Archives de Tag: dermatoporose

Dermatoporose : un syndrome émergent

Définie par Monsieur Saurat, Professeur de Dermatologie à l’Université de Genève, spécialiste du vieillissement cutané et des actifs anti-âge, la dermatoporose désigne la finesse et la fragilité cutanée extrême des personnes âgées de 70 ans et plus.

Avec l’augmentation de l’espérance de vie, nous sommes de plus en plus confrontés à un autre aspect du vieillissement cutané, qui n’est plus seulement esthétique mais aussi fonctionnel, médical car la peau, organe essentiel, perd sa principale propriété de protection, la peau étant très fine, extrêmement fragile.
L’épaisseur de la peau est souvent inférieure à 1 cm (comprise entre 0,5 et 0,7 mm) alors que normalement elle est de 1,5cm.

Cela se traduit par une peau qui se déchire et est parsemée de tâches brunes et rouges.
Une peau qui se déchire, qui fait des hématomes au moindre choc même léger.
On note un peu partout des marques cicatricielles suite à des déchirures et des plaies qui cicatrisent de plus en plus difficilement.
La peau devient jaunâtre avec visibilité par transparence des vaisseaux sanguins.

La peau perd son rôle de “Barrière protectrice”. Il y a plusieurs stades dans cette maladie de la peau et on la compare à l’ostéoporose (c’est le tissu osseux qui devient poreux et fragile et l’os se casse facilement).
La dermatoporose, c’est la peau qui ne fabrique plus d’acide hyaluronique, responsable de sa visco-élasticité et la peau et ses structures.

Ce syndrome émergent, la dermatoporose est donc un syndrome d’insuffisance cutanée chronique, associé à l’âge avancé, associé à une importante accumulation de rayonnement solaire.
Et pour certains on note dans les antécédents une utilisation prolongée de corticostéroïdes topiques et/ou systémiques.
Avec la prolongation de l’espérance de vie, ceci pose un problème clinique avec une morbidité importante qui peut d’ailleurs faire suite à une hospitalisation de longue durée.

Avec l’âge, on observe une disparition inéluctable de l’acide hyaluronique, dont le rôle est de stabiliser les structures intercellulaires.
L’acide hyaluronique a la capacité de retenir l’eau (jusquà 1000 fois son poids) et donner à la peau sa viscoélasticité.

Sa disparition conduit à la dégénérescence de la matrice extracellulaire avec la perte des fonctions mécaniques protectrices de la peau, et donc à une grande fragilité.
Cette photosénescence évolue vers une défaillance fonctionnelle d’un organe, la peau, et c’est bien une affection médicale.

La solution est donc de pallier à cette carence en acide hyaluronique qui s’aggrave avec l’âge, de la même façon que l’on cherche à compenser les manques en calcium pour l’ostéoporose.
Plusieurs crèmes pourraient agir, soit à base de dérivés de Vitamine A ou de fragments d’acide hyaluronique car l’acide hyaluronique est normalement constitué de molécules trop grosses pour traverser la peau.

Docteur DENJEAN qui a toujours fui le soleil et s’en félicite maintenant.

20130618-004156.jpg

La crème solaire ralentit efficacement le vieillissement cutané

L’écran solaire, crème contre le vieillissement cutané ?
C’est ce que suggère une étude australienne parue dans « Annals of Internal Medicine » montrent que l’utilisation régulière quasi quotidienne de crème solaire toute l’année ralentit le vieillissement cutané.
Ce n’est pas de la publicité de la part d’un laboratoire de produits car cette étude a été financée par le Conseil australien de la santé et de la recherche médicale.
Cette étude a sélectionné 900 personnes de moins de 55 ans pendant quatre ans et demi.
Les chercheurs ont demandé à la moitié d’entre elles de mettre de la crème solaire chaque matin et bien sur de renouveler l’application en cas de baignade ou encore de sortie prolongée dans la journée tandis que l’autre moitié continuait leur utilisation occasionnelle comme elles en avaient l’habitude.
Ils ont étudié la peau de chaque participant au niveau du dos de la main et du cou, au début et à la fin de l’étude.

Ces chercheurs ont constaté que l’utilisation régulière de crème solaire réduit d’un quart les signes de vieillissement cutané par rapport à un usage occasionnel.
«La différence est nette entre les deux groupes, témoigne le Pr Adèle Green, co-auteur des travaux au Queensland Institute of Medical Research en Australie. Les utilisateurs très réguliers ont une peau plus élastique, moins sèche, moins marquée et moins pigmentée que les personnes qui ne se protègent pas ou peu et ce, quelque soit leur âge».

«Ces résultats ne sont pas surprenants puisque les produits solaires font écran contre les ultraviolets (UV) qui accélèrent le vieillissement cutané. En l’absence de protection, ils altèrent des composants cellulaires et émettent des composés réactifs, les radicaux libres, toxiques pour le collagène et les fibres élastiques», explique le Pr Christophe Bedane, chef du service de dermatologie au CHU de Limoges.

En effet, toute exposition même courte à la lumière du jour et donc aux ultraviolets accélère le vieillissement cutané.

Certes, les crèmes de jour contiennent des protections solaires mais l’idéal est d’en remettre systématiquement toutes les 2 heures et de prendre un indice solaire élevé.

Avec l’arrivée surtout tant attendue de l’été, il est temps de s’y mettre activement…. Mais n’oublions pas que le soleil est aussi dangereux tout l’hiver.

Ces résultats sont très intéressants car nous sommes à une époque où de plus en plus de personnes âgées souffrent d’un vieillissement cutané pathologique

C’est ce que l’on appelle la dermatoporose: longtemps envisagé comme un préjudice purement esthétique, le vieillissement cutané est aujourd’hui considéré comme un facteur supplémentaire de vulnérabilité de la personne âgée.

Définie par Monsieur Saurat, Professeur de Dermatologie à l’Université de Genève, spécialiste du vieillissement cutané et des actifs anti-âge, la dermatoporose désigne la finesse et la fragilité cutanée extrême des personnes âgées de 70 ans et plus et qui peut même parfois entraîner une hospitalisation.

Selon le Professeur Jean-Hilaire Saurat: « avec l’augmentation du nombre de personnes âgées, cette maladie est susceptible de devenir un problème de santé publique ».

Cette nouvelle encourageante va déplaire aux écologistes car les crèmes avec filtres à UV contribuent à la pollution marine.
Elles sont en effet responsables de faire mourir les coraux lorsqu’elles contiennent parabènes, cinnamates, benzophénones ou encore dérivés du camphre, elles ont également été dénoncées dans le rapport sur l’état de la mer Méditerranée du sénateur Roland Courteau en 2011.

Oui mais notre santé aussi est très importante !

La solution idéale serait bien sur que cette mode du bronzage à tout prix cesse mais on a beau alerter les expositions solaires continuent et les cabines à UV poussent comme des champignons…

Docteur DENJEAN qui ne s’expose JAMAIS au soleil.

20130616-195529.jpg

%d blogueurs aiment cette page :