Archives de Tag: couperose

L’hélichryse ou immortelle bien utile en dermatologie

L’Hélichryse utilisée sous forme d’huile essentielle est inégalable en efficacité pour traiter les bleus et elle est aussi excellente pour la réparation cutanée, la cicatrisation et en outre utilisée comme antirides.

L’hélichryse, plus connue sous le nom d’immortelle, est une plante qui pousse en altitude à l’état sauvage essentiellement en Corse dans des parcelles cadastrées et en respectant les principes de développement durable.
On la trouve aussi en Sardaigne, voire en Croatie ou en Slovénie poussant toujours dans des conditions particulières.

C’est une plante vivace de 30 à 50 centimètres de haut présente sur le pourtour méditerranéen, caractérisée par des feuilles argentées en forme d’aiguilles avec une tige couverte d’un duvet, elle possède des petites fleurs jaune or et elle pousse par touffe sur les terrains sablonneux, rocailleux et son seul élément vital est le soleil.

L’immortelle est une plante médicinale déjà connue à l’époque gréco-romaine puisque Apollon, Dieu des arts, des guérisons et des purifications était représenté avec une tiare d’immortelles.

Son nom immortelle vient du fait que les fleurs, une fois séchées, se conservent très longtemps.
L’Helichrysum italicum fait partie des astéracées et les botanistes la considère comme la plante la plus évoluée du règne végétal.
Son nom vient du grec hélios, le soleil et la lumière et chrysos, l’or.
Italicum vient du latin ‘italicus’ car c’est en Italie qu’elle a été décrite pour la première fois.

La récolte doit se faire surtout en juin et juillet ce qui est le meilleur moment pour récupérer les substances que l’on veut extraire car la plante ne développe pas les mêmes composants selon la période de l’année.

Il faut 1 tonne minimum de sommités fleuries récoltées et séchées pour 1kg d’huile essentielle et encore dans les bonnes années.
L’huile essentielle est obtenue par distillation à la vapeur d’eau.
Une seule coupe est effectuée chaque année.

Ceci explique que l’huile essentielle d’hélichryse est assez chère car particulièrement rare et difficile à produire.
Mais elle est tellement efficace que quelques gouttes suffisent.
On recommande 6 gouttes au maximum par jour.
Il faut compter environ 25 euros pour un flacon de 5 millilitres et bien sur BIO.

L’huile essentielle d’immortelle a une odeur intense qui rappelle le maquis Corse.
Certains la perçoivent douce mais pour d’autres elle n’est pas perçue comme agréable.

Les principaux constituants donnent donc à l’hélychrise des propriétés à la fois anti-hématome et réparatrice cutanée.

On note essentiellement :
• Alpha-pinène : 1 à 2 %
• Acétate de néryle : > 30 %
• Alpa et gamma-curcumène : 20 à 25 %
• Italidiones : 5 à 10 %

L’huile essentielle d’hélichryse «fluidifie» le sang mais en même temps renforce les tissus.
Ce qui explique son efficacité remarquable pour traiter un hématome, une contusion (C’est la raison pour laquelle elle a été surnommée « huile du boxeur »), la couperose ou les varicosités en association avec les traitements lasers par exemple.

En outre, grâce aux esters contenus dans la plante, l’immortelle à des propriétés anti spasmodiques et est donc parfois utilisée pour le mal de dos, les courbatures et certaines douleurs, voire même pour le hoquet.

L’huile essentielle d’helichryse italienne est neurotoxique de par ses cétones donc il faut l’utiliser en très petite quantité.
Elle est contre indiquée pour les jeunes enfants et pendant la grossesse ni pendant l’allaitement.
Attention aussi en cas de traitement anti-coagulant puisque l’Hélichryse fluidifie le sang.
Une réaction de type allergique est bien entendu toujours possible. (Ne pas hésiter à faire un test dans le pli du coude ou derrière l’oreille avant l’utilisation répétée de cette huile essentielle).

Docteur DENJEAN qui utilise très souvent l’hélichryse en post injection surtout sur une peau fragile pour réduire d’éventuels hématomes.

20140724-095047-35447887.jpg

Le tabac vieillit la peau et raccourcit la vie

Nous savions déjà malheureusement tous que fumer est mauvais pour la peau. Ceci vient d’être corroboré dans une étude réalisée par une équipe américaine de l’université Case Western Reserve et publiée dans la revue médicale Plastic and Reconstructive Surgery.
« Nous espérons que le fait de souligner à nouveau les méfaits du tabac pourra dissuader des fumeurs en puissance, sachant combien cela peut endommager leur peau », déclare le docteur Bahman Guyuron, principal auteur de ces recherches.

Cette étude menée sur des jumeaux identiques confirme donc une fois de plus les effets délétères de la cigarette sur la peau.

L’étude a été réalisée sur des photos de 79 paires de jumeaux identiques âgés d’environ 40 ans, majoritairement des femmes.
Trois personnes étaient chargées d’examiner et de juger les photos.
Pour que l’étude soit impartiale, ces 3 personnes ne savaient pas lequel des jumeaux était dépendant à la cigarette.
Donc après étude des photos, elles ont bien choisi le fumeur comme semblant le plus âgé.
Les auteurs de cette étude expliquent ces résultats par l’observation suivante :
« Les jumeaux ayant fumé le plus longtemps ont des poches sous les yeux plus prononcées et des rides autour des lèvres nettement plus marquées ».

D’autres facteurs liés au vieillissement de la peau comme le manque de protection solaire, la consommation d’alcool et le stress ont été pris en compte par les experts, mais par contre pas le nombre de cigarettes fumées chaque jour.

Ceci s’explique par le fait que le tabac accélère la dégradation du collagène et des fibres élastiques de notre peau et diminue l’oxygénation de nos cellules donnant une peau amincie, ce teint gris jaune typique de la peau des fumeurs voire même un teint couperosé.
Les doigts, les ongles et les dents sont aussi souvent jaunis, sans oublier un état bucco dentaire déplorable au fil du temps.

La dégradation du collagène et l’atteinte de la micro vascularisation non seulement donne un aspect précocement vieilli à la peau mais de plus interfère sur la qualité de la cicatrisation en cas de blessures ou d’opérations chirurgicales.

Il faut rappeler qu’il y a des récepteurs cutanés nicotiniques au niveau des keratinocytes, des fibroblastes (cellules qui fabriquent le collagène entre autres) et des vaisseaux.

Les dégradations sont de plus cumulatives, donc arrêter le tabac stoppera cette escalade mais les dégâts sont souvent non réversibles.

Bien sur, il peut y avoir des effets secondaires plus graves comme des insuffisances respiratoires, des atteintes cardiovasculaires avec hypertension voire évolution vers l’infarctus, des cancers de la langue, de la bouche, des sinus ou de la gorge, des cancers du poumon mais aussi cancer du rein et surtout de la vessie.
La cigarette contient en effet presque 4000 substances chimiques dont 40 sont cancérigènes et elle est donc responsable de nombreuses maladies pour le fumeur et… pour son entourage de par le tabagisme passif qu’il induit.

La cigarette et sa fumée rejetées dans l’environnement sont un vrai fléau, non seulement pour les non-fumeurs qui respirent cette fumée sans avoir rien demandé, mais aussi et malheureusement pour la nature.

Il faut savoir qu’un mégot de cigarettes avec filtre met entre 1 à 3 ans pour disparaître complètement dans la nature, si le mégot est sans filtre de 3 à 4 mois, le paquet jeté par terre met à peu près 6 mois et si par malheur vous jetez votre briquet dans la nature, il met environ 100 ans à se décomposer.
Les 4000 substances chimiques des cigarettes se répandent dans les sols et l’eau au quotidien, avec le danger que cela représente pour les animaux qui peuvent les ingérer.

Une étude faite au Canada a montré que l’on fume environ 11 milliards de cigarettes par jour sur notre planète terre. Tout cela représente combien de tonnes de produits chimiques qui sont rejetés dans l’air par la fumée ?

Enfin, le tabac nécessite du bois pour sa préparation et son séchage et qui est quant à lui responsable de 5% de la déforestation.

Alors après tout ceci pensez à envisager l’arrêt complet du tabac car il est prouvé que fumer 4 à 5 cigarettes par jour pendant des années peut se révéler tout aussi nocif.

Docteur DENJEAN qui n’a heureusement jamais fumé et qui ne supporte surtout pas l’odeur du tabac….

20140215-223706.jpg

L’immortelle et la peau

L’huile essentielle d’helichryse ou « Immortelle » : huile très précieuse.

L’huile essentielle d’helichryse Italienne est encore appelée « Immortelle ».
Nom botanique : Helichrysum italicum.
Famille botanique : Astéracées.

C’est une plante vivace du pourtour méditerranéen, caractérisée par des feuilles argentées en forme d’aiguilles molles disposées sur une tige couverte d’un léger duvet, et par ses petites fleurs jaune or (son nom vient du grec « helios », qui signifie soleil, et « chrysos », qui signifie or).
Ses fleurs ne se fanent pas, même dans les bouquets secs, d’où son nom d’immortelle.

En effet, cette huile essentielle a des propriétés au niveau de la peau grâce à son importante action réparatrice et aussi sur la circulation sanguine.

L’hélichryse (helichrysum italicum) fait partie de la famille des astéracées. Les botanistes la situe comme la plus évoluée du règne végétal.

On la trouve essentiellement en Corse, en altitude, à l’état sauvage mais aussi en Sardaigne, Croatie ou en Slovénie.

Sur l’île de beauté, tous les Corses connaissent cette plante aux fleurs « jaune d’or » qui pousse à l’état sauvage dans les endroits ensoleillés des plaines, dans les montagnes de Corse jusqu’à 1000 mètres d’altitude.
L’immortelle a une odeur forte, rappelant le curry et elle est surtout réputée pour ses propriétés médicinales exceptionnelles, notamment dans le soin des hématomes, des troubles de la circulation sanguine.
C’est pour cela qu’elle a aussi été surnommée « huile du boxeur ».

L’huile essentielle d’Helichryse est obtenue par distillation à la vapeur d’eau et sa composition est très complexe : on trouve des molécules chimiques comme des esters, des diones (proches des cétones), sesquiterpènes, alcools terpéniques et oxydes…

Cette composition chimique donne à l’helichryse ses propriétés sur la circulation sanguine car elle  » fluidifie  » le sang avec son action anti-hématome.

Quelques gouttes dans une crème médicale permettent de lutter contre une petite couperose ou en parallèle avec des traitements dermatologiques.

Elle est aussi réparatrice cutanée, grâce à l’italidione notamment, et elle est utilisée avec succès dans les vergetures récentes.

Comme toutes les huiles essentielles il y a des précautions d’emploi :

Il ne faut pas ingérer l’huile essentielle d’helichryse.
Tenir hors de portée des jeunes enfants.
Ne pas dépasser la dose prescrite : très peu de gouttes suffisent ( par exemple 2 gouttes sur un hématome ).
L’huile essentielle d’helichryse italienne est neurotoxique car elle contient des cétones donc il faut l’utiliser avec parcimonie tant en quantité qu’en durée…
Déconseillée aux jeunes enfants (sauf emploi localisé et très limité dans le temps ) et pendant la grossesse.
Ne pas utiliser pendant l’allaitement.
Attention aussi en cas de traitement anti-coagulant.
Une réaction de type allergique est bien entendu toujours possible. (Ne pas hésiter à faire un test dans le pli du coude ou derrière l’oreille avant l’utilisation répétée de cette huile essentielle).
Enfin en cas d’usage prolongé, toujours demander conseil à un professionnel de santé.

Docteur DENJEAN qui aime bien l’huile essentielle d’ helichryse.

20130602-013721.jpg

L’alcool et la peau

L’alcool, consommé avec modération, est sans effets indésirables notables pour la plupart d’entre nous.
En revanche, l’abus d’alcool peut avoir des effets dommageables sur l’esprit et sur le corps, à tel point qu’il est une drogue très dangereuse autant pour celui qui consomme que pour son entourage. Environ 10 à 12% des consommateurs d’alcool sont des alcooliques chroniques ou ont un grave problème avec la boisson.

L’alcool ingéré, qui est en fait de l’alcool éthylique, va dans l’estomac sans avoir besoin d’être digéré, puis il va directement dans l’intestin et dans la circulation et enfin dans tout le corps.
L’alcool affecte les fonctions cérébrales, ce qui atteint l’aptitude à réfléchir, voir, agir, mettant en jeu la «survie» de la personne qui a bu et même celle de son entourage.

Le foie le transforme et met environ une heure à éliminer le contenu d’un seul verre d’alcool.
Au fil du temps le foie se détruit, une hépatite s’installe et il peut apparaître un ictère donnant à la peau cet aspect jaunâtre.

L’alcool est très mauvais pour la peau du visage car il modifie les petits capillaires cutanés qui se dilatent : la peau devient rouge violacée, d’abord transitoirement, sous forme de flushes à chaque prise d’alcool puis de façon de plus en plus permanente.
La couperose est installée …
Ensuite surviennent des boutons rouges, plus ou moins pustuleux sur un fond violacé, forme extrême de la rosacée et en dernier lieu le nez peut se déformer pour aboutir au rhinophyma.

Même si la peau du visage se réchauffe, le corps perd progressivement de sa chaleur.
L’alcool favorise la déshydratation de la peau et accélère le vieillissement : la peau devient sèche et des demangeaisons chroniques s’installent et ce d’autant plus que s’ajoutent des problèmes hépatiques.
Ces mêmes troubles hépatiques favorisent l’apparition d’angiomes sur tout le corps ainsi que de multiples hématomes par trouble de la coagulation.

Et si vous êtes fumeur, le tabac et l’alcool combinés ont des effets encore plus dévastateurs sur la peau.

Enfin la consommation excessive d’alcool entraîne une malabsorption de vitamines et de zinc dans l’organisme et altère durablement la peau.

Docteur Denjean qui ne boit que très rarement et en très petite quantité

20121228-011314.jpg

%d blogueurs aiment cette page :