Archives de Tag: contamination

Les caries sont contagieuses

Les enfants sont particulièrement à risque de transmission des bactéries responsables des caries. Découvrez les bons gestes à adopter.

Il arrive que malgré une bonne hygiène bucco-dentaire, certaines personnes développent malgré tout des caries.

Une mauvaise génétique ?

Et non, ce peut être dû à la personne que vous embrassez !

 

Le site américain Medical Daily rappelle que les caries se transmettent principalement par des bactéries de type Streptococcus mutans présentes dans la bouche.

Et ces bactéries sont transmissibles entre êtres humains par la salive.

 

Il est en effet possible de transmettre l’hôte responsable d’une carie (mais bien sûr pas « une carie » à proprement parler).


Le Docteur Eugène Gambler, spécialiste dentaire britannique a été interrogé par le site Medical Daily déclare que les bactéries transforment le sucre qui se trouve sur les dents en acide qui attaque la dentine des dents, couche par couche, en la déminéralisant.

Un trou se forme donc dans les dents et l’infection se surajoute. 

 

Cette contamination atteint particulièrement les enfants. 

En effet les Streptococcus mutans touchent près de 80% des petits dès l’âge de deux ans, d’après une étude australienne menée en 2008.


En cause, certains comportements adoptés par les parents, comme partager une cuillère ou mettre la tétine dans sa bouche pour la « nettoyer ».

De même il faut éviter d’éternuer près du visage des enfantsou de les embrasser sur la bouche. 

 

Une fois que la bactérie a été transmise d’une bouche à l’autre, les risques de développer des caries augmentent de façon notable.


Donc pour éviter les caries, certaines précautions sont indispensables : 

En premier lieu limiter la consommation de sucre pour éviter de faire proliférer les bactéries, éviter de partager des objets d’une bouche à l’autre.

Ne pas partager de brosse à dents.

 

Ne pas hésiter à consulter le dentiste chaque année, et éduquer son enfant à se brosser les dents régulièrement.

Choisir une brosse à dents « souple » car plus la brosse est dure, moins elle pénètre entre les espaces inter dentaires… Alors qu’avec une brosse à dents aux poils souples, on atteint plus facilement tous les endroits !

Opter pour un brossage suffisamment long et ne pas oublier de changer fréquemment sa brosse à dent.

Se rincer abondamment la bouche pour éliminer les bactéries mélangées au dentifrice.


Se brosser les dents au moins deux fois par jour, après le petit-déjeuner et avant de vous coucher. Et si l’on peut après le déjeuner.

Par contre si on vient de consommer des boissons et/ou fruits acides (agrumes, vin ou jus de fruits), il faut attendre au moins 30 minutes pour se brosser les dents car ces denrées fragilisent l’émail pendant leur consommation, ce qui pourrait donc faciliter son érosion lors du brossage.

Enfin ne pas hésiter à utiliser du fil de soie entre les dents pour ne laisser aucun résidu ou utiliser un hydropulseur (jet dentaire).

Docteur DENJEAN qui n’oublie jamais le rituel d’hygiène bucco-dentaire 2 à 3 fois par jour avec brossage et hydropulseur

Les rondelles de citron contaminées par des bactéries 7 fois sur 10

Des chercheurs américains ont voulu analyser les rondelles de citron posées sur le bord des verres.
76 rondelles de citron ont donc été collectées dans différents établissements de restauration et analysées.

Les échantillons étaient prélevés dès que le verre de boisson était déposé sur la table et avant que le client ne puisse la toucher.

Les résultats de cette étude ont été analysés et sont parus dans le Journal of Environmental Health : 7 rondelles sur 10 étaient contaminées par différentes bactéries provenant des matières fécales ou des voies respiratoires, voire de la peau.
Les chercheurs ont même trouvé l’E.coli, le staphylocoque epidermidis et un champignon qu’on trouve habituellement dans le vagin !

Malgré les propriétés dites antimicrobiennes du citron, «une large variété de micro-organismes peuvent survivre sur la pulpe et la peau d’un citron coupé en tranches», concluent les chercheurs.

D’après les auteurs de cette étude, le personnel qui prépare les rondelles de citron à mains nues serait à l’origine de cette contamination.

Par contre, les auteurs n’excluent pas non plus la responsabilité de la contamination par un contact avec la viande crue ou la volaille dans les cuisines.

Il faut aussi noter que lors d’études précédentes, on a prouvé que des bactéries du même type se retrouvent partout dans les restaurants. Bouteilles de ketchup, salières et poivrières, menus qui passent de mains en mains sans être nettoyés, tables, chaises, fauteuils, etc….
Les raviers de cacahuètes seraient aussi des nids à bactéries.

Heureusement que le corps arrive à lutter contre ces organismes…

Docteur DENJEAN qui se méfie toujours de l’agressivité microbienne pour son hygiène.

20140317-231625.jpg

Autotest VIH

La possibilité d’utiliser des tests simples et rapides de dépistage du VIH, soi-même c’est-à-dire des auto tests VIH fait enfin son apparition dans la lutte contre le VIH.
En effet, après deux avis défavorables sur les auto tests peu fiables de l’infection à VIH, en 1998 et en 2004, le Conseil National du Sida (CNS) a enfin donné un avis favorable pour la commercialisation d’un auto-test fiable tant en pharmacie que parapharmacie et même internet.

Mais les États-Unis ont autorisé l’auto-test salivaire de dépistage de l’infection à VIH TROD VIH (Oraquick) en juillet 2012 aux États-Unis et permis la mise en vente libre d’un test salivaire rapide et sûr.
Sa sensibilité, donc sa capacité de donner un résultat positif lorsque la personne est infectée est de 92,9 %.
Cette sensibilité est moins satisfaisante en période de primo-infection, révèle le CNS et une équipe médicale française a révélé une fiabilité de 86,5 %.
Cependant, le rapport bénéfices/risques reste plus que valable.
En effet, les études de l’épidémie prouvent qu’une grande partie de personnes ne connaissent pas leur statut sérologique et se révèlent donc contaminants.
On peut espérer ainsi ralentir, voire stopper la propagation de l’épidémie.

De plus, le fait de faire facilement le test permet en cas de positivité, une prise en charge médicale immédiate et grâce à un traitement précoce on peut espérer une réduction de la charge virale, ce qui réduit là encore les risques de transmission.
Il a été en effet, démontré que le risque de contamination devient très faible si une personne séropositive est sous traitement et surtout présente une charge virale très faible.
Dans ce cas, le traitement propose une meilleure protection que le préservatif pour des couples séro différents.
De plus, il faut rappeler qu’il existe un traitement le Truvada, médicament antirétroviral, qui est utilisé en prévention au Canada et aux États-Unis et peut être prescrit aux personnes séronégatives afin qu’elles ne se contaminent pas.

En Europe, 20 à 30% des personnes séropositives ignorent qu’elles le sont car elles ne font pas de dépistage, de peur d’un manque de confidentialité.
Sa distribution en France permettrait de dépister 4000 nouvelles séropositivités et d’en éviter 400.

L’autotest VIH permet donc un dépistage différent, permettant l’autonomie de la personne.

En France, ce sont environ 30000 personnes qui ignorent leur séropositivité et 64% des personnes infectées qui ont un traitement antirétroviral.

Pour avoir une influence sur l’épidémie et toucher les personnes qui ignorent leur séropositivité et qui ne se dépistent pas, il est nécessaire de proposer de nouvelles possibilités de dépistages. Ceci permettrait surtout de banaliser le dépistage auprès de personnes encore réticentes.

Warning, association en santé communautaire de statut juridique français fondée en 2003, demande également de prendre en compte la situation de précarité financière de certains et demande que des mécanismes de gratuité soient prévus , par la distribution via des associations ou par la création d’un système de remboursement.
Warning est une association en santé communautaire présente en France, en Belgique et au Québec.

Ainsi ces tests pourront être faits régulièrement tout au long de la vie sexuelle.

Docteur DENJEAN qui est nettement favorable à l’auto-test.

20130326-000421.jpg

%d blogueurs aiment cette page :