Archives de Tag: laser

Le soin des aisselles

Les beaux jours sont là et avec eux les tenues légères, il est indispensable de montrer des aisselles impeccables.

Les aisselles forment la petite partie du corps sous l’épaule à la jonction du bras et du thorax.
La surface des aisselles est de 116 cm2 chez les hommes et de 65 cm2 chez les femmes.

Elle contient beaucoup de follicules pileux mais aussi des glandes sébacées et des glandes sudoripares eccrines et apocrines.
Les glandes sudoripares produisent la sueur avec l’humidité et donc les odeurs de transpiration, les glandes sébacées elles liées aux follicules pileux sécrètent le sébum dont le rôle est de lubrifier les poils et de protéger la peau.

Cette zone qui peut s’avérer très poilue suit actuellement l’évolution de la mode et doit être de nos jours une partie du corps complètement épilée car souvent exposée aux regards.

Cependant cela n’a pas été toujours le cas.
Le rasage des aisselles à débuté au Royaume-Uni et aux États-Unis parallèlement à l’introduction du rasoir de sureté au début du XXème siècle en Europe à la fin de la seconde guerre mondiale.
Cette pratique est devenue très courante chez les sportifs tant hommes que femmes.

Aujourd’hui, les problèmes de transpiration sont des facteurs de rejet et peuvent provoquer un mal-être tant pour la personne concernée que pour l’entourage.
Retirer les poils des aisselles et utiliser un anti-transpirant sont donc devenus deux pratiques ancrées dans notre quotidien.

La peau de l’aisselle est constamment sollicitée soit pour lutter contre les odeurs de transpiration, pour freiner l’humidité, ou bien pour une épilation.
De même les frottements liés aux vêtements accentuent les irritations.
Tout ceci peut favoriser les irritations cutanées.

Ainsi on peut constater des rougeurs, des sécheresses cutanées, des hyperpigmentations surtout sur les peaux foncées, voire des démangeaisons.

C’est pourquoi il est recommandé de surtout bien en prendre soin.

Tout d’abord, il est primordial d’hydrater la peau de l’aisselle pour entretenir la fonction barrière normale et hydrater les couches supérieures de l’épiderme.
Cette hydratation permet en outre de compenser les irritations causées par les multiples agressions externes.
Il est donc indispensable de se laver efficacement les aisselles TOUS LES JOURS.
Mais les laver avec un produit nettoyant doux : un syndet, un pain de toilette ou un gel douche surgras.
Il faut bien sécher la peau des aisselles après la toilette afin d’éviter l’humidité génératrice de la prolifération des bactéries.
Après toute épilation quelque soit la méthode, rasage ou cire ou laser, il faut bien hydrater la peau des aisselles avec une crème ou un lait mais aussi notamment après le bain ou la douche.

Il faut éviter les vêtements serrés qui vont aussi favoriser le développement des bactéries.

Choisir de préférence des vêtements en fibres naturelles comme le coton, la soie ou le lin qui favorisent l’évaporation d l’humidité et éviter au maximum les vêtements synthétiques.

Alors que choisir ? Un déodorant ou un anti-transpirant ? Quelle différence?

Les déodorants contiennent des agents antimicrobiens qui luttent contre les bactéries responsables des odeurs de la sueur, tout en préservant la flore bactérienne cutanée.

Les anti-transpirants agissent en se dissolvant dans la sueur produisant un gel qui obstrue de façon provisoire les canaux sécréteurs, réduisant ainsi le flot de transpiration.

Un mot sur la pierre d’alun qui permet de stopper la prolifération des bactéries qui prolifèrent dans la sueur et provoquent la mauvaise odeur sans altérer le processus de transpiration car elle ne camoufle pas les odeurs mais empêche leur apparition.

L’alun est un sel double d’aluminium et de potassium, issu d’un cristal de roche, qui régule la sudation sans pour autant boucher les pores de la peau.

Une récente polémique : l’aluminium dans la pierre d’alun, c’est nocif ou pas ?

En fait, la pierre d’alun naturelle, la seule que l’on doit utiliser, est celle de potassium. Aussi appelé aluminium hydraté.
C’est une forme stable de l’aluminium qui ne se fixe pas sur la peau et donc ne la pénètre pas. L’aluminium s’élimine simplement par le phénomène de transpiration ou au moment de la douche. Il n’y a pas de réaction chimique. donc pas de risque de libération de l’aluminium, à l’inverse des hydrates de chlorure d’aluminium contenus dans certains déodorants classiques.

Il faut la distinguer de la pierre d’alun d’ammonium fabriquée à partir de sels d’ammonium provenant de l’industrie chimique lourde, et donc absolument pas naturelle.
Elle se reconnaît facilement car elle a un aspect opaque.
De plus, l’aluminium n’est pas hydraté, ce qui entraîne sa fixation sur la peau et sa pénétration. (rappelons toutefois que l’aluminium est accusé de favoriser la maladie d’Alzheimer et le cancer du sein).

Sans parfum, sans conservateurs, ni alcool et sans colorants, la pierre s’utilise brute en humidifiant la pierre avant de la passer sous les aisselles.

Une fois utilisée, la pierre d’alun doit être rincée et séchée.

Un dernier mot sur l’épilation permanente des aisselles au laser :

Les poils de cette zone sont très gros et très réceptifs .
Il faut prévoir environ 6 à 8 séances espacées de 8 à 10 semaines.
La zone traitée par laser peut devenir rouge, un érythème pendant 1 heure ou 2 en post laser. Certains poils peuvent mettre plus d’une ou deux semaines à tomber.
De plus, il faut noter que la texture de la peau est améliorée après le laser grâce à la stimulation de la synthèse de collagène par le laser dans la zone traitée.
Cette solution durable offre un avantage certain et supprime bon nombre d’inconvénients liés aux rasages successifs, notamment l’apparition de poils incarnés ….

Docteur DENJEAN qui aime avoir des aisselles parfaites, été comme hiver…

20130714-175448.jpg

LES VERRUES PLANTAIRES

Les verrues sont de petites tumeurs bénignes cutanées qui peuvent se manifester soit en relief sur la peau, soit incrustées dans la peau cutanée.
La cause en est un virus de la famille des papillomavirus et à ce titre sont contagieuses surtout en cas de contacts répétés et encore plus s’il y a des petites excoriations plantaires qui favorisent la pénétration cutanée du virus.
Les verrues plantaires sont vraiment difficiles à traiter et on se trouve souvent avec de multiples séances d’azote liquide mais on s’aperçoit que souvent elles finissent par disparaître sans aucun traitement.
Les verrues plantaires siègent comme leur nom l’indique sur la plante des pieds. Mais on en trouve aussi sur le dos du pied, sur les orteils jusque sous les ongles, et autour, ou sur les talons.
Elles se localisent plus facilement au niveau des points d’appui.
Lorsqu’elles sont sur la plante en elle-même, les verrues sont souvent plates, incrustées dans la corne car la kératine est indispensable à leur survie alors que sur le pied ou sur les orteils, où la peau est plus fine, elles sont en relief et plus épaisses.
Les verrues plantaires sont dures, enchâssées dans la corne, rugueuses et elles présentent une petite zone centrale noire qui correspond aux vaisseaux qui alimentent la verrue et lorsque l’on gratte les verrues, ces petites zones noirâtres se mettent à saigner ce qui risque de propager le virus.
Les verrues plantaires peuvent être isolées ou multiples ou agglomérées entre elles, formant ce que l’on appelle une mosaïque.
Par contre ces verrues dites en mosaïque sont plus tenaces et plus difficiles à traiter.
Les verrues sont provoquées par des virus (papillomavirus humain ou HPV) et sont donc contagieuses et transmissibles. Toutefois, des contacts prolongés et répétés sont nécessaires pour que le virus se propage.
En effet on a étudié la propagation des verrues et il s’avère que la propagation est plus fréquente en famille que dans les piscines ou les vestiaires des gymnases, ce qui va à l’encontre des idées reçues !
Il faut surtout une hygiène rigoureuse et bien sûr éviter de marcher pieds nus et chaque personne de la famille doit posséder sa propre serviette.
Les verrues plantaires existent à tous les âges de la vie, mais atteignent plus les enfants et les adultes jeunes et très peu les plus âgés.

Comment traiter les verrues plantaires ?

Actuellement on évite de multiplier les séances douloureuses d’azote liquide traumatisantes, surtout pour les enfants, car de nombreuses verrues disparaissent spontanément après une ou deux années.
À défaut, divers traitements existent pour éliminer les verrues :

• Application d’un produit pour décaper la verrue, le plus souvent à base d’acide salicylique en faisant très attention aux tous petits chez qui une trop grosse concentration d’acide salicylique peut être nocive et ce d’autant plus qu’il n’ont pas de corne au niveau de la plante des pieds.
• Cryothérapie par application d’azote liquide : la verrue est brûlée par le froid mais c’est douloureux et très traumatisant pour les enfants.
• La chirurgie tout à fait exceptionnellement.
• La destruction au laser ne se fait quasiment plus car on risque de provoquer des cicatrices hypertrophiques douloureuses.

Il faut savoir que les verrues sont difficiles à traiter et que les récidives sont fréquentes, donc il faut savoir se modérer dans les traitements et ne pas faire souffrir inutilement.

Docteur DENJEAN qui n’aime pas faire souffrir inutilement …

20130223-233548.jpg

%d blogueurs aiment cette page :