Archives Mensuelles: mars 2014

Le pied d’athlète

On nomme pied d’athlète une infection mycosique au niveau des pieds.
Cette dermatophytose est due à un champignon qui se développe dans la kératine.
Cette affection est extrêmement fréquente et touche en premier lieu les sportifs et ceux qui transpirent beaucoup des pieds.
En effet, les pieds peuvent secréter jusqu’à 15 grammes de sueur par heure pendant un effort physique.

L’humidité due à la sueur est plus intense lorsque les pieds sont enfermés dans les chaussures de sport ou dans des chaussures type tennis ou baskets.

Ensuite si l’on doit marcher pieds nus dans un espace commun comme des vestiaires, des sols jouxtant les piscines, des tatamis, des douches collectives ou des hammams, la contamination des pieds par des champignons est enclenchée !
De là vient le nom de «maladie du pied d’athlète».

Ce pied d’athlète se manifeste par des rougeurs, des démangeaisons qui peuvent être intolérables et un aspect squameux entre les orteils pouvant s’étendre sur la plante des pieds.
À un stade plus avancé, la peau peut se fissurer avec des crevasses plus ou moins profondes et carrément provoquer des coupures très douloureuses entre les orteils.

Dans certains cas, paraissent des vésicules et des cloques qui traduisent une réaction allergique au champignon.

Au maximum, ces fissures se creusent et peuvent effectivement se surinfecter.

Le pied d’athlète est extrêmement contagieux.

En conséquence, pour éviter la contagion de cette infection, certaines précautions sont recommandées et indispensables :

Il est absolument recommandé de marcher avec des sandalettes dans tous les lieux à haut risque de contamination.
Dans les douches au sport, sur les abords de la piscine.

Il est important de ne surtout pas emprunter les chaussures d’une autre personne, ni les chaussettes.

Éviter de mettre des chaussures trop fermées et surtout pas pieds nus et penser à aérer les pieds dès que l’on se déchausse.
Porter de préférence des chaussettes en coton ou en fil d’écosse car les tissus avec des fibres synthétiques favorisent la transpiration et donc la macération.
Les chaussettes doivent impérativement être changées tous les jours, voire plus si l’on fait du sport.

En cas de transpiration importante des pieds, il faut éviter de mettre les mêmes chaussures deux jours de suite, afin de bien les sécher.

Si malgré tout celà, une infection mycosique survient, en même temps que le traitement prescrit il est conseillé de mettre des poudres anti fongiques dans les chaussures de ville, chaussures de sport, chaussons, bottes.

Après le bain ou la douche, les pieds doivent être séchés scrupuleusement pour ne laisser aucune trace d’humidité, et il est indispensable de réserver une serviette spécialement pour eux.

Enfin, la désinfection de la salle de bain est très importante pour éviter la propagation : carrelage, douche et baignoire doivent être lavés avec une préparation javellisée et les tapis de bain lavés et même changés très souvent.

20140330-162349.jpg

Une télévision dans la chambre donne des enfants obèses

Des scientifiques de l’Université de Dartmouth ont étudié le retentissement dans les foyers occidentaux de l’habitude de plus en plus fréquente d’installer une télévision dans la chambre des enfants.
Les résultats ont été publiés dans la revue JAMA Pediadrics.

Un sondage réalisé par téléphone en Grande-Bretagne a démontré que 60% des enfants de 10 à 14 ans possèdent une télévision dans leur chambre !

Les scientifiques ont donc analysé diverses données médicales et comportementales de 3055 enfants de cette tranche d’âge pour vérifier si en regardant la télévision dans leur chambre il y avait une incidence sur le poids.

Les résultats sont édifiants : les enfants ayant une télévision dans leur chambre présentent un surpoids par rapport aux autres.

Ainsi, leur indice de masse corporelle a augmenté d’un demi-point en deux ans et de 0,75 point en quatre ans par rapport aux autres enfants.

Selon les auteurs, cette pratique favorise la sédentarité et le manque de sommeil, deux facteurs associés à l’obésité.

À ce sujet, une étude britannique du Medical Research Council de l’Université de Londres a révélé « qu’à cause des écrans, seul un enfant sur deux pratique un exercice physique ».

En outre, le fait de passer du temps devant un écran perturbe la qualité et la durée du sommeil.

Or le manque de sommeil perturbe la zone du cerveau qui commande l’alimentation et la satiété et mal dormir ferait donc grossir.

Une autre étude américaine réalisée à l’Université de Californie a d’ailleurs démontré que «les aliments les plus caloriques étaient particulièrement recherchés par les personnes privées de sommeil d’où le lien entre le manque de sommeil, le gain de poids et l’obésité».

Autre facteur aggravant, les publicités alimentaires qui privilégient les jeunes comme cibles, en vantant les produits riches en calories.

Tout ceci est inquiétant car l’obésité entraîne à long terme de nombreuses pathologies.

Aux États-Unis, 8% des enfants âgés de 2 à 5 ans sont obèses.

En France, en 2012, l’obésité et le surpoids concernaient respectivement 3,5% et 4,5% des enfants, selon l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).

Chaque année, l’obésité dans le monde entraîne le décès de plus de 3 millions de personnes tous âges confondus, en raison d’un diabète, d’une hypertension artérielle et bien d’autres pathologies liées au surpoids comme certains cancers.

L’OMS conseille d’ailleurs de pratiquer au moins 60 minutes d’activité par jour pour les enfants de 5 à 17 ans et au minimum 150 minutes d’exercice modéré par semaine pour les adultes.

Docteur DENJEAN qui, de plus en plus, remplace la télévision par un bon livre ou la rédaction d’un article sur son blog.

20140323-224405.jpg

Protéger sa vue sur les pistes de ski est indispensable

Le ski et les vacances de neige ne sont pas terminés et les pistes de ski continuent à être effectivement très fréquentées.
A la neige, non seulement il faut protéger sa peau et ses lèvres des rayons solaires mais aussi particulièrement ses yeux.

L’Association nationale pour l’amélioration de la Vue (AsnaV) prodigue à nouveau des conseils pour préserver notre capital visuel aux sports d’hiver.

En effet, à la montagne, le soleil est beaucoup plus dangereux en hiver qu’en été, même lorsque le temps est couvert.
D’une part, la neige réfléchit jusqu’à 85% des rayons solaires.
D’autre part, les UV sont plus nocifs en altitude : «à chaque palier de 1000 mètres, la proportion d’ultraviolets augmente de 10% à 12%» précise le communiqué de l’AsnaV.

Le souci est que n’ayant pas d’impression de chaleur sur la peau, certaines personnes croient qu’il est inutile de se protéger et de porter des lunettes de soleil.

Pourtant il faut se protéger avec de bons verres solaires de façon permanente, y compris sur les remontées mécaniques ou lors d’une collation à la terrasse d’un café.

L’atteinte la plus fréquente est la photokératite due à l’exposition des yeux aux rayons ultraviolets.
Cette kératite est encore appelée «cécité des neiges» ou «ophtalmie des neiges», elle se produit le plus souvent en altitude ou même en milieu polaire.

Les enfants présentent beaucoup plus de risques car, jusqu’à l’âge de 12 ans, leurs yeux laissent davantage pénétrer les rayons UV.

Une protection solaire oculaire inadaptée favorise le vieillissement précoce de l’œil avec survenue de cataracte précoce ou de DMLA.

L’AsnaV recommande le port de verres de catégorie 4, certifiés CE, de préférence jaunes ou orangés.
Ces teintes sont adaptées de plus au brouillard et accentuent le relief et les contrastes.

Une monture souple emboîtante adaptée à la forme et à la taille du visage est conseillée. Ces montures doivent être fixées correctement sur la base du nez et derrière les oreilles en préférant les modèles à élastique pour les enfants.

Docteur DENJEAN qui a toujours protégé sa vue au soleil, quelque soit son intensité…

20140320-231558.jpg

Dormir près de son smartphone perturbe le sommeil

L’insomnie est un phénomène fréquent et près d’une personne sur trois dans le monde en souffre.
Ces troubles du sommeil ont tellement de répercussions que les chercheurs travaillent activement pour en déterminer les causes.

Hors très récemment, ils ont identifié une nouvelle cause : un téléphone portable posé à côté du lit agit sur l’endormissement.

Ceci est d’autant plus fréquent que la plupart ont l’habitude d’utiliser leur téléphone portable comme réveil et le dépose sur leur table de nuit ou près de l’oreiller.
Or d’après les chercheurs, ceci serait néfaste principalement à cause de la lumière qu’ils émettent et ceci est d’autant plus prononcé pour les nouvelles générations de téléphones avec des écrans de très haute qualité.

D’après Charles Czeisler, chercheur en médecine du sommeil à l’Université d’Harvard, la lumière émise par les smartphones perturbe beaucoup le rythme circadien du corps.

En effet, les rayons émis par les écrans des téléphones portables stimulent la rétine et agissent auprès de l’organisme comme les lueurs du jour.
Ainsi comme d’autres lumières artificielles, celle des smartphones inhibe la libération de mélatonine, l’hormone de l’endormissement et maintient la personne éveillée mais ceci est augmenté par le fait que la lumière des smartphones est composée en grande partie de longueurs d’onde associées à la couleur bleue, nettement plus stimulante.

« Les cellules de la rétine sont les plus sensibles à la lumière bleue » indique au Dailymail Debra Skene, chercheur en neuroendocrinologie à l’Université de Surrey.
Il faut donc aussi éviter de regarder et de lire sur son smartphone au moment de se coucher si on ne veut pas rester trop longtemps éveillé.

Autre incidence importante des smartphones : la proximité de la source de lumière bleue des smartphones.

« Tout comme le type de lumière peut avoir un effet sur ​​l’horloge biologique de votre corps, la durée de l’exposition, l’heure à laquelle vous êtes exposé et la distance entre vos yeux et la source de lumière représentent des facteurs déterminants sur la qualité de votre sommeil » indique Debra Skene. 

En 2012, des chercheurs du Lighting Research Center à New York avaient déjà alerté contre la lumière émise par les tablettes et les ordinateurs portables.
Ils avaient constaté lors d’une étude que s’en servir pendant deux heures avant de dormir pouvait réduire jusqu’à 23% le taux de mélatonine produite par l’organisme.

Une autre étude menée en 2011 par l’université de Stanford révèle que de courtes expositions à la lumière peuvent également perturber le sommeil.
En effet même une exposition d’une durée de seulement 0,12 seconde suffit.
À peine le temps d’un signal du téléphone.
Encore nettement plus perturbant si l’on regarde son smartphone dans la pénombre juste avant de s’endormir…..

Docteur DENJEAN qui éloigne assez largement son smartphone de son lit pour un sommeil réparateur.

Référence : maxiscience.com du 11 mars 2014

20140319-212752.jpg

Les rondelles de citron contaminées par des bactéries 7 fois sur 10

Des chercheurs américains ont voulu analyser les rondelles de citron posées sur le bord des verres.
76 rondelles de citron ont donc été collectées dans différents établissements de restauration et analysées.

Les échantillons étaient prélevés dès que le verre de boisson était déposé sur la table et avant que le client ne puisse la toucher.

Les résultats de cette étude ont été analysés et sont parus dans le Journal of Environmental Health : 7 rondelles sur 10 étaient contaminées par différentes bactéries provenant des matières fécales ou des voies respiratoires, voire de la peau.
Les chercheurs ont même trouvé l’E.coli, le staphylocoque epidermidis et un champignon qu’on trouve habituellement dans le vagin !

Malgré les propriétés dites antimicrobiennes du citron, «une large variété de micro-organismes peuvent survivre sur la pulpe et la peau d’un citron coupé en tranches», concluent les chercheurs.

D’après les auteurs de cette étude, le personnel qui prépare les rondelles de citron à mains nues serait à l’origine de cette contamination.

Par contre, les auteurs n’excluent pas non plus la responsabilité de la contamination par un contact avec la viande crue ou la volaille dans les cuisines.

Il faut aussi noter que lors d’études précédentes, on a prouvé que des bactéries du même type se retrouvent partout dans les restaurants. Bouteilles de ketchup, salières et poivrières, menus qui passent de mains en mains sans être nettoyés, tables, chaises, fauteuils, etc….
Les raviers de cacahuètes seraient aussi des nids à bactéries.

Heureusement que le corps arrive à lutter contre ces organismes…

Docteur DENJEAN qui se méfie toujours de l’agressivité microbienne pour son hygiène.

20140317-231625.jpg

Uriner dans la piscine est néfaste pour la santé

Uriner dans la piscine n’est pas vraiment hygiénique, c’est sur mais en fait c’est surtout très mauvais pour la santé.

Des chercheurs de l’université Purdue, aux États-Unis, ont conduit une étude très sérieuse en analysant l’eau de piscines chinoises.

Ces chercheurs ont constaté que les produits chimiques issus de l’urine, lorsqu’ils sont mélangés au chlore, se transforment en une substance nocive, le chlorure de cyanogène.

Cette substance atteint surtout les poumons, le cœur et le système nerveux central.

D’autre part, l’urée de l’urine, se transforme aussi au contact du chlore en un composant chimique, dangereux lui aussi, la trichloramine.

Ce composé est nocif pour la fonction pulmonaire.
Ceci a été prouvé par des biopsies au niveau des bronches de nageurs professionnels en montrant la présence d’une inflammation au niveau de ces bronches.
Cette atteinte est tout à fait comparable à celle de patients asthmatiques.

Selon une autre étude sur de nombreux nageurs, sauveteurs et tout personnel des piscines ont du fait de ces réactions chimiques des maladies chroniques.

Cette étude fait froid dans le dos car maintenant on ne pourra plus aller à la piscine l’esprit tranquille !

À moins que les personnes arrêtent d’uriner dans les piscines, mais ça c’est moins sur !

Docteur DENJEAN qui adore la natation mais pas vraiment les piscines !

20140316-133018.jpg

Un bon désinfectant: le vinaigre

Le vinaigre était déjà utilisé dans la Rome antique.
En effet, les soldats romains avaient pour habitude d’ajouter du vinaigre à l’eau pour la désinfecter.
Au Moyen Âge, le vinaigre était utilisé pour combattre les maladies, dont la peste bubonique.

Lors des guerres, jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, les soldats ont utilisé le vinaigre de cidre de pomme comme désinfectant pour leurs blessures.

De nos jours, le vinaigre est très utilisé pour nettoyer et tuer les microbes un peu partout dans la maison, particulièrement dans la cuisine sur les planches de coupe, pour désinfecter le réfrigérateur, mais aussi dans l’eau de rinçage pour tuer les microbes, les petits insectes des fruits et légumes.
On peut aussi l’utiliser pour nettoyer et désinfecter le micro ondes en y faisant bouillir de l’eau vinaigrée (1/3 vinaigre, 2/3 eau) pendant 5 minutes.
La vapeur va se coller sur les parois et une simple éponge humide ensuite suffira à l’éliminer.
C’est aussi le meilleur et le plus économique anticalcaire pour vos casseroles et robinets.
Utilisé dans le lave linge ou le lave vaisselle, il prolongera leur durée de vie.

Mais depuis peu, des chercheurs ont découvert une puissante action contre de redoutables bactéries.

Une étude menée par des chercheurs vénézuéliens, français et américains vient d’être publiée dans la revue mBio qui démontre que l’acide acétique tue efficacement les mycobactéries, y compris Mycobacterium tuberculosis, extrêmement résistante aux médicaments.

Les mycobactéries, rappelons le sont des bactéries responsables entre autres de la tuberculose et de la lèpre, ce qui pose un terrible problème en milieu hospitalier car elles résistent aux désinfectants et antiseptiques couramment utilisés.
Le chlore est actuellement le produit le plus utilisé pour désinfecter les cultures et les échantillons tuberculeux, mais il est toutefois toxique et corrosif.

C’est là que l’acide acétique, c’est à dire le vinaigre, peut être très utile.

Lors de leur étude, les chercheurs ont découvert que le vinaigre pouvait tuer ces mycobactéries alors qu’elles résistent aux désinfectants et aux antibiotiques.
Ils ont fait cette découverte tout simplement en testant un médicament devant être dissous dans l’acide acétique, ils ont alors remarqué que le tube témoin, traité avec de l’acide acétique seul, avait tué les mycobactéries.

Une fois cette observation notée, d’autres tests ont été réalisés en collaboration avec des scientifiques français et américains.
Les résultats ont été extraordinaires !

Des scientifiques de la faculté de médecine Albert Einstein College of Medicine à New York ont testé des souches tuberculeuses et ont découvert que le contact avec de l’acide acétique dilué à 6% pendant 30 minutes tuait réellement la tuberculose, y compris certaines souches résistant à la plupart des antibiotiques.

Les souches plus résistantes ont été mises en contact avec de l’acide acétique plus concentré (10%), toujours pendant 30 minutes, pour être définitivement tuées.

Cette découverte apporte un réel espoir dans la lutte contre les mycobactéries.

«Nous avons réellement besoin de désinfectants moins toxiques et moins coûteux, capables d’éliminer les mycobactéries tuberculeuses et non tuberculeuses, en particulier dans les pays à faible revenu», a déclaré l’auteur référent, Howard Takiff.

Même une solution d’acide acétique à 25% n’est que faiblement irritante. De plus, avec près de 100 dollars américains (73 euros), il est possible d’acheter suffisamment d’acide acétique pour désinfecter jusqu’à 20 litres de cultures ou d’échantillons cliniques tuberculeux, a-t-il précisé.

Docteur DENJEAN qui utilise depuis toujours le vinaigre dans sa maison…

Références : revue mBio et univadis du 03.03.2014

20140309-231354.jpg

Les UV artificiels responsables de cancers cutanés.

Il ne faut pas se voiler la face comme le font certains, les cabines de bronzage favorisent les cancers de la peau.

Une récente étude épidémiologique américaine a prouvé que les personnes qui s’exposent aux lampes à UV multiplient par 1,5 le risque de développer un cancer spinocellulaire de la peau pouvant métastaser et par 2,5 un cancer basocellulaire (le plus courant à évolution locale moins grave mais pouvant être nécrosant).
Si c’est un jeune de moins de vingt ans, ces risques sont nettement plus élevés.

Une précédente étude européenne avait de plus mis l’accent sur l’interaction entre l’usage de ces lampes à bronzer et les mélanomes, forme la plus grave des cancers de la peau.

Et pourtant, bien qu’on le sache, il y a de plus en plus d’adeptes dans le monde.
Et malgré toutes les campagnes d’informations et de sensibilisation sur le danger des UV.

De plus, il ne ne faut surtout pas oublier les effets secondaires oculaires (dégénérescence maculaire de la rétine, cataracte, cancers…) ou même une photokératoconjonctivite lors de l’exposition solaire sans lunettes de protection.

Une étude vient d’être publiée dans la revue Jama Dermatology en faisant le point sur l’impact sanitaire des cabines de bronzage.

Des chercheurs de l’université de Californie ont rassemblé les résultats de 88 études consacrées à ce phénomène, études comprises dans une période entre 1992 et 2013.

Ces différentes études ont porté sur plus de 400000 personnes en Europe, aux Etats-Unis et en Australie.

Suite à cette synthèse les chercheurs estiment que 3 personnes sur 10, dans le monde, ont fréquenté un centre de bronzage artificiel.

C’est en Europe du Nord et de l’Ouest que la fréquentation est la plus importante avec 41,6% d’adultes concernés !

Aux Etats-Unis et au Canada, ils sont 35,4% à utiliser ces types d’appareils.

Mais en Australie, où les campagnes de prévention sur les dangers des UV sont multiples et efficaces, seulement 10,7% des adultes ont fréquenté une cabine de bronzage.

Mais pour les auteurs de cette enquête il y a nettement plus inquiétant, cela vient du fait que la jeune génération est de plus en plus attirée par le bronzage artificiel; 55% des étudiants en université et 19,3% pour les adolescents auraient au moins une fois dans leur vie utilisé une lampe UV.

«Parce que le risque de mélanome et des autres cancers de la peau est plus élevé chez les personnes exposées au bronzage artificiel au début de leur vie, le fait que nous ayons constaté que de nombreux étudiants et adolescents ont déjà été exposés est très inquiétant. Le taux de cancer de la peau dans ce groupe très sensible devrait être encore plus élevé dans les prochaines décennies», déclarent les chercheurs.

Ils estiment que les lampes UV pourraient causer 450000 cancers de la peau d’origine non mélanocytaire et plus de 10000 mélanomes chaque année, dans le monde.

«Ce qui nous inquiète, c’est que le bronzage artificiel est de plus en plus populaire. Alors que les taux de tabagisme sont en baisse dans les pays occidentaux, il est possible que le nombre de cancers de la peau induits par les cabines de bronzage finissent par dépasser celui des cancers du poumon dans les années à venir», concluent les auteurs de cette étude.

Rappelons que dans l’ensemble les cabines de bronzage émettent surtout des UVA connus pour favoriser le bronzage mais ils induisent des altérations profondément dans la peau.
Les UVA sont responsables de la survenue du mélanome malin,et de l’atteinte du système immunitaire cutané.

Les UVB responsables des coups de soleil sont impliqués dans le vieillissement cutané ( en association avec les UVA)

On dépiste 90000 nouveaux cas de cancer de la peau par an et ce chiffre double irrévocablement tous les dix ans.
Le nombre de mélanomes double tous les 10 ans et selon une étude française publiée dans le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH), le nombre de décès pourrait s’élever à 2288 dans les 30 prochaines années si l’habitude des Français de s’exposer aux cabines UV ne s’arrête pas.
Récemment la Ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé la prochaine publication d’un décret visant à durcir la réglementation des cabines de bronzage. Ce décret a d’ailleurs été déposé par l’ancien gouvernement, dont le but est d’absolument mieux protéger les adeptes d’appareils aux ultraviolets artificiels.

Je ne suis pas sûre que cela suffise quand on voit l’impact des campagnes anti tabac mais au moins les utilisateurs ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas.

Mais quel dommage quand on sait que pour un avoir un teint hâlé, certaines et certains préfèrent jouer à la roulette russe avec leur vie.

Je rappelle, que comme chaque année, les Dermatologues français accueilleront gratuitement le public dans des centres de dépistage spécifiques, pour un dépistage gratuit des cancers de la peau.

Docteur DENJEAN qui a une peau très claire et qui pour rien au monde ne cherche à bronzer….

20140302-165414.jpg

%d blogueurs aiment cette page :