Archives Mensuelles: octobre 2013

Merci à tous mes abonnés

Bonjour à toutes et tous,

Le 1 er Novembre 2012 j’ai créé ce blog qui était destiné à parler de la dermatologie esthétique.

Puis la médecine étant passionnante et en constante évolution, il m’est apparu difficile de me limiter et j’ai voulu vous parler de multiples expériences passionnantes, des recherches innovantes,.

Après avoir dépassé le 100° follower le 9 janvier 2013, le 200° follower le 25 mars 2013, le 300° follower le 12 mai 2013, le 400° follower le 18 juillet 2013, me voici au 500° follower le 27 octobre 2013.

Merci pour tous vos encouragements et votre accompagnement sans faille.

Il est vrai que de sentir mon blog, jour après jour, sollicité avec enthousiasme me conforte dans mon envie de publier et de vous surprendre.
Je suis encore plus sollicitée par ma patientèle au cabinet au fil des jours où je vis les réactions en direct.

Je suis ravie que la progression de l’intérêt grandit de par son audience et des nombreux emails que je reçois.

N’hésitez pas à me faire part de vos attentes, je ferai en sorte d’y répondre avec enthousiasme.

Encore un grand merci à toutes et tous.

Docteur Dominique DENJEAN qui vit de plus en plus avec le numérique et toute sa puissance de diffusion….

20131029-054030.jpg

Des biscuits comparables à la drogue dure?

Beaucoup de personnes, et notamment des jeunes, sont souvent avec beaucoup d’assuétude résister à certains gâteaux et plus particulièrement aux gâteaux Oreo.
Ces petits gâteaux américains en forme de sandwich sont présents sur les marchés depuis 1912 et conçus par Nabisco, filiale du géant américain multinationale de l’agroalimentaire Kraft Foods.

Enfin une explication avec cette expérience originale menée par des étudiants du service de neurosciences du Connecticut College avec le Professeur Joseph Schroeder, expérience menée sur des rats afin de tester le pouvoir addictif des gâteaux.

Ils ont installé ces rats dans un labyrinthe comportant deux chemins différents : l’un conduisant à des galettes de riz et l’autre à des gâteaux Oreo.

Après avoir exploré le labyrinthe, les rats ont très nettement choisi celui qui menait aux gâteaux Oreo. De plus, il montraient une nette préférence pour la partie blanche et crémeuse du gâteau qu’ils dévoraient en premier.

Ce fait est important car lorsque l’on donne des Oreo à des consommateurs humains, ils mangent la plupart du temps la partie crémeuse en premier.

Les étudiants ont ensuite eu l’idée de comparer l’attitude des rongeurs à l’attitude des rats utilisés lors d’une précédente étude où ces derniers devaient choisir entre une injection de cocaïne ou de morphine à une simple solution saline.
Les deux groupes de rongeurs ont manifesté le même type de comportement et de dépendance au cours de ces deux expériences.

En utilisant un marqueur de l’activité neuronale dans la «zone de plaisir» du cerveau, ils ont constaté que les Oreo provoquaient une activité neuronale plus importante dans cette zone que la cocaïne ou la morphine.

« Notre recherche démontre que les aliments contenant un taux de sucre ou de gras élevé agissent sur le cerveau de la même manière qu’une drogue. Cela peut expliquer le fait que certaines personnes sont incapables de résister à un produit même si elles savent qu’il est mauvais pour leur santé», déclare le Professeur Joseph Schroeder, qui a affirmé ne plus surtout manger d’Oreo depuis cette édifiante expérience !

Encore plus surprenant, ces résultats viennent confirmer ceux d’une récente étude du Boston Children’s Hospital, selon laquelle certains féculents activent, chez les consommateurs, la même zone du cerveau que l’héroïne ou la nicotine.

Est ce pour cela que les jeunes enfants et adolescents ont tellement de mal à manger des légumes verts ? Ils sont déjà tellement Addicts aux pâtes et frites bien lourdes et bien grasses…

A noter que de plus l’organisation non gouvernementale internationale de protection de l’environnement Greenpeace dénonce les Oréo, car ils contiennent de l’huile de palme provenant de terains illégalement déforestés.
Pour cette ONG, la moitié des forêts indonésiennes ont disparu en cinquante ans, soit six terrains de football chaque minute, souvent pour faire placer aux exploitations de production d’huile de palme.
La surface plantée en palmiers a été multipliée par presque 27 en Indonésie en une vingtaine d’années, selon les chiffres officiels.
Et ce pays annonce vouloir augmenter de plus de 60% sa production d’huile de palme d’ici à 2020…
Alors, toujours fan des Oreo ?

Docteur DENJEAN qui préfère toujours une bonne pâtisserie fait maison…

20131027-195611.jpg

Le string serai t’il défavorable pour la santé ?

Trop serré la plupart du temps et souvent inconfortable le string serait mauvais pour la santé selon le journal belge Le Soir.

Jill M. Rabin, gynécologue et professeur d’obstétrique au collège Albert Einstein dans le Connecticut, cette lingerie aurait surtout une influence selon la sensibilité aux infections de chacun.

« Le problème est que si vous avez une prédisposition aux infections génitales , aussi bien urinaires que vaginales, il sera plus difficile de se débarrasser de ces pathologies en portant des strings », explique-t-il.

En effet, le port d’un string expose à 2 types d’effets secondaires : une irritation et/ou une infection.
Il est indéniable que la zone génitale est une partie sensible où l’épiderme est sensible et beaucoup moins résistant.
Ainsi, suite aux frottements répétés , la peau s’irrite et se blesse facilement.

De plus même lorsque le string est entièrement en coton, sa forme trop fine crée un risque supplémentaire d’irritation et d’infection de par un contact plus étroit des parties génitales avec les matières des vêtements portés.

Le Dr Ghofrany ajoute « Et compte tenu de l’augmentation des leggins et jeans « slim », qui ont tous du Lycra ou du Spandex (des tissus synthétiques), il y a encore plus d’humidité emprisonnée ».

Mais ceci n’est pas vraiment une surprise puisque l’on sait déjà que pour limiter les infections, il faut éviter le port de sous vêtements trop ajustés, serrés et mal ventilés ainsi que des jeans trop moulants.

Par contre, malgré certaines idées reçues, le string ne serait pas responsable de l’apparition des hémorroïdes mais par contre il pourrait les aggraver en frottant sur les zones irritées.

Le Dr Rabin précise : «si une personne est en bonne santé, il n’y a pas vraiment de dangers».
Alors pour continuer à porter cette petite lingerie sans danger et ne pas être obligé de mettre des culottes bouffantes, on peut certes adopter le 100% coton pour la lingerie et les autres vêtements mais surtout respecter une très bonne hygiène.

Docteur DENJEAN qui a toujours préconisé une hygiène parfaite.

20131027-005833.jpg

Bacon et fertilité masculine

On le sait, l’alimentation industrielle est mauvaise pour notre santé, cela se confirme jour après jour.

Récemment une étude a corroboré ces principes, étude menée dans une grande université américaine et qui démontre que les hommes qui cherchent à concevoir un enfant devraient s’abstenir de consommer de la viande transformée comme le bacon et les saucisses car ces viandes favorisent un sperme de mauvaise qualité.

Des chercheurs de l’université d’Harvard (États Unis) avancent que la consommation de bacon, de viandes industrielles et autres charcuteries est associée à une moindre qualité de sperme chez l’homme. Ces spécialistes ont donné leurs conclusions lors d’une conférence de l’American Society for Reproductive Medicine, à Boston.

Le Docteur Jorge Chavarro, l’un des chercheurs de l’étude a déclaré au Daily News (quotidien New Yorkais) :
« Notre préoccupation est de savoir comment la viande est produite aux États-Unis et comment elle influence la fertilité des consommateurs. Beaucoup de producteurs de bovins donnent à manger à leur bétail des hormones naturelles ou synthétiques pour stimuler la croissance quelques jours ou quelques semaines avant que ces animaux soient abattus. Nous voulions examiner comment ces hormones peuvent affecter les personnes qui les consomment ».

Ces chercheurs ont analysé plus de 350 échantillons de sperme de 156 hommes suivis dans un centre de fertilité. Ils ont en outre répondu à un questionnaire détaillé sur leur alimentation.

Après avoir modulé leurs résultats avec différents facteurs comme l’âge et le poids de chacun, ces chercheurs ont noté une influence négative nette des viandes sortant d’usine, comme les hot dogs et le bacon sur la qualité du sperme.

De plus, la quantité consommée a aussi un impact significatif négatif en réduisant le nombre de spermatozoïdes de forme « normale ».

« Les hommes qui mangent seulement une tranche de bacon ou une saucisse de viande par jour ont 30% en moins de spermatozoïdes normaux que les hommes qui ne consomment pas ce type d’aliments », révèle l’étude.

Par contre, ces scientifiques en analysant l’impact de l’alimentation ont aussi noté que la consommation de poissons à chair blanche, tels que le cabillaud et le flétan, a un effet positif sur la qualité des spermatozoïdes et manger des poissons gras comme le saumon et le thon font monter le nombre de spermatozoïdes.

En conclusion les chercheurs de cette étude expliquent que « cette étude confirme toutes les précédentes études sur la fertilité ». Et qu’ »une alimentation saine « fabrique » des spermatozoïdes sains ».

De précédentes études avaient prouvé que les sous-vêtements trop serrés pouvaient ralentir la production des spermatozoïdes en accroissant la température des testicules (voir mon article du 28 septembre 2013 « Pantalons serrés et santé »).

Alors, Messieurs, si vous désirez concevoir un enfant, soyez vigilants sur votre hygiène de vie et particulièrement sur les viandes pour votre alimentation….

Docteur DENJEAN qui préconise encore et toujours une alimentation saine…

20131025-054608.jpg

Vivre près d’un aéroport serait dangereux pour le cœur

Le fait est bien connu :

Le bruit nous stresse et affecte la qualité de notre sommeil.
Les habitants proches des aéroports vous le diront : le bruit leur provoque des troubles du sommeil liés à de la fatigue et une nervosité accrue.

Une intéressante étude sur ce sujet vient d’être publiée dans le British Medical Journal. Des chercheurs ont découvert que les décès par crise cardiaque étaient plus fréquents chez les personnes qui étaient les plus exposées aux bruits d’avions.

Cette étude à été effectuée sur plus de 6 millions de personnes aux États Unis, toutes âgées de plus de 65 ans vivant dans les alentours de 89 aéroports avec une exposition de 45 dB.
Le but de cette étude était d’évaluer les éventuelles conséquences cardiovasculaires du bruit allant jusqu’au risque d’hospitalisation.

Les résultats confirment que les personnes exposées au bruit ont plus de risque d’être hospitalisées pour une pathologie cardiovasculaire.

L’augmentation du risque cardiovasculaire est de 2,9% pour chaque élévation de 10 dB du niveau d’exposition de la zone d’habitation.
Si on rajoute la pollution de l’air, le risque augmente nettement et atteint 3,6% par tranche de 10 dB supplémentaire.

De même, le taux d’hospitalisation pour maladie cardiovasculaire est aussi significativement augmenté en cas d’exposition sonore élevé (au dessus de 55 dB) par comparaison à des niveaux d’exposition plus bas.

Les auteurs de cette étude ont conclu que 2,3% des hospitalisations pour maladies cardiovasculaires seraient liées à cette pollution sonore, 6,8% pour la pollution par particules fines et 4,2% pour la pollution par l’ozone.

Le mécanisme biologique de ce lien entre nuisances sonores et maladies cardiovasculaires serait lié à une plus importante sécrétion d’hormones dues au stress et donc de leur implication indirecte sur le système sympathique, entrainant des anomalies métaboliques.

Alors l’idéal est d’insonoriser les logements autour des aéroports et en France un décret précise que le montant de l’aide destinée à financer les travaux d’insonorisation des logements est désormais de 100% des dépenses engagées pour les riverains des 10 principaux aéroports français.
Oui certes c’est bien mais alors l’été ces locataires sont donc condamnés à ne plus ouvrir leurs fenêtres… Sauf en utilisant les boules Quies, qui signifie quiétude en latin mais qui limitent les conversations dans la journée!
Docteur DENJEAN qui n’a jamais aimé vivre dans le bruit quelqu’il soit..

20131021-005441.jpg

Traiter les mycoses des ongles par le laser?

La mycose de l’ongle, encore appelée onychomycose, se reconnaît cliniquement sur la coloration jaunâtre de l’ongle et un épaississement parfois important.
Actuellement, 10% des Français en sont atteints et essentiellement les adultes et les seniors.
Son diagnostic doit absolument être confirmé par un prélèvement dans un laboratoire spécialisé.
En effet, la mise en évidence des champignons est difficile et délicate.
En examen direct, Il faut trois ou quatre jours pour mettre en évidence la mycose, mais trois semaines minimum pour un résultat définitif après mise en culture qui permet d’identifier l’agent responsable.
En effet les traitements varient en fonction du champignon et du degré d’évolution de cette mycose avec atteinte de la matrice de l’ongle ou non.

Lorsque la matrice est saine, le traitement est local : on préconise l’application d’un vernis antifongique pendant plusieurs mois.
Lorsque la matrice est atteinte, le traitement antifongique se fait par voie orale pendant plusieurs mois.
Ces traitements sont longs, fastidieux et souvent mal observés.
De plus lors des traitements par voie orale des effets secondaires peuvent survenir, essentiellement digestifs et hépatiques.

En cas d’échec aux traitements locaux et oraux ou en cas d’effets secondaires, on peut désormais proposer aux patients un traitement par laser dont le but est de détruire les champignons par l’intense chaleur.

Le laser, très populaire aux USA, atteint l’ongle avec une chaleur atteignant 70°C et et cette chaleur le traverse pour atteindre le lit de l’ongle où se loge le champignon.
On préconise une ou deux séances pour détruire le champignon.

Le laser est bien supporté et les effets secondaires notés sont de petites rougeurs transitoires autour de l’ongle, une sensation de chaleur bien tolérée par le patient et un taux de guérison estimé à 80%.

Avant d’envisager le laser, il faut consulter le Dermatologue pour confirmer le diagnostic afin d’éliminer une autre pathologie : traumatisme, psoriasis, lichen…
Mais une mycose peut se surajouter à une autre pathologie.
Ne surtout pas faire de traitement antifongique sans la preuve du laboratoire.
Lorsque l’on a mis un traitement antifongique sur les ongles sous forme de vernis par exemple, sans la preuve biologique, les résultats du prélèvement sont ensuite faussés pendant un minimum de 2 mois.

D’autres précautions sont essentielles lors des traitements et de toute façon pour éviter une contamination :
-Avoir une hygiène rigoureuse.
-Ne pas marcher pieds nus dans les lieux publics.
-Éviter toute humidité : bien sécher les pieds après la toilette et porter des chaussures de cuir pour éviter la transpiration.
-Ne pas laisser trop longtemps les mains dans l’eau.
-Éviter les soins de pédicurie intempestifs et bien désinfecter les outils de pédicurie.
-Faire attention aux vernis à ongles contaminés et surtout les jeter.
-Éviter de camoufler les mycoses des ongles par le vernis.
-Surtout ne pas emprunter de paires de chaussures.

Docteur DENJEAN qui met toujours des petites chaussures spéciales dans les centres de sport ou à la piscine…

20131014-012515.jpg

L’activité physique bénéfique pour les personnes âgées.

Mikel Izquierdo-Redin, de l’Université publique de Navarre (Espagne) a mené une étude sur des personnes âgées de 91 à 96 ans, publiée dans la revue Âge, dont onze avaient suivi un programme d’entraînement sur douze semaines.
Le reste du groupe a servi de témoin. Deux jours par semaine, les participants ont participé à des séances d’activité physique associant renforcement musculaire et travail sur l’équilibre.
Le résultat a été une amélioration nette sur la force, la puissance musculaire et l’équilibre.

« Ces résultats soulignent l’importance du maintien de l’activité physique chez les patients fragiles », a expliqué le directeur de l’étude, Mikel Izquierdo-Redin.

L’inactivité physique entraîne une fonte musculaire avec perte de puissance musculaire et perte des capacités fonctionnelles.

Les personnes de plus de 90 ans ont donc intérêt à renforcer leur muscles avec pour conséquence une vitesse de marche augmentée, une plus grande facilité à se lever, un meilleur équilibre et fondamentalement moins de chutes.

Sans oublier qu’une activité physique douce et régulière aide à lutter contre la maladie d’Alzheimer.

Docteur DENJEAN qui n’aime pas voir une personne âgée clouée dans son fauteuil …

20131007-010155.jpg

%d blogueurs aiment cette page :