Archives de Tag: aspirine

Les analgésiques associés avec d’autres médicaments augmentent le risque de saignement gastro-intestinal

Il est connu que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tel l’ibuprofène ainsi que l’aspirine, augmentent le risque d’hémorragie digestive haute.

Maintenant, on sait que s’ils sont pris en association avec d’autres médicaments, le risque peut augmenter très significativement suite à la découverte de chercheurs néerlandais.
Les résultats de cette étude ont été publiés récemment dans la revue «Gastroenterology».

Ces chercheurs de l’équipe du Centre médical Erasmus de Rotterdam ont analysé toutes les données de 114835 patients présentant une hémorragie digestive haute et ils se sont plus particulièrement penchés sur les prescriptions d’AINS, d’inhibiteurs de la cyclo-oxygénase 2 (COX-2) ou d’aspirine à faible dose.

Ils ont constaté qu’un traitement par AINS non sélectifs entrainait plus de risques de provoquer une hémorragie digestive haute par rapport à une monothérapie par des inhibiteurs de la COX-2 ou de l’aspirine à faible dose.

Mais le plus dangereux est un traitement d’association car cela augmente énormément le risque d’hémorragie interne.
L’association la plus dangereuse étant l’administration conjointe d’un AINS non sélectif et d’un traitement à base de stéroïdes, le risque d’hémorragie digestive haute est alors beaucoup plus élevé.

Ainsi, l’utilisation simultanée d’AINS non sélectifs ou d’aspirine à faible dose avec des corticostéroïdes, ou des antagonistes de l’aldostérone ou des anticoagulants, entraîne un risque supplémentaire significatif d’hémorragie digestive haute.

Gwen Masclee , auteur de cette étude déclare :
« Ces résultats pourraient aider les cliniciens à personnaliser les traitements pour limiter au maximum le risque d’hémorragie digestive haute, et sont particulièrement pertinents chez les patients âgés, qui sont susceptibles de prendre plusieurs médicaments en même temps ».

Donc, chez les patients à risque accru, les chercheurs recommandent de réfléchir au bien-fondé de la prescription des AINS, et donc dans la mesure du possible d’éviter leur prescription ou, s’ils sont vraiment indispensables et incontournables, d’utiliser la dose efficace la plus faible avec une durée la plus courte possible.

Le souci est que les antalgiques font partie des médicaments les plus utilisés et qu’ils sont souvent pris en automédication. Leur consommation n’est pas anodine surtout lorsque l’on avance en âge.
Lors de l’auto médication les patients n’en sont souvent pas conscients, ce qui démontre la nécessité d’une bonne information aux patients.

Docteur DENJEAN qui préfère, quand cela est possible, utiliser des méthodes douces et qui regrette l’auto médication devenue trop facile et donc dangereuse…

IMG_0912.JPG

L’aspirine réduit le risque de mélanome

Une étude de la célèbre clinique Mayo aux Etats-Unis, montre que les cancers de la peau se sont multipliés par 8 chez les femmes de moins de 40 ans et par 4 chez les hommes de moins de 40 ans.
Une augmentation due à l’augmentation de l’intense fréquentation des cabines de bronzage.
De plus, les UV artificiels, délivrant une très faible quantité d’UVB ne favorisent pas la synthèse de Vitamine D, comme le soleil, et donc n’agissent pas non plus sur l’ostéoporose.
Donc le bénéfice risques est égal à zéro.

De nombreuses études ont montré que l’aspirine, ou acide acétylsalicylique, possède une action anti tumorale envers plusieurs types de cancers :
Œsophage, estomac, côlon, pancréas, rein et vessie, ovaire , prostate et même cerveau.
L’aspirine serait même efficace sur les métastases.
Dernière découverte suite à une étude américaine, l’aspirine réduit le risque de mélanome de 21%.
L’équipe américaine a suivi pendant 12 ans plus de 59 800 femmes de 50 à 79 ans , à peau claire.

Il s’avère que plus la prise est prolongée dans le temps, plus le risque de mélanome diminue.
En effet, les femmes ayant pris de l’aspirine pendant 5 ans et plus…. ont eu un risque diminué de 30% par rapport à celles qui n’en n’ont pas pris.
Bien sur, toutes ces femmes utilisaient les mêmes protections solaires, les mêmes habitudes d’exposition solaire.
Il semblerait que l’aspirine soit nettement efficace grâce à ses propriétés anti inflammatoires.
A noter qu’en 2012, après avoir collecté les preuves en faveur du rôle salutaire de l’aspirine dans la prévention des cancers , l’American Cancer Society suggérait que l’aspirine pourrait faire partie de la prévention des cancers.

Cependant, une surconsommation de ce médicament peut provoquer des saignements voire des hémorragies. Il faut donc prendre en compte les bénéfices risques d’un tel traitement avant de l’utiliser pour lutter contre les cancers….
Voir avec son médecin si on ne présente pas de contre indications, me paraît la plus élémentaire des prudences.

Et avant tout, n’oublions pas que dans la prévention du mélanome, la protection solaire reste le B.A ba.

Docteur DENJEAN qui aime une belle journée ensoleillée mais qui n’aime surtout pas s’exposer, outre mesure…

20130316-165518.jpg

%d blogueurs aiment cette page :