Calvitie et maladies coronariennes


La calvitie accroît le risque de maladies coronariennes, surtout quant elle touche le vertex !

Des chercheurs de l’université de Tokyo ont fait une étude la corrélation entre calvitie et maladies cardiovasculaires
Cette étude japonaise révèle que les hommes chauves sont en effet plus sujet de développer des maladies cardiovasculaires.
Les chercheurs ont examiné et analysé les résultats de six études sur la calvitie masculine et les risques coronariens, menées entre 1993 et 2008 aux Etats-Unis et en Europe auprès de 40 000 participants.

Cependant, ceci n’est valable que pour un certain type de calvitie.

Les hommes chauves ont donc un risque accru de 32 % de développer une obstruction des artères coronaires par rapport aux hommes dont la chevelure est préservée.
Le risque est plus élevé si la calvitie est sévère.

Par contre, ceci n’a pu être observé que chez les hommes qui perdent leurs cheveux sur le sommet de la tête (vertex) alors que les hommes qui se dégarnissent au niveau de la zone frontale n’ont aucun risque supplémentaire.

La calvitie est déjà reconnue depuis plusieurs années comme facteur de risque de certaines maladies : la résistance à l’insuline, le diabète, les inflammations chroniques et la sensibilité à la testostérone.
Donc selon les auteurs de cette étude il faudra ajouter l’athérosclérose systémique à cette liste. « Les facteurs de risque cardiovasculaire devraient donc être suivis de près chez les hommes présentant une tonsure, en particulier les plus jeunes », recommandent-ils par ailleurs.

Selon leurs travaux, 30% à 40% des hommes adultes souffrent de calvitie, un taux qui peut atteindre 80% à l’âge de 80 ans.

Docteur DENJEAN qui trouve cela bien stressant …

20130508-233656.jpg

Tagué:, , , ,

2 réflexions sur “Calvitie et maladies coronariennes

  1. Émeric, Chatou 23 mai 2013 à 0 h 19 min Reply

    Je ne perdais pas beaucoup mes cheveux. Dans mon enfance, j’avais une chevelure fournie. Vers 21 ans, j’ai commencé à avoir l’impression de les perdre, un peu sans raison mais la calvitie c’était un peu ma hantise. Puis je me suis résolu de consulter à Saint Louis et là, la dermatologue m’a examiné les cheveux genre « hyper speed » puis elle m’a dit « alopécie androgénétique ». J’étais interloqué et sans voix. Du coup elle m’a proposé du minoxidil (spray) ou du propecia, sorti en avant première. J’ai pris le propecia (400 francs par mois les 28 comprimés en l’an 2000) car la prise était moins contraignante que celle du minoxidil qui nécessitait de se masser longuement le cuir chevelu et qui laissait les cheveux gras, même très gras…. De plus le propecia semblait nettement plus efficace. Apparemment il serait effectivement efficace chez 80% des hommes (arrêt de la chute pour 80% des hommes et même repousse chez 20% de ces 80%).
    Personnellement je ne puis pas trop juger de l’efficacité du traitement en fait. J’ai commencé cela et je devais avoir perdu quelques cheveux en tout. Aujourd’hui 12 ans plus tard, j’ai encore plein de cheveux même si la chute a continué inexorablement. Genre si je me mouille les cheveux et que je les peigne en arrière on voit clairement qu’une partie de mon cuir chevelu est clairsemé. Cheveux secs cela passe, la majorité des gens ne me croit pas quand je leur dis que je perds mes cheveux même si j’ai les golfes un tout petit peu creusés. Bref je suis satisfait du résultat même si rien ne me dit que sans propecia le résultat aurait été moins bon. Mon cousin n’avait plus un cheveu sur la tête à 24 ans et vu que la dermatologue a vu clair dans mes cheveux alors que je n’avais que 21 ans, j’ai tendance à penser que cela a été réellement très efficace. En plus aujourd’hui on trouve le générique du propécia à moins de 30 euros la boite.
    Par contre attention , des études en laboratoire tendent à démontrer que le produit est facteur de problèmes de fertilité chez l’homme, problèmes qui pourraient s’avérer persistants même après l’arrêt de la prise du traitement. Personnellement j’en prenais déjà depuis plus de 10 ans quand j’ai appris ces problèmes « éventuels »sur la fertilité masculine, je considère que dans mon cas le mal est fait de toute manière.
    Attention à un autre effet secondaire : il peut provoquer des chutes de libido. Cela n’a pas été mon cas mais c’est parait il, un effet secondaire connu.
    Voici mon histoire. Je suis ravi que vous traitiez de ce sujet. Je vais donc me préoccuper de mes coronaires.

    J'aime

  2. Thomas, Buzenval 18 mai 2013 à 2 h 05 min Reply

    Docteur,
    Je suis chauve et je ne me suis jamais préoccupé de ces maladies cardiovasculaires.
    Je dois dire que votre article m’a sensibilisé et me fait prendre conscience que je dois suivre les paramètres de ma prise de sang régulièrement. Tous les 3 mois me semble être raisonnable. Surtout dans la finance, nous sommes particulièrement chahutés par les cours de bourses mondiaux. Le sport m’aide mais le stress me mine. Merci pour votre langage de sérénité. Avec tous les compliments des traders qui sont ravis de votre blog. C’est du sérieux à chaque parution. Merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :