Archives de Tag: exposition solaire

Risque de carence en vitamine D : optimiser l’exposition au soleil !


Savoir gérer l’exposition solaire pour éviter la carence en vitamine D pour les peaux claires et les peaux foncées.

Pour couvrir les besoins en vitamine D, l’idéal est une exposition de 30 minutes par jour, 3 fois par semaine pendant 6 semaines, partiellement vêtu d’un T-shirt et d’un short sous un soleil estival modéré type britannique ou latitude équivalente.

Ceci pour couvrir près de 90 % les besoins des adultes à peau blanche.
Il faut savoir que plus la couleur de peau est foncée et plus la synthèse de la vitamine D sera difficile car la mélanine absorbe une partie des UVB du soleil et les rendra inefficaces.
C’est pourquoi cette recommandation n’est pas valable pour certaines ethnies vivant dans les contrées nordiques.

Cette étude a évalué l’efficacité de différentes doses d’UV sur le dosage de la vitamine D dans une population d’indiens et de pakistanais vivant en Angleterre (population le plus à risque de carence en vitamine D).

On a soumis 51 participants, tous carencés en vitamine D, à des UV artificiels pendant 6 semaines avec une fréquence de 3 fois par semaine.
Ces UV artificiels équivalaient à une exposition au soleil l’été en plein midi.
La durée d’exposition était augmentée par intervalle de 15 minutes en fonction du groupe de participants choisis : pour commencer, le groupe 1 a reçu 15 minutes d’UV puis le temps d’exposition a été augmenté jusqu’au groupe 6 qui a reçu quant à lui 90 minutes d’UV.

Après les 6 semaines d’exposition, le taux de vitamine D avait augmenté de manière « dose dépendante » chez tous les participants.
Chez les personnes exposées pendant 45 minutes ou plus aux UV, il a été constaté une augmentation significative du taux de vitamine D.

En conclusion, d’après les auteurs de cette étude, une exposition au soleil des personnes à peau foncée, même 3 fois supérieure à celle recommandée aux sujets à peau blanche est insuffisante pour couvrir les besoins en vitamine D, mais elle serait suffisante pour éviter la carence.

Certains pensent qu’il suffit en fait de couvrir les besoins en avalant diverses pilules, ampoules sans avoir à se poser de questions mais le surdosage est aussi néfaste et il n’y a pas de consensus sur la posologie.

Alors comme d’habitude je vous conseille, surtout si vous avez une peau claire, de vous exposer qu’avec de multiples précautions, après 16 heures, un chapeau, des lunettes de soleiĺ et surtout plusieurs applications de crème protectrice.

Docteur DENJEAN qui n’aime toujours pas s’exposer au soleil.

20130717-225730.jpg

Le bêta-carotène et l’exposition solaire


La revue Photochemistry and Photobiology a publié une étude allemande sur l’efficacité du bêta-carotène comme protecteur de la peau vis à vis du soleil.
En effet le bêta-carotène est un anti oxydant connu depuis longtemps mais dont les effets étaient très controversés.
D’après cette étude allemande, plus on prend du bêta-carotène bien avant de s’exposer plus on se protège d’éventuels coups de soleil.

Ainsi si on enrichit l’alimentation avec du bêta-carotène pendant un temps assez long avant l’exposition, plus la protection sera efficace.
Un minimum de 10 semaines avant l’exposition semble donner la protection la plus valable contre les coups de soleil.
Plus on commence tôt l’alimentation riche en bêta-carotène, plus on active la protection.

Le bêta-carotène se retrouve généralement dans des fruits et légumes très colorés ( plus un légume est coloré, plus il est riche en beta-carotène) : carotte, épinard, oseille, mâche, laitue, pissenlit, tomate, poivron, patate douce, brocolis, courge, aubergine, abricot, mangue, cantaloup toutefois sans oublier le persil et la ciboulette…

Le taux le plus important de beta-carotène se trouve dans une algue : la spiruline.
Sa teneur en bêta-carotène est entre dix et quinze fois supérieur à la seule carotte.

Enrichir son alimentation en bêta-carotène est suffisant et nul besoin de prendre des gélules car des études suggèrent que les suppléments hautement dosés en beta-carotène augmenteraient certains risques de cancer des poumons chez les fumeurs mais aussi chez les personnes ayant été en contact avec l’amiante.

Donc comme toujours avec tact et mesure, notre alimentation si elle est équilibrée suffit à couvrir nos besoins spécifiques en bêta-carotène pendant les périodes ensoleillées.

Docteur DENJEAN qui aime manger les fruits et légumes de saison riches en bêta-carotène.

20130414-220906.jpg

Qu’est-ce qu’un phototype ?


Le phototype est une classification des différents types de peaux en fonction de leur sensibilité et réactivité face au soleil.
En effet, nous ne sommes pas tous égaux face au soleil.
Les réactions lors des expositions solaires ont permis une classification qui définit les différents phototypes.
Cette classification permet ensuite d’évaluer le risque pour chaque type de peau lorsqu’elle est soumise aux rayons ultraviolets.
Et en fonction de la classification, on pourra choisir la meilleure protection solaire.

On compte 6 phototypes établis en fonction de la carnation de la peau avec ou non présence de taches de rousseur, de la couleur des cheveux, la couleur des yeux et bien sur de la capacité de la personne à bronzer facilement ou non ou à subir des coups de soleil.

• Phototype I : peau très claire, yeux bleus ou verts, brûle toujours, ne bronze jamais, très nombreuses taches de rousseur à l’exposition solaire.

• Phototype II : peau claire, brûle toujours, les cheveux sont blonds ou châtains clairs, peut avoir parfois un léger hâle, nombreuses taches de rousseur au soleil.

• Phototype III : peau claire à mate, les cheveux sont blonds foncés ou châtains, et il n’y a peu ou pas de taches de rousseur.
La peau brûle modérément, bronze toujours progressivement avec très peu de taches de rousseur.

• Phototype IV : peau mate qui ne brûle jamais et bronze toujours avec un bronzage foncé, pas de taches de rousseur.

• Phototype V : peau brune, ne brûle jamais, bronze toujours (bronzage très foncé), pas de taches de rousseur.

• Phototype VI : peau noire, ne brûle jamais, pas de taches de rousseur.

Toute cette classification est importante car il faut savoir que les personnes à peau claire ont beaucoup plus de risques de cancer de la peau liés au soleil en raison de leur absence relative de pigmentation et donc de la mélanine protectrice.
Le rôle de la mélanine est d’absorber les UV et les infrarouges et de neutraliser les radicaux libres.

On distingue 2 types de mélanine :
la phaemélanine est produite par les personnes brunes à peau mate et assume parfaitement sa fonction de protection.
l’eumélanine, caractéristique des personnes rousses, est inefficace et ne protège pas du soleil.

En conclusion plus le phototype est clair, plus il faut utiliser un photoprotecteur élevé et se cacher du soleil.

Docteur DENJEAN qui se protège toujours efficacement du soleil

20130401-234927.jpg

%d blogueurs aiment cette page :