Les Précautions à prendre avec la canicule


On parle de canicule lorsqu’il y a de fortes températures supérieures à 30° pendant au moins trois jours de suite, sans diminution de la température la nuit.
Le principal risque étant la déshydratation et/ou un coup de chaleur, il faut donc absolument se protéger efficacement.

La prévention consiste à suivre certaines règles, la canicule est traître. Même si l’envie de boire ne se fait pas sentir, ce n’est pas pour autant que votre organisme n’en a pas besoin : 

Évitez de sortir aux heures les plus chaudes, entre 11 heures et 18 heures.

Portez des vêtements légers, amples, clairs, en coton ou toute autre fibre naturelle absorbant la transpiration.

N’oubliez pas que les vêtements clairs repoussent la chaleur et les vêtements sombres l’absorbe !

Sans omettre de mettre un chapeau.

Oubliez en revanche toutes les fibres synthétiques et les vêtements serrés qui étouffent l’épiderme et favorise la transpiration, donc les pertes hydriques.

 Marchez à l’ombre et évitez absolument le soleil, et surtout ne pas oublier de sortir avec une bouteille d’eau. Pensez aux bienfaits d’un brumisateur qui vous permet de vous rafraîchir tout au long de la journée où que vous vous trouviez !

Les sportifs doivent éviter les exercices aux heures les plus chaudes et même pas du tout en cas de canicule, de même ne jardinez pas pendant un épisode de canicule.

Il faut aussi humidifier régulièrement la peau souvent et ne pas la sécher après une douche.

 Penser à boire une boisson faiblement glucosée mais riche en minéraux ; car dans la sueur on perd bien sûr de l’eau mais aussi : du sel, du Potassium, du Magnésium, du Zinc, du Cuivre, et même un peu de Fer…

 Pour votre intérieur : fermez toutes les fenêtres, baissez les stores, tirez les rideaux, fermez les volets la journée entière et ne les rouvrir que le soir en favorisant les courants d’air et surtout ne faîtes pas rentrer l’air chaud de l’extérieur dans votre logement dans la journée (évitez d’ouvrir les portes la nuit ou les fenêtres trop accessibles pour éviter une éventuelle intrusion malhonnête).

Éteindre les lampes halogènes qui chauffent ainsi que les ordinateurs, chaînes Hi Fi.

La température baisse la nuit et est à son minimum vers 4 heures du matin puis remonte, profitez-en pour accrocher des linges humides devant vos fenêtres (draps de bain, draps, serviettes).

Si vous n’avez pas la climatisation, n’hésitez pas à vous réfugier dans un lieu climatisé.

Utiliser un ventilateur si vous n’êtes pas climatisé en posant devant un récipient rempli de glaçons ou une bouteille d’eau glacée.

 Buvez beaucoup d’eau, même si vous n’avez pas soif, 1 litre et demi à 2 litres par jour, sauf bien sûr contre-indication médicale. Évitez de boire trop frais, le choc thermique peut causer des désagréments signe de maux de ventre. Conseil : en cas de déshydratation suspectée, faîtes le test du pli cutané. Prenez entre le pouce et l’index la peau de la face dorsale de la main. Si le pli persiste, vous êtes en manque d’eau.

L’alcool est totalement déconseillé car il augmente la déshydratation, ainsi que les boissons diurétiques comme le thé ou le café.

La nourriture doit comporter des aliments riches en eau (fruits et légumes), plutôt crus et évitez les cuissons trop longues qui vont chauffer votre logement.

Petit conseil : Placez vos verres quelques minutes au congélateur avant de vous servir à boire, votre boisson restera fraîche plus longtemps, et en plus vous vous refroidirez les mains au passage.

 Attention au coup de chaleur qui se manifeste par divers signes :

Sensation de fatigue, maux de tête, respiration difficile, vertiges, nausées voire vomissements, conscience altérée, désorientation, crampes et n’hésitez pas à appeler les secours (Le 15 pour les secours (SAMU) ou 18 pour les pompiers) et en attendant rafraichissez la personne, mettez la autant que possible au frais.

 Et surveillez de très près les personnes âgées qui par nature boivent très peu car elles perdent la sensation de soif.

Elles sont plus fragiles et peuvent décompenser rapidement.

Ne pas hésiter à leur préparer une boisson qu’elles aiment et à surveiller la quantité d’eau absorbée. 

Chaque personne peut et doit également s’inquiéter de ses voisins âgés et/ou de ses parents.

Un simple coup de fil, une visite même courte pour vérifier que “tout va bien” en rappelant quelques conseils pour éviter la déshydratation, témoigne à nos aînés que l’on ne les a pas oubliés et qu’ils sont dans nos cœurs.

 De même pour les bébés et les jeunes enfants, n’hésitez pas à les déshabiller, les faire boire, leur donner souvent un bain.

Par contre ne dirigez surtout pas les ventilateurs directement sur eux.

ET ATTENTION AUX VOITURES :

Ne laissez aucune personne, bébé, personne âgée, animal : ils risqueraient leur vie à coup sûr et dans des souffrances inacceptables dans cet environnement confiné et exposé au soleil.

 Programmez, par exemple, vos emplettes dans les magasins climatisés en particulier du côté des rayons surgelés. Pensez également aux cinémas, bibliothèques, musées et autres centres culturels qui sont souvent bien équipés en climatisation.

 Et pourquoi pas une micro sieste !!!!

 A noter : numéro utile, n’hésitez pas

Canicule info service : 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe), disponible dès le premier épisode de chaleur, tous les jours de 9h à 19h.

 www.vigilance.meteofrance.com pour la cartographie de la vigilance météorologique.

 Docteur DENJEAN toujours attentive aux conseils vis à vis des fortes chaleurs et qui n’oublie jamais de laisser de l’eau fraîche à portée de tout le monde y compris pour les animaux.

 

Les boissons trop chaudes sont cancérigènes 


Longtemps on a incriminé certaines boissons de favoriser certains cancers et entre autre le café et le maté.Or, il semblerait que ce soit plus la température de la boisson qui soit en cause.

En effet, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé les boissons consommées à des températures très élevées comme cause probable de cancer de l’œsophage. 

Le centre a d’ailleurs déclaré ne pas avoir de preuves que le café et le maté soient responsables du cancer.
Un groupe de 23 experts du CIRC a analysé plus de 1000 études réalisées chez l’animal et chez l’homme portant sur l’association entre cancer et café ou maté.
Le maté est une boisson très répandue et apprécié en Amérique du Sud.

Aucune preuve n’est venue confirmer ces suspicions.

En fait, Christopher WILD, Directeur du CIRC, a précisé que c’est plutôt la consommation de boissons à une température supérieure à 65 degrés Celsius qui est potentiellement capable de conduire à un cancer de l’œsophage. La température est plus importante que la boisson en elle-même.
D’autres recherches ont été conduites en Chine, en Iran, en Turquie et en Amérique du Sud, où le thé est bu à environ 70 degrés.
Une étude a été faite dans la province du Golestan, en Iran, car le taux de cancers de l’œsophage est le plus élevé au monde, alors que la consommation de tabac et d’alcool y est très faible. 
Par contre, des études réalisées au Royaume-Uni prouvent que les gens en bonne santé disent boire leur thé entre 56°C et 60°C.

Cette étude a démontré que boire du thé à plus de 65°C double le risque de cancer, et que le boire à plus de 70°C le multiplie par huit.
Donc, plus la boisson est chaude plus le risque est élevé. 

Le cancer de l’œsophage est la huitième cause la plus fréquente de cancer dans le monde et l’une des principales causes de décès par cancer.

Le Docteur Christopher WILD déclare que “Le tabagisme et la consommation d’alcool sont des causes majeures de cancer de l’œsophage, notamment dans de nombreux pays à revenu élevé. Cependant, la majorité des cancers de l’œsophage surviennent dans certaines régions d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Afrique de l’Est, où boire régulièrement des boissons très chaudes est fréquent et où les raisons de la forte incidence de ce cancer ne sont pas aussi bien comprises”.
Donc avant de boire votre boisson préférée, il est indispensable de vérifier la température avec vos mains.

Si vous avez du mal à tenir la tasse entre vos mains c’est que la température avoisine ou dépasse les 70 degrés.

Docteur DENJEAN qui évite de boire des boissons trop chaudes, en général.

L’AFA ou Algue bleue du lac Klamath


Les bienfaits extraordinaires de l’Aphanizomenon Flos-Aquae – AFA, dite Algue bleue du lac Klamath
Les algues alimentaires très consommées dans les pays asiatiques connaissent un réel essor en Europe.
Or, les algues qui sont peu caloriques offrent des bénéfices importants pour l’organisme de par leur richesse en minéraux, vitamines, fibres et glucides. 

Les plus connues sont le wakamé, cette algue brune ingrédient de la fameuse soupe miso, mais il existe également d’autres algues propres à la consommation comme le nori ou le hijiki.
Actuellement, 15 millions de tonnes d’algues sont produites annuellement et sont utilisées dans les plats asiatiques.
La France quant à elle en récolte entre 800 et 1000 tonnes, en Bretagne véritable réservoir de nos algues.

L’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN) s’est récemment penchée sur les vertus des diverses algues présentes dans les pays asiatiques et conclue qu’il faut favoriser leur consommation.
Il en existe plusieurs variétés, algues d’eau douce et algues d’eau de mer, chacune avec des vertus différentes mais nécessaires dans un mode de vie sain.
Outre la spiruline, micro algue bleue utilisée d’ailleurs comme complément alimentaire, l’algue bleue de Klamath se distingue par des propriétés reconnues lors d’études scientifiques, en cas de déficiences immunitaires, d’infections virales, de dépression, de rhumatisme, d’arthrite, de fibromyalgie.
L’algue bleue, de son nom scientifique l’Aphanizomenon Flos-Aquae (AFA) signifie « fleur de vie invisible de l’eau », pousse uniquement dans le lac Klamath, situé dans l’état de l’Oregon aux États-Unis, au creux des Montagnes Cascades, à 1264 mètres d’altitude.
C’est une grande étendue d’eau douce de 32 kilomètres de long et 13 kilomètres de large située dans une région à forte activité volcanique. Sa superficie de l’ordre de 250 km2 alimentée par plusieurs cours d’eau dont le principal est la Williamson.

Au cœur d’une zone naturelle protégée, loin de la pollution industrielle et de l’agriculture intensive, l’eau du lac est d’une grande pureté.

Ainsi, le lac Klamath aurait d’importants débris organiques riches en minéraux, responsables de ces algues bleues.
Autre fait important, le bassin est protégé de la pollution extérieure de par sa situation en pleine forêt, ce qui induit le développement d’une faune et d’une flore saine.
Récoltées grâce à des tapis roulants rotatifs, les algues sont immédiatement conservées au frais puis filtrées et séchées pour faciliter la conservation et l’utilisation. Ce traitement permet de garder de façon optimale leurs propriétés curatives et préventives.
Cette algue bleue est considérée comme un alicament, et le Food & Nutrition Board ainsi que le National Research Council ont déterminé que l’Aphanizomenon Flos-Aquae contient plus de 300 molécules d’acides aminés dans un seul gramme!
Ces acides aminés jouent un rôle hépatique important, possèdent des vertus antistress, détoxifiantes, immunitaires et aident à réduire le cholestérol.
Riche en vitamines surtout B1 et B12, l’algue bleue renforce les défenses de l’organisme et assure une protection contre les agressions extérieures de microbes. 
Parmi ces vitamines présentes dans l’AFA, la vitamine A est fortement concentrée en bêta-carotène.
Le National Cancer Institute, suite à certaines recherches, a prouvé qu’elle était plus riche en bêta-carotène que la plupart des légumes et ce d’autant plus que cette algue bleue est protégée et conserve parfaitement tous ses bienfaits.

De plus, cette algue est riche en chlorophylle absorbée naturellement par les parois cellulaires ce qui est bénéfique pour le sang et les organes. 
Fortement concentrée en phényléthylamines (PEA), molécules actives sur l’humeur et le bien-être psychique, l’algue de Klamath joue un rôle important dans la transmission de la norépinephrine et de la dopamine dans le cerveau. 
Consommer cette algue permet de prévenir, voire d’atténuer la dépression, en procurant la sérénité et plus d’énergie mentale.

Suite à la constatation que la consommation d’AFA pouvait soulager les douleurs d’arthrite et de rhumatisme, des chercheurs ont étudié ses propriétés anti-inflammatoires et ont démontré que le pigment bleu de l’algue comprend de la phycocyanine, agent actif efficace contre les inflammations.
De nombreux pays utilisent l’algue bleue depuis des siècles pour confectionner leurs plats ou des remèdes. 

Le Japon l’utilise depuis 6000 ans pour guérir de multiples maux, certaines populations dont le Mexique font sécher l’AFA pour en faire des biscuits secs appelés Tecuitlatl et en Afrique, elle est récoltée pour cuisiner des galettes nommées Dihé. Une étude scientifique commandée par l’UNESCO a même montré que les habitants consommant ces galettes Dihés ont une meilleure santé que les autres populations africaines.

Certaines interactions avec d’autres traitements médicaux sont à prendre en compte, deux prescriptions peuvent interférer avec sa consommation : les antidépresseurs et les anticoagulants.
L’algue de Klamath comporte de la phényléthylamine, molécule utilisée dans les médicaments traitant la dépression.
Il est donc recommandé de voir avec son médecin pour adapter le traitement afin d’éviter de consommer cette molécule en trop grande quantité.

L’AFA contient en outre 50% de la dose quotidienne de vitamine K, nécessaire à notre organisme. Or celle ci agit sur la coagulation du sang, les médecins préfèrent que les patients prenant des traitements anticoagulants évitent de consommer des aliments riches en vitamine K. 
Dans ce cas, il faut surtout mieux en parler avec votre médecin.

Sa très importante concentration d’hormones végétales et la présence de vitamine K lui permet de diminuer fortement les troubles de la ménopause tel que le relâchement des tissus, les bouffées de chaleur ou encore les troubles de l’humeur.

Parmi ses multiples composants, notons aussi la lutéine et la zéaxantine qui sont des antioxydants qui préviendraient la cataracte et la dégénérescence maculaire.

Des minéraux tels que le Chrome, le Molybdène, le Manganèse, et d’autres plus rares comme le Germanium, la Gallium et le Vanadium.

Il a été démontré que l’algue bleue est bénéfique pour le système Cardio vasculaire grâce à sa richesse en oméga 3 et 6, acides gras essentiels que l’on trouve dans le poisson.

Avec la connaissance de l’Aphanizomenon, il y a un avant et un après. Surtout sur le système immunitaire.

Docteur DENJEAN toujours sensibilisée par l’algue bleue du lac Klamath avec ses 115 micronutriments, hautement assimilables.
D’un des aliments le plus complet de la planète, certes sans vitamine D mais avec de la Phényléthylamine, molécule de l’amour ou de la joie….

Joyeux 1er Mai 2016


Je vous offre ce bouquet de muguet en souhaitant qu’il vous apporte naturellement plein de bonheur.
Mais attention, cette merveilleuse fleur odorante peut se révéler très toxique pour les enfants (et les animaux), qui ont tendance à tout porter à la bouche.

Docteur DENJEAN qui aime beaucoup le muguet annonciateur du printemps….

Procédures administratives simplifiées pour les ALD


Plus de 9,8 millions de patients sont exonérés du ticket modérateur au titre de l’ALD (affections de longue durée).
Ces ALD sont au nombre de trente et représentent un coût de 90 milliards d’€ de dépenses remboursées en 2011 selon le Trésor Public.

Il faut savoir qu’en 2014 près d’une personne sur six souffrait d’une affection de longue durée.

Les ALD sont des pathologies lourdes et invalidantes et prises en charge intégralement par la Sécurité Sociale et elles représentent les deux tiers des remboursements totaux de l’Assurance Maladie et la part la plus importante de la croissance des dépenses.

Les affections concernées sont les diabètes de type 1 et 2 (2,4 millions de personnes), les tumeurs malignes (2 millions), les affections psychiatriques de longue durée (1,2 million) et les maladies coronaires (1,1 million). 

2,7 millions de personnes par an concernées.
Enfin selon l’annonce du Quotidien du Médecin, une procédure allégée d’admission au régime ALD, sera mise en place avant l’été, hors les maladies métaboliques héréditaires et l’insuffisance respiratoire chronique grave en raison de leur spécificité.
De même, la procédure actuelle reste inchangée pour les ALD hors liste comme les ulcères chroniques et les ALD pour polypathologies invalidantes.
L’Assurance Maladie précise que le médecin « devra uniquement indiquer le nom de la pathologie concernée et sa date de début » et elle donnera un « accord plus rapide, voire immédiat, du service médical ». 

Quant à la prolongation du régime ALD, la procédure sera elle aussi simplifiée dès la fin de l’année 2016 ou au plus tard début 2017. 

En outre, les durées d’exonération au titre de l’ALD qui étaient de deux ou cinq ans passeront à trois, cinq ou dix ans. 

Le but est de faire gagner du temps au médecin qui, en signant le protocole, devra certifier que l’état de santé de son patient répond aux critères médicaux pour la définition de l’ALD concernée.
En même temps, il s’engagera à respecter les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS).

Ensuite, l’Assurance Maladie donnera a priori un avis favorable.

De plus si le médecin effectue sa demande sur l’Espace pro via un protocole de soins électronique (PSE), cet accord sera immédiat et les droits du patient seront mis à jour sur sa Carte Vitale en 2 jours.
Si le médecin choisit de remplir le protocole de soins sur papier, un délai de traitement restera nécessaire, mais celui-ci sera plus court.

 Docteur DENJEAN qui est toujours attentive à la procédure ALD qui permet de prendre en charge des maladies traumatisantes et lourdes psychologiquement.

   

  
 

 

Manger régulièrement des pommes de terre augmente le risque de diabète


En France, 2.500.000 personnes sont touchées par cette maladie chronique aux conséquences graves soit environ 4% de la population totale.

Suite à une étude réalisée par des chercheurs japonais, la revue spécialisée de l’American Diabetes Association, Diabetes Care vient de publier sur le risque de voir une augmentation du diabète de type 2 lors de la consommation régulière de pommes de terre.

La pomme de terre est certes un féculent dit à sucre lent mais à index glycémique élevé,rapide, ce qui n’en faisait déjà pas un aliment de choix depuis la connaissance des index glycémiques mais on ne pensait pas qu’elle était aussi nocive pour le bon équilibre du diabète.

Je rappelle que l’index glycémique mesure la capacité d’un glucide donné à élever la glycémie dans les 2 heures suivant son ingestion par rapport au glucose pur qui est le standard de référence.

Lorsqu’elles sont servies chaudes, et quelle que soit la façon de les cuisiner, les pommes de terre sont digérées très vite par l’estomac, ce qui augmente rapidement le taux de sucre dans le sang.

Pour mémoire, les divers index glycémiques de la pomme de terre selon la cuisson :

Pomme de terre cuite au four 95

Purée de pomme de terre instantanée 83

Pomme de terre pelée bouillie 78

Pomme de terre nouvelle avec la peau bouillie 78

Frites 82

Pomme de terre avec la peau à la vapeur 65

Ainsi, les chercheurs du Osaka Center for Cancer and Cardiovascular Disease sous la direction du Docteur Muraki ont analysé les données récoltées lors de plusieurs études réalisées entre 1984 et 2010 auprès de 200.000 volontaires professionnels de santé.
Ces derniers ne présentaient aucun antécédent cardiovasculaire. 

Avec l’aide de questionnaires très détaillés sur les habitudes alimentaires des volontaires, ils ont analysé et comparé la consommation de pommes de terre et le risque de développer un diabète de type 2. 

Or il en est ressorti que seulement deux à quatre portions de 150 grammes par semaine ont suffi pour augmenter le risque de diabète de type 2 de 7%. 

Ce risque s’accroît alors de 33% à partir de 7 portions par semaine !

Le Docteur Muraki conseille donc de remplacer les pommes de terre par d’autres féculents à index glycémiques moins élevés qui permettent de réduire le risque de diabète de type 2.

Docteur DENJEAN toujours très sensibilisée par les études de risques sur le diabète…..

  

Un médicament contre la maladie de Parkinson pourrait prévenir la DMLA


La DMLA ou dégénérescence maculaire liée à l’âge se voit après 50 ans dans la plupart des cas et est dûe à un vieillissement précoce du centre de la rétine.
Les yeux les plus foncés sont réputés pour être moins atteints par la dégénérescence maculaire liée à l’âge, dite DMLA.
Des scientifiques de l’Université d’Arizona, à Tucson, ont fait des recherches et ont découvert que dans ces yeux il existe un taux élevé d’une substance chimique, la L-DOPA.

Or, la L-DOPA est un médicament très souvent prescrit pour traiter la maladie de Parkinson.

Ces scientifiques ont donc analysé si les patients qui prennent ce médicament sont mieux protégés contre l’apparition de la DMLA.

Apparemment ce produit serait apte à prévenir l’apparition et l’évolution de la DMLA.

Cette étude a été publiée dans la revue « American Journal of Medicine ». 

Les chercheurs ont étudié les dossiers d’environ 37000 patients, patients de la clinique Marshfield dans le Wisconsin.
Ils ont analysé et comparé ces dossiers avec ceux de 87 millions de patients.

Les résultats sont très intéressants car ils ont démontré que la L-DOPA rendait la DMLA beaucoup moins fréquente ou retardait très nettement son apparition. 

Dans les études, l’âge moyen du diagnostic de la DMLA était en moyenne de 71 ans sans L-DOPA. 

Par contre, chez les patients sous L-DOPA, l’âge moyen du diagnostic de la DMLA était de 79 ans et dans ce cas sous L-DOPA la progression de la DMLA vers sa forme «humide» était ralentie, voire même évitée.

Cette découverte donne de l’espoir à des millions de personnes atteintes dans le monde.
Attendons donc la poursuite des recherches pour connaître les possibilités de ce médicament et quelle sera la dose efficace avec le minimum d’effets secondaires.

En attendant il est conseillé de consommer beaucoup de légumes riches en lutéine et zéaxanthine, pigments contenus dans la rétine.

Le corps humain ne pouvant produire ni la lutéine, ni la zéaxanthine, il doit se les procurer par l’alimentation. La lutéine est présente dans l’œil, le sang, la peau, le cerveau et la poitrine.

Les sources végétales de lutéine : chou frisé, chou vert, navet, brocoli, épinards, petits pois, carotte, maïs, courge, tomate, orange, fruits et légumes de couleur jaune, myrtilles et la plupart des légumes à feuilles de couleur vert foncé. 

La source animale est représentée par l’œuf bien qu’en moindre quantité par rapport aux légumes.

L’apport optimal serait de 10 mg de lutéine et 2 mg de zéaxanthine par jour afin de bénéficier de ses effets positifs pour la santé. 
Docteur DENJEAN qui a toujours cuisiné des légumes verts et encore plus de couleur vert foncé…

  

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 506 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :