Archives de Tag: Petit-déjeuner

Prendre un bon petit déjeuner pour maigrir plus ?

Il est bien connu que notre métabolisme est influencé par notre rythme circadien mais il a peu d’études et donc peu d’informations sur l’association éventuelle entre perte de poids et moment de la prise alimentaire au cours des 24 heures du nycthémère.

Or une récente étude vient de comparer la perte de poids liée à 2 régimes, où le plus fort apport calorique se situait le matin pour l’un et le soir pour l’autre.

Les auteurs ont sélectionné 93 femmes (la moyenne d’âge étant de 46 ans) en surpoids ou obèses (IMC supérieure à 30) avec un syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique se définit par la présence de trois facteurs parmi les cinq suivants :

un tour de taille supérieur à 102 centimètres chez les hommes et à 88 centimètres chez les femmes (obésité abdominale) ;
un taux de bon cholestérol (HDL) trop bas (inférieur à 40 grammes par litre chez les hommes et à 50 grammes par litre chez les femmes) ;
des triglycérides supérieurs à 1,5 gramme par litre ;
une glycémie à jeun supérieure à 1,1 gramme par litre ;
une tension artérielle supérieure à 130-85 millimètres de mercure.

Le syndrome métabolique est provoqué par la sédentarité et une mauvaise alimentation et il entraîne inexorablement une augmentation des risques de diabète de type 2, de maladie cardiovasculaire (infarctus, accident vasculaire cérébral, etc…).

Donc, lors de l’étude les femmes volontaires ont été séparées en 2 groupes :

Un groupe a reçu pendant 12 semaines, un régime hypocalorique à 1400 kcal/jour avec apport calorique prédominant le matin : 700 kcal le matin au petit déjeuner, 500 kcal au déjeuner, 200 kcal au dîner.
Un autre groupe a fait aussi un régime hypocalorique à 1400 kcal/jour mais avec l’apport calorique prédominant le soir : 200 kcal le matin au petit déjeuner, 500 kcal au déjeuner, 700 kcal au dîner).

Au bout des 12 semaines, les 2 groupes ont été analysés et comparés et il a été constaté une plus grande perte de poids dans le groupe privilégiant l’apport calorique maximum le matin.
8,7 kg perdus contre 3,6 kg dans le groupe mangeant plus le soir, soit une différence de 5,1 kg mais il a été aussi constaté une plus grande perte de volume dans le premier groupe.
En effet, une réduction du tour de taille plus importante 8,5 cm contre 3,9 cm soit une différence de 4,3 cm.
Ces différences sont très significatives.

Les examens biologiques ont montré une plus grande diminution de la glycémie à jeun, et de l’insulinorésistance dans le premier groupe.
De même, les triglycérides ont diminué en moyenne de 33,6% dans ce groupe alors qu’il a augmenté de 14,6% dans le deuxième groupe.

Très intéressant aussi, en fonction de la répartition des repas, la satiété était plus élevée dans le groupe avec un bon petit déjeuner, ce score étant inversement lié à la sécrétion de ghréline.

La ghréline est une hormone essentiellement sécrétée par les cellules de l’estomac en déclenchant la sensation de faim et qui stimule l’appétit : son taux augmente avant les repas et diminue après ceux-ci.

Selon les auteurs de cette étude, lors d’un régime hypocalorique, un apport énergétique plus élevé au petit déjeuner qu’au dîner serait plus bénéfique pour la perte de poids ainsi que pour l’amélioration du syndrome métabolique mais aussi pour la sensation de satiété.
Ces résultats s’expliquent par une oxydation plus efficace des nutriments absorbés le matin avec diminution de la lipogenèse et ainsi une diminution de la sécrétion nycthémérale de ghréline.

Alors n’hésitons plus, il faut consacrer un temps accru au petit déjeuner en se levant environ 10 minutes plus tôt.

Et une fois de plus l’adage : « un petit déjeuner de roi, un déjeuner de prince, un dîner de pauvre » s’avère totalement juste !

Docteur DENJEAN qui commence toujours sa journée après un bon apport énergétique au petit déjeuner…

RÉFÉRENCES
Jakubowicz D et coll. : High Caloric intake at breakfast vs. dinner differentially influences weight loss of overweight and obese women-, Obesity, 2013; 21, 2504–2512. doi:10.1002/oby.20460

20140202-180757.jpg

Sauter le petit-déjeuner est mauvais pour le cœur

Il est bien connu pour bien démarrer la journée, il faut prendre un petit déjeuner conséquent pour y puiser les forces nécessaires.
Ce devrait être le repas le plus important de la journée.

Déjà, de précédentes études avaient démontré que s’alimenter au réveil diminuait les risques d’obésité, de diabète, d’hypertension artérielle, d’hypercholestérolémie, autant de facteurs impliqués dans l’apparition des maladies cardio-vasculaires.

Et pourtant, bon nombre de personnes débutent la journée sans prendre de petit-déjeuner mais savent ils qu’ainsi ils vont augmenter le risque de crise cardiaque de près d’un tiers.

Des chercheurs américains ont en effet découvert, lors d’une étude sur 26 902 hommes, âgés de 45 à 82 ans, publiée dans la revue Circulation, que le risque de développer une maladie coronarienne augmentait également.
Reste à savoir si cette observation est valable chez les femmes !
Celles ci ont en effet été exclues de l’étude mais seront l’objet de recherches ultérieures.

Ces chercheurs américains ont recueilli et analysé des données concernant les habitudes alimentaires des hommes et leur habitudes, sur une période de 16 ans, entre 1992 et 2008.
Ces hommes ont été interrogés sur leurs habitudes comme le temps passé devant la télévision, leur degré d’activité physique, la durée du sommeil, la quantité et qualité du régime alimentaire, l’éventuelle consommation d’alcool, l’IMC, et bien sûr, s’ils prenaient un petit déjeuner au réveil.
13 % d’entre eux ne prenaient pas de petits déjeuners.

Durant ce délai, 1.527 hommes ont eu des problèmes cardiaques.
Bien entendu, après correction des critères directement impliqués dans l’origine des maladies Cardio-vasculaires (tabac, célibat, alcool, manque d’activité physique, régime alimentaire, etc.), Leah Cahill et ses collègues de la Harvard School of Public Health (Boston, États-Unis) en sont venus à la conclusion que les hommes sautant le premier repas de la journée présentaient un risque de maladies cardio-vasculaires augmenté de 27% par rapport à ceux qui s’alimentaient le matin.

Les chercheurs estiment donc que cette étude confirme, encore une fois, que le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée.
« Sauter le petit-déjeuner peut favoriser un ou plusieurs facteurs de risques, tels que l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et le diabète, qui peuvent tous être une cause de crise cardiaque », a déclaré l’auteur de l’étude, Leah Cahill.
Elle a donc conclu en recommandant de ne pas sauter le petit-déjeuner.
Cependant, il y à plus grave : ceux qui se lèvent la nuit pour manger.
Bien que dans cette étude il y ait eu peu d’hommes ayant cette habitude, elle montre que ceux ci présentent un risque majeur. Ces collations nocturnes augmenterait de 55% le risque de développer une maladie coronarienne chez les hommes.

Quelle explication ces chercheurs donnent ils ?

L’une des hypothèses défendues est « que sauter un repas » implique de manger davantage aux autres. Cette ingestion excessive de calories dans un délai restreint augmenterait les pics de glycémie et aurait donc un impact grave sur les vaisseaux sanguins et plus particulièrement coronariens.

Alors, même s’il faut se lever plus tôt, ne sautez pas ce premier repas de la journée, c’est simple et surtout « protéger son cœur est indispensable ».
Ne dit on pas « qui veut aller loin ménage sa monture »….

Docteur DENJEAN qui ne peut pas commencer sa journée sans un bon petit déjeuner …

20130728-170356.jpg

%d blogueurs aiment cette page :