Archives de Tag: acide hyaluronique

Les injections d’acide hyaluronique pour améliorer les paralysies faciales ?


Les injections à visée esthétique au niveau des lèvres semblent améliorer les personnes atteintes de paralysie faciale.
Cette découverte a été rapportée dans la revue « JAMA Facial Plastic Surgery », par des médecins américains qui indiquent que l’injection d’acide hyaluronique dans les lèvres a été bénéfique aux patients.
En effet, cette découverte est due à Kofi Boahene de l’Université Johns Hopkins de Baltimore, dans le Maryland.
Il a traité un patient souffrant de dystrophie musculaire avec une faiblesse des muscles de la face et qui avait des difficultés à parler. 

Pour améliorer son état, il lui a injecté de l’acide hyaluronique et les effets ont été rapidement visibles.

Pour confirmer cette découverte, Kofi Boahene et ses collègues de l’Université de Stanford, en Californie, ont réalisé une étude chez 22 patients atteints de paralysie faciale avec perte de contrôle d’un côté de la bouche, et aussi 3 patients avec une dystrophie musculaire ayant perdu le contrôle des deux côtés de la bouche. 
Avant le traitement par injection d’acide hyaluronique, ces chercheurs ont mesuré la force au niveau des lèvres et en même temps un orthophoniste a mesuré la capacité des patients testés à accomplir les activités courantes de la vie quotidienne, comme parler, manger et boire.
Les meilleures améliorations constatées après l’injection l’ont été chez les patients atteints de dystrophie musculaire et présentant une paralysie des deux côtés de la bouche. 
Chez ces patients atteints de dystrophie musculaire, la force mesurée au niveau des lèvres a été multipliée par six ou sept. 
Chez les autres patients avec simple paralysie faciale unilatérale, la force des lèvres a été multipliée par 1,4 du côté paralysé et de 0,4 du côté sain. 

De plus, tous les patients ont également eu des améliorations notables pour accomplir les autres nécessités de la vie quotidienne.

Kofi Boahene a prévu une étude à plus grande échelle chez environ 100 patients afin de conforter ces résultats.
Cette étude me semble intéressante car elle prouve qu’un acte au départ purement esthétique peut rendre la vie plus facile autrement que par sa portée esthétique.
Docteur DENJEAN qui a toujours aimé l’acide hyaluronique quand il est utilisé à bon escient et avec tact et mesure….

  

Dermatoporose : un syndrome émergent


Définie par Monsieur Saurat, Professeur de Dermatologie à l’Université de Genève, spécialiste du vieillissement cutané et des actifs anti-âge, la dermatoporose désigne la finesse et la fragilité cutanée extrême des personnes âgées de 70 ans et plus.

Avec l’augmentation de l’espérance de vie, nous sommes de plus en plus confrontés à un autre aspect du vieillissement cutané, qui n’est plus seulement esthétique mais aussi fonctionnel, médical car la peau, organe essentiel, perd sa principale propriété de protection, la peau étant très fine, extrêmement fragile.
L’épaisseur de la peau est souvent inférieure à 1 cm (comprise entre 0,5 et 0,7 mm) alors que normalement elle est de 1,5cm.

Cela se traduit par une peau qui se déchire et est parsemée de tâches brunes et rouges.
Une peau qui se déchire, qui fait des hématomes au moindre choc même léger.
On note un peu partout des marques cicatricielles suite à des déchirures et des plaies qui cicatrisent de plus en plus difficilement.
La peau devient jaunâtre avec visibilité par transparence des vaisseaux sanguins.

La peau perd son rôle de “Barrière protectrice”. Il y a plusieurs stades dans cette maladie de la peau et on la compare à l’ostéoporose (c’est le tissu osseux qui devient poreux et fragile et l’os se casse facilement).
La dermatoporose, c’est la peau qui ne fabrique plus d’acide hyaluronique, responsable de sa visco-élasticité et la peau et ses structures.

Ce syndrome émergent, la dermatoporose est donc un syndrome d’insuffisance cutanée chronique, associé à l’âge avancé, associé à une importante accumulation de rayonnement solaire.
Et pour certains on note dans les antécédents une utilisation prolongée de corticostéroïdes topiques et/ou systémiques.
Avec la prolongation de l’espérance de vie, ceci pose un problème clinique avec une morbidité importante qui peut d’ailleurs faire suite à une hospitalisation de longue durée.

Avec l’âge, on observe une disparition inéluctable de l’acide hyaluronique, dont le rôle est de stabiliser les structures intercellulaires.
L’acide hyaluronique a la capacité de retenir l’eau (jusquà 1000 fois son poids) et donner à la peau sa viscoélasticité.

Sa disparition conduit à la dégénérescence de la matrice extracellulaire avec la perte des fonctions mécaniques protectrices de la peau, et donc à une grande fragilité.
Cette photosénescence évolue vers une défaillance fonctionnelle d’un organe, la peau, et c’est bien une affection médicale.

La solution est donc de pallier à cette carence en acide hyaluronique qui s’aggrave avec l’âge, de la même façon que l’on cherche à compenser les manques en calcium pour l’ostéoporose.
Plusieurs crèmes pourraient agir, soit à base de dérivés de Vitamine A ou de fragments d’acide hyaluronique car l’acide hyaluronique est normalement constitué de molécules trop grosses pour traverser la peau.

Docteur DENJEAN qui a toujours fui le soleil et s’en félicite maintenant.

20130618-004156.jpg

Âge et déclin


Âge et déclin

Avec l’âge, la peau décline et malheureusement tout commence à la trentaine et même entre 25 et 30 ans.
Les cellules se renouvellent moins vite et les plus anciennes cellules s’éliminent moins rapidement, elles s’accumulent et donne à notre peau un aspect moins lumineux, plus brouillé.
Les cellules qui fabriquent les fibres collagène et élastiques diminuent et la peau devient plus fine, beaucoup moins souple.
Les glandes sébacées s’atrophient et donc la production de sébum diminue et la peau devient beaucoup plus sèche.
Elle est nettement moins résistante aux chocs.
Bien entendu, cela commence certes inexorablement mais lentement au début, puis le processus s’accélère avec les années pour s’aggraver à la ménopause ou la chute des œstrogènes aggrave la chute du collagène et de l’élastine..
Ce phénomène se retrouve chez les hommes avec l’andropause, syndrome discuté par certains, mais pourtant réellement existant.
En effet, les hommes aussi subissent une chute de leurs hormones (testostérone) après la cinquantaine, ce qui a pour effet chez eux aussi à un amincissement et une sécheresse de la peau.
Ce phénomène de déclin de la peau est lié aussi à la génétique bien sur et à l’environnement (stress, manque de sommeil, tabac, alcool, soleil).
Alors que faire devant ce déclin implacable ?
Faire au maximum de la prévention : favoriser une vie saine avec une alimentation équilibrée riche en anti oxydants, éviter le tabac, se protéger efficacement du soleil (en effet à quoi sert de s’exposer et de s’abimer definitivement la peau pour un bronzage bien éphémère ?).
Utiliser de bonnes crèmes anti rides, anti âge avec soit de la vitamine C, soit du rétinol par exemple.
Quant à l’acide hyaluronique dans les crèmes, n’espérez pas qu’il va combler vos rides car il ne pourra pénétrer dans la peau juste en appliquant une fine couche de crème, mais il va agir par son fort pouvoir hydratant.
Enfin, il faut toujours penser à hydrater sa peau aussi par l’intérieur en buvant suffisamment d’eau. (Minimum 1 litre et demi par jour)
Penser à laisser une coupelle d’eau près des radiateurs pour que l’air ambiant ne soit pas trop sec afin de ne pas déshydrater votre peau.
Une belle plante à toujours besoin d’eau !
Alors vous aussi…

Docteur DENJEAN qui pense toujours à préserver et à hydrater sa peau.

20130209-235403.jpg

%d blogueurs aiment cette page :