’inflammation et les douleurs.

Docteur DENJEAN qui a la grande chance de ne pas avoir eu à souffrir d’un zona…

20140126-225337.jpg

Tagué:, , , , , , ,

14 réflexions sur “Le ZONA

  1. Mandza claire 13 mai 2017 à 21 h 07 min Reply

    J’ai eu un zona il t’a deux ans et jusqu’ici je continue à avoir des douleurs le long du flanc droit sous le sein je souffre énormément merci de m’aider

    J'aime

  2. nbodsonNancy Bodson 14 mai 2015 à 0 h 33 min Reply

    Bonjour, Mon compagnon de 35 ans a fait un zona opthalgique. Urgences, opthalmo, il a bien ete suivi. Il a pris le traitement antiviral après 48h, il prend du paracetamol/codeine et 25mg d’amitryptiline. Les croutes sont tombees il y a une semaine. Cela fait maintenant 3 semaines que les premieres lesions avaient debute. Mon compagnon souffre de demangaisons tres fortes et je ne sais pas quoi faire pour l’aider. Aucuns medecin ne lui a prescript de la crème pour l’aider. La douleur arrive a etre supprimee grace au traitement. Il est impossible de voir sur internet si il est normal de souffrir de demangaisons les premieres semaines après que les croutes soient tombees. Que faire? J’ai peur que ces demangaisons restent pendant des annees. merci.

    J'aime

    • blogdermatologue 14 mai 2015 à 7 h 53 min Reply

      Ne vous inquiétez pas
      Les démangeaisons peuvent en effet durer un certain temps et ce pendant la phase de cicatrisation
      Il faudrait qu’il prenne un anti histaminique.
      Il peut mettre une crème cicatrisante pour apaiser

      J'aime

  3. Marguerite, Buzenval 11 octobre 2014 à 16 h 40 min Reply

    LES DERMATOLOGUES PUBLIENT UN ÉNONCÉ DE PRINCIPE AU SUJET DU VACCIN CONTRE LE ZONA
    OTTAWA (Ont.), le 16 septembre 2014 – L’Association canadienne de dermatologie (ACD), qui a pour mission de promouvoir les normes les plus élevées de soins en dermatologie au Canada, a émis un énoncé de principe au sujet du vaccin contre le zona.
    La maladie appelée zona résulte de la réactivation du virus varicelle-zona, qui reste en dormance dans les ganglions rachidiens et crâniens après une infection primaire sous forme de varicelle (« picote »), contractée habituellement durant l’enfance. La complication la plus fréquente du zona est la névralgie post-zona (ou névralgie post-zostérienne), une sensation de douleur parfois insupportable qui a souvent des répercussions négatives et graves sur la qualité de vie, surtout chez les aînés.
    Un vaccin capable de réduire le risque d’apparition du zona est actuellement disponible au Canada. C’est un vaccin sans mercure à virus vivant atténué qui est indiqué pour la prévention du zona chez les adultes de plus de 50 ans. Dans le principal essai clinique d’efficacité, le vaccin a réduit l’incidence du zona de 51,3 % dans la population à l’étude composée de 38 546 adultes de plus de 60 ans.
    L’Association canadienne de dermatologie vous recommande de demander à votre médecin traitant ou à votre dermatologue si le vaccin contre le zona vous conviendrait. L’énoncé de principe de l’ACD au sujet du vaccin contre le zona est affiché sur le site Web dermatologue.ca.

    Docteur, Où en est on en France ?

    J'aime

  4. Hyacinthe, Poissy 22 février 2014 à 0 h 28 min Reply

    Bonjour,
    Il y a environ 6 mois j’ai eu un zona bénin, selon mon dermatologue. Durant environ 2 à 3 semaines, j’ai eu une petite poussée de boutons. Le soucis majeur c’est que je ne m’y suis pas pris à temps, et le délai utile pour le soigner avec des antiviraux était dépassé lorsque je suis allé consulter.
    Sur le coup, je n’ai quasiment pas eu de douleurs mais ensuite une fatigue extrême qui n’a duré que quelques jours.
    Après la disparition des boutons, j’ai commencé à ressentir un épuisement général avec une douleur sourde à l’endroit où j’avais eu mon zona. Les différentes analyses de sang effectuées n’ont rien donné, tout semble normal. Cela fait maintenant 9 mois, et de manière chronique je ressens cette douleur sourde (quoique supportable) mais surtout un épuisement total qui peut parfois durer une semaine, ensuite une fatigue latente se fait sentir, tant est si bien que je ne fais plus de sport (je me fatigue si vite), tout semble me faire renoncer, moralement cela devient vraiment très dur à supporter.
    Pouvez-vous me dire si cette fatigue a en effet un lien avec le zona que j’ai eu. Mon entourage me le certifie en me disant qu’un zona peut entraîner une fatigue durant des mois après la survenue du virus. Pour certains médecins le verdict n’est pas aussi unanime, certains disent que cette fatigue est due au zona, d’autres qu’il n’en est rien.
    Je dois avouer que je commence à m’inquiéter vu mon âge (58 ans) et surtout avec toutes ces conseils contradictoires….
    Pourriez vous me confirmer ou m’infirmer le fait que le zona fatigue énormément, même plusieurs mois après l’apparition des boutons. Pouvez vous me rassurer sur une guérison définitive avec le cursus approprié.
    On me conseille les consultations en milieu hospitalier… Alors que j’ai toujours fait confiance à la médecine de ville…. Je suis particulièrement inquiet et désemparé.
    Que faire ?
    Merci à l’avance.

    J'aime

    • blogdermatologue 22 février 2014 à 6 h 18 min Reply

      Bonjour,
      Le zona peut en effet entraîner une fatigue mais aussi il peut être secondaire à cette fatigue.
      Il me semble important de faire avec votre médecin un bilan pour vérifier s’il n’y a pas d’autres causes à cette fatigue.
      Les douleurs peuvent en effet persister longtemps

      J'aime

  5. Valéry, Romorantin 10 février 2014 à 0 h 01 min Reply

    Je viens de découvrir que j’ai un zona intercostal dont les premières démangeaisons ont commencé il y a 5 ou 6 jours. Après consultation je démarre un antiviral pour une durée de 7 jours. Les grosses démangeaisons n’avaient duré qu’une soirée mais suite à l’utilisation aujourd’hui de Biseptine, elles reviennent. Pour le moment je n’ai qu’un bouton (d’où utilisation de ce produit) que j’ai dû faire moi-même en me grattant.
    J’ai du mal à comprendre les différents stades de la maladie et ce qui va se passer. S’il n’y a pas d’irruptions le zona restera-t-il interne ? Les irruptions ont-elles lieu dans la première phase ou après ?
    J’ai 55 ans.

    J'aime

  6. Patricia, Chatenay Malabry 27 janvier 2014 à 9 h 56 min Reply

    Bonjour, j’ai un zona intercostal depuis 3 mois. Les douleurs intenses se sont beaucoup atténuées mais il me reste une allodynie, c’est à dire une hypersensibilité douloureuse de la peau au moindre effleurement et donc je ne peux porter de vétements sans hurler. De fait, je ne sors plus et me retrouve très isolée. Comment y pallier car cela influe sur mon moral gravement ? Comment peut on s’en sortir ? J’ai déjà essayé plein de choses mais certainement pas toutes….

    J'aime

  7. Marie Sylvie, Arcueil 26 janvier 2014 à 23 h 52 min Reply

    Bonjour,
    J’ai un zona depuis une semaine, des boutons depuis le milieu du dos jusqu’au milieu du ventre, avec des douleurs atroces. Malgré un antiviral, et des anti-douleurs (codéine et paracétamol) qui m’assomment, je souffre toujours autant. Selon mon médecin, l’insuffisance rénale et l’utilisation de la cortisone, due à la maladie d’Ormond dont je souffre, a pu provoquer ce zona. Il est resté vague quant à la durée de cette affection et de ces douleurs, parlant de 2 semaines à plusieurs mois !!!
    Je cherche une note optimiste !!!!, 2 semaines je veux bien, il m’en reste dans ce cas plus qu’une, mais plusieurs mois … Qu’en pensez vous ?
    Merci Docteur.

    J'aime

  8. Pauline, Metz 26 janvier 2014 à 23 h 07 min Reply

    Des douleurs intenses entre le sternum et la colonne vertébrale m’ont valu une hospitalisation en urgence. Soigné par morphine, le zona est apparu au bout de 4 jours. Depuis des mois j’ai des vertiges et une IRM a montré des protrusions, des compressions de disques et des pincements du canal médullaire. Y a-t-il un lien ?

    J'aime

    • blogdermatologue 26 janvier 2014 à 23 h 47 min Reply

      Franchement, le zona peut donner des douleurs mais pas de protrusion

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :