Archives de Tag: Noyade

Rappel: l’hydrocution est un réel danger


En France 20000 accidents de noyade dont 500 hydrocutions sont recensés par an.
Dans l’eau, le corps se refroidit 25 fois plus vite que dans l’air et Il va donc essayer de conserver sa température.

Il se refroidit encore plus, 40 fois plus vite lorsqu’il y a mouvement dans l’eau (nage, agitation).

Une hydrocution résulte d’un choc thermique entre la peau chaude et l’eau froide.

Cette importante différence de température peut entraîner d’abord un arrêt respiratoire puis cardiaque avec perte de connaissance et donc noyade.
Ce terme dérive du mot électrocution car on retrouve les mêmes signes et même un bon nageur peut en être victime.
Cette hydrocution peut survenir quelque soit l’âge mais bien sur les enfants, les personnes âgées et les personnes malades sont les plus exposées.
Pourquoi ?

Lorsque la température au dehors est élevée, le corps réagit pour lutter contre la chaleur, les vaisseaux sous cutanés se dilatent pour stimuler la circulation périphérique et évacuer la chaleur.

Le rythme cardiaque augmente simultanément afin d’accélérer le refroidissement.
Puis suite à une entrée rapide et trop brutale dans l’eau froide, la peau se refroidit très vite. Et en réaction les vaisseaux sous cutanés se contractent rapidement provoquant une augmentation de la tension artérielle.
Pour lutter contre cette hypertension, le cœur ralentit et cette diminution du débit cardiaque va moins bien oxygéner le cerveau et provoquer un malaise jusqu’à la perte de connaissance.

Puis survient la noyade….
Certains symptômes précurseurs doivent alerter :

Maux de tête, sensation d’étau autour de la tête, frissons, tremblements, angoisse puis apparition de crampes et d’une fatigue intense et anormale et des vertiges avec des bourdonnements d’oreilles sans oublier l’apparition de démangeaisons.

Devant l’apparition de l’un quelconque de ces signes, il est urgent et prudent de sortir de l’eau très rapidement.
Si vous êtes témoin d’une hydrocution, ramenez la personne le plus vite possible sur la plage, sur le bord de la piscine, toutefois hors de l’eau.

Appelez tout de suite les secours d’urgence en étant très précis sur le lieu d’intervention.
En attendant leur arrivée, luttez contre l’hypothermie de la victime en la séchant et en la couvrant. Rassurez la si elle est consciente et surveillez la attentivement.

En cas d’arrêt Cardio respiratoire, pratiquez un massage cardiaque UNIQUEMENT si vous savez le faire.
N’oubliez pas que l’hydrocution peut être évitée avec de simples précautions :

Entrez progressivement dans l’eau, surtout lorsque l’eau est froide et que vous vous êtes exposé longtemps au soleil et donc que vous avez très chaud !

Mais le plus sage est de ne pas trop s’exposer au soleil avant et de boire suffisamment.
Se mouiller progressivement le corps, en entrant lentement dans l’eau, puis se mouiller la nuque et les bras, le torse avant de rentrer dans l’eau.
Evitez de rester au soleil trop longtemps surtout si l’eau est à une température basse aux alentours de 18 degrés.

Commencez par un bain bref, pas plus de 15 minutes,
Et surtout essayez d’attendre 2 ou 3 heures après un repas copieux, surtout si vous avez bu de l’alcool.
En effet, pour digérer, l’estomac et les intestins ont besoin de plus d’oxygène et d’énergie pour fonctionner. Il y a donc un afflux de sang vers ces organes diminuant la capacité du corps à réguler la température et en augmentant le facteur de risque d’hydrocution.

Il est déconseillé de prendre plusieurs bains consécutifs. Les mécanismes thermorégulateurs de l’organisme se déclenchent rapidement (5 minutes environ après la fin du bain), mais le corps ne retrouve un équilibre qu’au bout d’une heure environ.
Et enfin ne vous baignez pas seul dans une crique isolée par exemple et surtout ne surestimez pas vos capacités.
Docteur DENJEAN qui aime beaucoup se baigner mais pas en eau froide

  

L’hydrocution, un danger à ne pas négliger


En France 20000 accidents de noyade dont 500 hydrocutions sont recensés par an.

Dans l’eau, le corps se refroidit 25 fois plus vite que dans l’air et Il va donc essayer de conserver sa température.
Il se refroidit encore plus, 40 fois plus vite lorsqu’il y a mouvement dans l’eau (nage, agitation).

Une hydrocution résulte d’un choc thermique entre la peau chaude et l’eau froide.
Cette importante différence de température peut entraîner d’abord un arrêt respiratoire puis cardiaque avec perte de connaissance et donc noyade.
Ce terme dérive du mot électrocution car on retrouve les mêmes signes et même un bon nageur peut en être victime.
Cette hydrocution peut survenir quelque soit l’âge mais bien sur les enfants, les personnes âgées et les personnes malades sont les plus exposées.

Pourquoi ?

Lorsque la température au dehors est élevée, le corps réagit pour lutter contre la chaleur, les vaisseaux sous cutanés se dilatent pour stimuler la circulation périphérique et évacuer la chaleur.
Le rythme cardiaque augmente simultanément afin d’accélérer le refroidissement.
Puis suite à une entrée rapide et trop brutale dans l’eau froide, la peau se refroidit très vite. Et en réaction les vaisseaux sous cutanés se contractent rapidement provoquant une augmentation de la tension artérielle.
Pour lutter contre cette hypertension, le cœur ralentit et cette diminution du débit cardiaque va moins bien oxygéner le cerveau et provoquer un malaise jusqu’à la perte de connaissance.
Puis survient la noyade….

Certains symptômes précurseurs doivent alerter :

Maux de tête, sensation d’étau autour de la tête, frissons, tremblements, angoisse puis apparition de crampes et d’une fatigue intense et anormale et des vertiges avec des bourdonnements d’oreilles sans oublier l’apparition de démangeaisons.
Devant l’apparition de l’un quelconque de ces signes, il est urgent et prudent de sortir de l’eau très rapidement.

Si vous êtes témoin d’une hydrocution, ramenez la personne le plus vite possible sur la plage, sur le bord de la piscine, toutefois hors de l’eau.
Appelez tout de suite les secours d’urgence en étant très précis sur le lieu d’intervention.

En attendant leur arrivée, luttez contre l’hypothermie de la victime en la séchant et en la couvrant. Rassurez la si elle est consciente et surveillez la attentivement.
En cas d’arrêt Cardio respiratoire, pratiquez un massage cardiaque UNIQUEMENT si vous savez le faire.

N’oubliez pas que l’hydrocution peut être évitée avec de simples précautions :

Entrez progressivement dans l’eau, surtout lorsque l’eau est froide et que vous vous êtes exposé longtemps au soleil et donc que vous avez très chaud !
Mais le plus sage est de ne pas trop s’exposer au soleil avant et de boire suffisamment.
Se mouiller progressivement le corps, en entrant lentement dans l’eau, puis se mouiller la nuque et les bras, le torse avant de rentrer dans l’eau.

Evitez de rester au soleil trop longtemps surtout si l’eau est à une température basse aux alentours de 18 degrés.
Commencez par un bain bref, pas plus de 15 minutes,
Et surtout essayez d’attendre 2 ou 3 heures après un repas copieux, surtout si vous avez bu de l’alcool.
En effet, pour digérer, l’estomac et les intestins ont besoin de plus d’oxygène et d’énergie pour fonctionner. Il y a donc un afflux de sang vers ces organes diminuant la capacité du corps à réguler la température et en augmentant le facteur de risque d’hydrocution.
Il est déconseillé de prendre plusieurs bains consécutifs. Les mécanismes thermorégulateurs de l’organisme se déclenchent rapidement (5 minutes environ après la fin du bain), mais le corps ne retrouve un équilibre qu’au bout d’une heure environ.
Et enfin ne vous baignez pas seul dans une crique isolée par exemple et surtout ne surestimez pas vos capacités.

Docteur DENJEAN qui aime beaucoup se baigner mais pas en eau froide

20130807-110614.jpg

Savoir reconnaître les signes d’une noyade


Lorsque nous regardons une noyade à la télévision, c’est toujours spectaculaire.
La personne fait de grands gestes et semble s’agiter.
En fait, dans la réalité, c’est tout l’inverse !
Une personne en train de se noyer est très très discrète.
Voici le mois de juillet qui commence et avec lui le début de la période de vacances avec pour beaucoup de familles, le séjour au bord de la mer et donc la plage pratiquement obligatoire…

C’est ce moment qu’a choisi Mario Vittone, un ancien garde-côte américain, pour aider les vacanciers à identifier les signes typiques d’une noyade en les publiant sur son blog.
Cette information est capitale car les signes d’une noyade sont plus difficiles à discerner que ce que l’on pense.

Mario Vittone précise « qu’une noyade est presque toujours d’une discrétion trompeuse ».
Dans la vraie vie, il est très rare que quelqu’un se noie en faisant de grands signes, en se débattant et en hurlant, réactions spectaculaires auxquelles nous sommes conditionnés (par la télévision) à nous attendre ».

« Cela ne signifie pas que quelqu’un appelant à l’aide et qui bat des bras et des jambes n’est pas en difficulté », rappelle Mario Vittone.

D’après lui, sur les 750 enfants environ qui se noieront l’année prochaine aux Etats-Unis, environ 375 le feront à moins de 25 mètres d’un parent ou d’un adulte. Selon le Centre de prévention et de contrôle des maladies, dans 10% des cas, l’adulte regarde l’enfant se noyer sans se douter de ce qui se passe.
Il précise : « Parents : les enfants qui jouent dans l’eau font du bruit. Quand on ne les entend plus, il faut aller les voir et trouver pourquoi ».

Pour éviter l’asphyxie, le corps réagit d’ instinct. Le docteur Francesco Pia a qualifié cette réaction d’ « Instinctive Drowing Response ».
La personne qui se noie ne peut pas crier au secours. En même temps, ses bras font des battements à l’horizontale pour essayer de faire levier sur le corps. Le reste du corps reste droit dans l’eau, incapable de donner des coups de pied.

Pour cette raison, il a listé les signes de noyade qui doivent nous alerter :

– La tête de la personne est immergée, la bouche au niveau de l’eau et ne peut crier au secours car sa respiration prend le dessus sur la parole.
– La tête est renversée en arrière, la bouche ouverte essayant de respirer, la personne est en hyper ventilation ou en train d’haleter.
– Le regard est vitreux et vide, incapable de se focaliser ou alors les yeux sont fermés.
– Les cheveux tombent sur le front ou les yeux.
– La personne tente de nager dans une direction mais sans succès ou tente de se mettre sur le dos.
– Elle semble même essayer de gravir une échelle invisible.

Surtout, si vous avez un doute, allez demander au nageur si tout va bien.
Si la personne vous répond, c’est certain que tout va bien.
Mais s’il ne peut vous répondre, il ne reste que quelques secondes pour le sauver, explique Mario Vittone.

Parents, surveillez toujours vos enfants qui s’amusent dans l’eau, restez vigilants à chaque seconde et soyez aussi vigilants si un adulte semble avoir une attitude qui vous semble étrange.

Docteur DENJEAN qui souhaite que les vacances soient un havre de paix et ne se transforment pas en cauchemar en constatant un drame de noyade.

20130701-002953.jpg

%d blogueurs aiment cette page :