Archives de Tag: index UV

L’index UV

Nous sommes constamment exposés aux rayons ultraviolets (UV) de façon plus ou moins importante selon la saison, notre profession si elle a lieu en extérieur, notre type de peau, etc…
Le soleil que tout le monde recherche est très souvent un faux ami.

En effet, le spectre solaire est composé de rayons électromagnétiques d’énergie et de longueurs d’ondes variables.
Ils vont pénétrer plus ou moins profondément dans la peau et entraîner des effets biologiques importants qui vont se révéler aussi bien bénéfiques que néfastes. Parmi eux, les ultraviolets.
Cependant, ce ne sont pas les UV qui améliorent notre humeur et notre mental, mais seulement la lumière visible (les UV sont invisibles).
C’est en effet elle qui agit sur la mélatonine, hormone qui agit sur nos rythmes biologiques et sur notre moral.

Les UV et IR, c’est quoi exactement ?

Le rayonnement ultraviolet est un rayonnement électromagnétique dont la longueur d’onde est intermédiaire entre celle de la lumière visible et celle des rayons X.

Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d’une longueur d’onde supérieure à celle de la lumière visible.

Il existe 3 types d’ultraviolets : les UVA (400-315 nm), les UVB (315-280 nm) et les UVC (280-10 nm).

Les UVC sont les plus courts, les plus puissants, les plus nocifs.
Heureusement, ils n’atteignent pas la surface de la terre, car la couche d’ozone les arrête.
C’est pourquoi le trou dans la couche d’ozone est particulièrement dangereux.

Les UVB, moins puissants que les UVC, sont partiellement filtrés par l’atmosphère.
Sur notre peau, ils sont arrêtés par la couche cornée et n’atteignent pas le derme.
Ils sont responsables des cancers de la peau et des cataractes ( protéger les yeux avec de bonnes lunettes de soleil, un chapeau ou une grande visière ).
Rappelons que l’incidence des cancers de la peau a notamment doublé en 20 ans et c’est à ce jour une des premières causes de mortalité par cancer chez les jeunes adultes.
Ce sont également eux qui sont responsables des coups de soleil qui peuvent être de graves brûlures cutanées, mais aussi du bronzage (lié à la multiplication des mélanocytes et des grains de mélanine).
Le bronzage étant une protection que crée l’organisme pour se protéger.
Les UVB sont indispensables à la synthèse de vitamine D qui fixe le calcium des os et qui joue un rôle fondamental sur la structure de l’épiderme.

Les UVA sont les UV les plus faibles sur le plan énergie, mais ils pénètrent plus profond dans la peau, jusqu’au derme superficiel.
Ils sont impliqués dans le mécanisme du bronzage en faisant migrer les gains de mélanine vers la surface de la peau.
À un degré moindre que les UVB, ils sont aussi impliqués dans le coup de soleil, en cas de surexposition.
Les UVA sont les plus grands responsables du vieillissement cutané et de l’apparition des rides : Ils altèrent les fibres d’élastine et de collagène, les protéines de la peau et donc provoquent des lésions irréversibles.
La peau abimée par le soleil restera sensible à vie et devra être encore plus protégée.

Il faut savoir que les UV sont plus nombreux entre 12 heures et 16 heures.
Il faut aussi tenir compte de la réverbération :
Les UV sont réfléchis par l’eau (5% des UV réfléchis), le sable (20 % des UV réfléchis), l’herbe (5 % des UV réfléchis) et surtout la neige (85 % des UV réfléchis). Et plus on monte en altitude, plus ils sont nombreux.

Pour quantifier l’intensité du rayonnement UV, l’Organisation Mondiale de la Santé a mis au point l’index UV dont j’ai parlé dans mon article précédent.

En France, l’été, l’index UV atteint 7 – 8 en bord de mer.
L’index UV augmente par ailleurs de 10% par 1000 mètres d’altitude. Il augmente de même dans les cas où la réflexion est très importante : neige à la montagne, sable et eau en bord de mer en été (ne pas oublier que l’écume dans le sillage d’un bateau double la quantité d’UV reçue).
La météo donne maintenant l’index UV, chaque jour pendant l’été et pourra certainement aider à savoir comment il suffit de se protéger.

Enfin un mot sur les IR :

Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d’une longueur d’onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.

Les IR (infrarouges) pénètrent jusqu’aux couches profondes de la peau. Ils font peu bronzer et créent un phénomène de vasodilatation qui peut entraîner de petits problèmes circulatoires.
Ils donnent une sensation de chaleur agréable certes mais aussi ils déshydratent et induisent un sécheresse cutanée.

Un dernier mot sur les UV artificiels en cabine :

C’est fortement déconseillé car dangereux pour la peau. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ils ne préparent pas du tout la peau à l’exposition solaire car ils n’épaississent pas la peau. Ils n’ont pas non plus d’impact sur notre moral comme l’aurait une exposition au soleil puisque c’est la lumière qui agit sur notre humeur.

Il est clair que les explications médiatiques troublent la compréhension de tout un chacun.
Le besoin exprimé en exposition solaire et au bronzage rapide, ainsi que les effets sur le moral, sont en opposition avec la sauvegarde de la peau sur plusieurs décennies.
C’est pourquoi je tenais à rendre compréhensible les effets des UV.
Je compte sur votre compréhension pour relayer celle ci auprès de vos proches auxquels vous tenez tant. Les cancers sont toujours dramatiques quand ils sont constatés beaucoup trop tardivement. Tous les Dermatologues informent, encore et encore, mais chaque année les cancers de la peau progressent car cette information ne semble pas atteindre sa plénitude.

Docteur DENJEAN qui se protège toujours du soleil….

20130709-003326.jpg

Choisir l’indice de sa crème solaire ☀

Les indices de protection sont nombreux et il est difficile de choisir lorsqu’on ne sait pas déchiffrer les informations sur le produit.

Beaucoup de personnes sont convaincues que les produits solaires les protègent entièrement du soleil et ont ainsi trop tendance à s’exposer beaucoup plus longtemps au soleil.

Le seul indice important à étudier avant de choisir une crème, c’est l’IP, indice de protection, encore appelé FPS, facteur de protection solaire ou en anglais SPF, pour sunburn protection factor.
Donc sachez que IP, SPF et FPS signifient la même chose.

Comment calcule t’on ces indices ? :
Son calcul résulte d’une méthode que tous les laboratoires appliquent.

Des volontaires viennent exposer leur dos, divisé en plusieurs zones (une sans protection solaire, l’autre ou les autres recouvertes de crèmes solaires), à un rayonnement UV artificiel.
L’indice de protection est le rapport existant entre le temps nécessaire pour déclencher un coup de soleil avec et sans produit.
Ainsi, on mesure l’impact des UVB sur la peau car seuls ceux-ci provoquent des coups de soleil.

Certaines crèmes mentionnent un indice de protection contre les UVA mais ceci ne signifie rien car les mesures de protection contre les UVA ne sont pas standardisées et n’évaluent pas exactement les mêmes choses.

Un seul chiffre est significatif et quelle que soit la marque, il y a un consensus d’un pays à l’autre et le FPS correspond au même niveau de protection.

En théorie seulement, car les conditions des laboratoires dans lesquelles sont calculés ces indices sont au maximum testés avec une couche très épaisse mais ce n’est pas le cas dans la vie de chaque jour pour chaque consommateur !
La quantité de crème appliquée par tout un chacun est moindre que lorsque on est exposé dans des conditions normales par exemple en bord de mer, à la montagne.

En laboratoire on applique 2 mg de crème solaire par cm2 de peau, ce qui revient à utiliser en une seule application 1/4 du tube de crème…
Bien évidemment personne ne le fait par manque d’information ou par le coût élevé.
Tout cela fait que la protection réelle est souvent inférieure à celle évaluée par l’indice de protection mesuré en laboratoire.

C’est pourquoi il est important de RENOUVELER L’APPLICATION toutes les heures ou au maximum toutes les 2 heures.

Certes certaines crèmes sont résistantes à l’eau ( waterproof ) mais soyons prudents : en effet après un bain de mer, les gouttelettes d’eau agissent comme une loupe et multiplient les quantités d’UV.
Pour limiter le risque, il faut surtout bien s’essuyer et appliquer à nouveau la crème solaire.

Les indices solaires s’étendent jusqu’à 50, voire plus, mais l’échelle d’indices de protection n’est pas linéaire.
Ainsi, la différence de protection entre un indice 8 et un indice 30 est très importante, alors qu’elle est moins importante entre un indice 30 et un indice 50.
Le choix de la protection doit donc se faire en fonction du type de peau et de l’index UV.
On recommande cependant qu’il ne soit pas inférieur à 10 et même 20 car la protection est alors clairement insuffisante.

Cependant, dire qu’un écran est « total » est totalement faux car aucun produit solaire n’offre une protection totale contre les rayonnements UV.

Le choix des indices doit, comme je viens de l’indiquer, s’effectuer en fonction du type de peau et aussi en fonction de l’ensoleillement ( index UV ).

Un mot sur l’index UV.
Cet index donne l’intensité du rayonnement UV par région géographique sur une échelle de 1 à 20.
C’est une échelle universelle de mesure des ultraviolets dans l’atmosphère en fonction de la saison, de l’heure, de la latitude, de l’altitude et la réflexion du sol.
Il ne faut pas oublier qu’il y a le soleil qui brille au dessus de nos têtes mais aussi la réverbération de celui-ci ( mer, sable, neige, eau ).
Mis au point par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), cet index mesure l’intensité du rayonnement et permet de doser les risques pour la santé.
Plus la valeur de l’index est élevée, plus la probabilité de lésion cutanée est grande et donc plus une protection élevée est nécessaire. À partir de l’index UV 3, une protection contre le soleil est recommandée. A partir de 8, il est expressément déconseillé de rester dehors.

En dessous de 10, l’indice est non protecteur et déconseillé à tous les types de peaux.
De 10 à 15 la protection est faible, à la limite pour les peaux mates sous un ensoleillement faible (Index UV 1/2).
De 15 à 25 la protection est moyenne et à réserver pour les peaux mates sous un ensoleillement modéré (Index UV 3/4).
De 25 à 40 la protection est forte et convient à tous les types de peaux sous un ensoleillement fort (Index UV 5-8).
Plus de 40 et 50 la protection est très forte et convient aux peaux sensibles sous un ensoleillement extrême (Index UV 9 +).

Mais n’oublions pas que ceci est un schéma et que même des peaux mates doivent dans certaines circonstances mettre un indice élevé : par exemple en cas de prise de médicaments photo sensibilisants, certaines maladies qui entraînent une intolérance au soleil ou bien certaines pathologies cutanées qui peuvent toujours s’aggraver avec le soleil comme par exemple « le masque de grossesse » ou bien sûr « en cas d’antécédent de mélanome ».

Docteur DENJEAN qui s’expose très rarement au soleil ☀ et jamais sans sa crème solaire indice 50….

20130707-190231.jpg

%d blogueurs aiment cette page :